confusion

User avatar
nico
Posts: 14
Joined: Fri Mar 18, 2016 11:34 pm

confusion

Postby nico » Tue Mar 22, 2016 8:03 am

Bonjour et merci de m’avoir invité à poster sur le forum.

Je vais essayer d’être clair et concis (pas évident quand le sujet du poste est « confusion» :D)

J’ai été amené à me poser des questions sur le mental et sur le «je » après 2 ans d'intense passion et une rupture affective il y a quelques années.
J'ai beaucoup souffert de pensées négatives qui revenaient sans cesse, très puissantes et me mettaient très mal.
Je pensais être maitre de mon mental, être le mental. Je me suis aperçu que non. J’étais abasourdis par cette découverte.
Je me suis donc intéressé à la spiritualité à ce moment là. Je cherchais un moyen d’évacuer ces pensées, de me sentir mieux, j’ai été attiré par ces descriptions d’éveil et la promesse d’un bonheur détaché de toute contingence…

J'ai beaucoup lu sur l'advaita-vedanta, le bouddhisme, la pleine conscience, le tantrisme, la vison sans tete. Je me suis aperçu alors que j’avais peut-être déjà connu des expériences d’éveil:

- Depuis l'enfance je suis parfois pris dans une joie sans objet qui prend toute la place puis s'éteint.
- Lors d'une cérémonie avec un chaman au Pérou, j'ai ressenti une joie profonde avec un sentiment d'unité complet avec la nature qui s'est résorbée au petit matin.
- Un jour je me suis aperçu que mes pensées n'étaient pas moi. Je les visionnaient en tout petit en bas de mon champ de vision ( alors que j'ai plutôt l'impression qu'elles apparaissent en très gros caractère habituellement). mon attention était portée sur le reste de mon champ visuel immense et vide. Je pouvais continuer à vivre normalement mais je n’étais plus esclave de ces pensées.
- En discutant avec Gerard je me suis aperçu que mes pensées étaient juste des pensées et que je n’avais pas besoin d’y croire.

Je sais « intellectuellement tout ça » mais ça n’est pas évident au quotidien. C’est un peu comme continuer à voir le soleil faire le tour de l’horizon alors que je sais très bien que c’est la terre qui tourne autour.

Tout ceci m’a apporté un certain calme et aussi une grande confiance.
Mais sinon, rien, pas de révolution, pas de feux d’artifice, pas de grand vide plein de tout au quotidien :D


Et puis progressivement tout devint confus:

Je sais, pour l'avoir ressenti, qu'il y a en nous une étincelle de joie qui est toujours présente au fond de nous. Peut-être est-ce notre vrai nature, je ne sais pas. Toujours est-il qu'elle prend beaucoup de place dans mon être de temps en temps. Ce qui m’a amené au tantrisme comme libération, car cette étincelle est comme un flux d'énergie.

Cette joie que je ressens au fond de moi et qui parfois prends toute la place. Dois-je la cultiver, m'y attacher en sachant que tout est impermanent ? car j’ai lu aussi sur le bouddhisme qui met l'accent sur l'impermanence des choses comme méditation. C'est vrai: les choses, les sentiments, les pensées vont et viennent tout le temps. Depuis je me pose la question.

Et puis dernièrement cette question :
Est-ce vraiment important de s'éveiller ? n’est-ce pas un leur, une carotte que le mental voudrait à tout pris attraper, ne vaudrait-il pas mieux vivre la vie comme elle vient avec ses peines et ses joies dans une pleine acceptation ?

Aujourd'hui, par hasard, je regarde la video de « liberation unleashed » et soudain la phrase : "Je" est une pensée fait résonner quelque chose en moi...


C’est pourquoi je recherche un échange afin d’éclaircir ce chemin à travers lequel j’ai mis beaucoup d’obstacles, et je suis sur que chemin il y a.

Merci.

Nicolas.

User avatar
DanielP
Posts: 736
Joined: Sun Jun 14, 2015 5:19 am
Location: Canada

Re: confusion

Postby DanielP » Tue Mar 22, 2016 2:53 pm

Bonjour Nicolas,

Mon nom est Daniel de la région de Montreal au Canada. Heureux de faire ta connaissance. Je me propose de te guider dans ce processus.

Je te propose quelques règles de fonctionnement:
écrire quotidiennement/régulièrement même si ce n'est que pour dire que tu répondra plus tard, je ferai de même. Mettre de côté toute pratique/lecture spirituelle la durée de notre échange.

Aussi, il y a à accepter la décharge de responsabilité.

http://www.liberationunleashed.com/

Donc si tu peux me confirmer être d'accord avec ce qui précède et avec le fait que je te guide - nous allons pouvoir débuter.

À plus

Daniel
Le but est seulement d'être - Just to be is the goal

User avatar
nico
Posts: 14
Joined: Fri Mar 18, 2016 11:34 pm

Re: confusion

Postby nico » Tue Mar 22, 2016 10:28 pm

Bonjour Daniel, merci de me répondre et de me proposer ton aide.
J'ai bien compris les principes. par quoi commencer ?

Nicolas.

User avatar
DanielP
Posts: 736
Joined: Sun Jun 14, 2015 5:19 am
Location: Canada

Re: confusion

Postby DanielP » Wed Mar 23, 2016 2:59 am

Bonjour Nicolas,

Comme je ne sais pas ce que tu sais à propos de LU, je commence au début. Nous échangeons tous les deux dans un format de question-réponse afin de t'aider à voir, dans une expérience de première main, l'illusion du moi séparé. Donc en général, je commente ou questionne tes réponses et toi de ton côté, tu explores ton expérience. Comme tu peux le voir c’est très simple.

D’emblée je me lance en commentant, questionnant ton message d'entrée.
J’ai été amené à me poser des questions sur le mental et sur le «je » après 2 ans d'intense passion et une rupture affective il y a quelques années.
J'ai beaucoup souffert de pensées négatives qui revenaient sans cesse, très puissantes et me mettaient très mal.
Je pensais être maitre de mon mental, être le mental. Je me suis aperçu que non. J’étais abasourdi par cette découverte.
Je me suis donc intéressé à la spiritualité à ce moment-là. Je cherchais un moyen d’évacuer ces pensées, de me sentir mieux, j’ai été attiré par ces descriptions d’éveil et la promesse d’un bonheur détaché de toute contingence…
En général, c’est effectivement la souffrance qui nous pousse à chercher. Aussi, essaie de ne t’attacher à l’idée de ce que peux être ‘un bonheur détaché de toute contingence’. Pourquoi? Simplement parce que l’idée n’est pas la chose et que le fait d’entretenir une idée peut d’une certaine façon t’empêcher de voir ce qui est réellement là.
J'ai beaucoup lu sur l'advaita-vedanta, le bouddhisme, la pleine conscience, le tantrisme, la vison sans tete. Je me suis aperçu alors que j’avais peut-être déjà connu des expériences d’éveil:
- Depuis l'enfance je suis parfois pris dans une joie sans objet qui prend toute la place puis s'éteint.
- Lors d'une cérémonie avec un chaman au Pérou, j'ai ressenti une joie profonde avec un sentiment d'unité complet avec la nature qui s'est résorbée au petit matin.
- Un jour je me suis aperçu que mes pensées n'étaient pas moi. Je les visionnaient en tout petit en bas de mon champ de vision (alors que j'ai plutôt l'impression qu'elles apparaissent en très gros caractère habituellement). mon attention était portée sur le reste de mon champ visuel immense et vide. Je pouvais continuer à vivre normalement mais je n’étais plus esclave de ces pensées.
- En discutant avec Gerard je me suis aperçu que mes pensées étaient juste des pensées et que je n’avais pas besoin d’y croire.
D’une part, il semble bien être question, comme tu le mentionnes, d’expériences d’éveil, d'autre part, ce passage soulève aussi quelques questions/commentaires :
‘je suis parfois pris dans une joie sans objet qui prend toute la place puis s'éteint’. Dans ton expérience immédiate, est-ce qu’il y a quoi que ce soit qui soit permanent?
‘j'ai plutôt l'impression qu'elles apparaissent en très gros caractère habituellement’ (en parlant des pensées… ) Je dirais que les pensées prennent plus ou moins de place dépendamment de l’attention qu’on leur donne.
‘je me suis aperçu que mes pensées étaient juste des pensées’. Effectivement, et quand on cesse de croire les pensées sur parole, il devient alors possible de voir les choses comme elles sont.
Je sais « intellectuellement tout ça » mais ça n’est pas évident au quotidien. C’est un peu comme continuer à voir le soleil faire le tour de l’horizon alors que je sais très bien que c’est la terre qui tourne autour.
‘mais ça n’est pas évident au quotidien’, n’est-ce pas là qu’une pensée?
Tout ceci m’a apporté un certain calme et aussi une grande confiance.
Je peux comprendre.
Mais sinon, rien, pas de révolution, pas de feux d’artifice, pas de grand vide plein de tout au quotidien :D
Et si ‘le grand vide plein de tout’ se révélait sans feux d’artifices, d’une manière tout à fait ordinaire?
Et puis progressivement tout devint confus:
Je sais, pour l'avoir ressenti, qu'il y a en nous une étincelle de joie qui est toujours présente au fond de nous. Peut-être est-ce notre vraie nature, je ne sais pas. Toujours est-il qu'elle prend beaucoup de place dans mon être de temps en temps. Ce qui m’a amené au tantrisme comme libération, car cette étincelle est comme un flux d'énergie.
Faudra que tu m’explique ce que tu veux dire par flux d’énergie.
Cette joie que je ressens au fond de moi et qui parfois prends toute la place. Dois-je la cultiver, m'y attacher en sachant que tout est impermanent ? car j’ai lu aussi sur le bouddhisme qui met l'accent sur l'impermanence des choses comme méditation. C'est vrai: les choses, les sentiments, les pensées vont et viennent tout le temps. Depuis je me pose la question.
Rien à cultiver, rien à faire, rien à ne pas faire.
Et puis dernièrement cette question :
Est-ce vraiment important de s'éveiller ? n’est-ce pas un leur, une carotte que le mental voudrait à tout pris attraper, ne vaudrait-il pas mieux vivre la vie comme elle vient avec ses peines et ses joies dans une pleine acceptation ?
‘vivre la vie comme elle vient avec ses peines et ses joies dans une pleine acceptation’, me semble être une excellente description d'une vie éveillée. La seule chose que j’ajouterais est la reconnaissance qu’il n’y a pas d’entité qui la vive. Il n’y a que la vie. Point à la ligne.
Aujourd'hui, par hasard, je regarde la video de « liberation unleashed » et soudain la phrase : "Je" est une pensée fait résonner quelque chose en moi...
Peut être parce que c’est vrai :)
C’est pourquoi je recherche un échange afin d’éclaircir ce chemin à travers lequel j’ai mis beaucoup d’obstacles, et je suis sur que chemin il y a.
‘je suis sûr que chemin il y a’. Je dirais d’une part qu’il n’y a pas de chemin pour aller de ce que tu es vers ce que tu es. Parce que ce que tu es, tu l’es déjà. Rien à faire et même rien que tu puisses y faire. D’autre part, du point de vue de celui que tu crois être, il y a bel et bien un chemin et c’est pour ça que tu es ici.

À plus

Daniel
Le but est seulement d'être - Just to be is the goal

User avatar
nico
Posts: 14
Joined: Fri Mar 18, 2016 11:34 pm

Re: confusion

Postby nico » Wed Mar 23, 2016 7:02 am

Bonjour Daniel,
Dans ton expérience immédiate, est-ce qu’il y a quoi que ce soit qui soit permanent?
Non rien de permanent. S'il y a bien une chose dont je sois sur et que je puisse vérifier à chaque instant, c'est bien ça.
C'est ce qui me trouble depuis un moment déjà: Je n'arrive pas à concilier cette évidence de l'impermanence avec la notion floue d'éveil.
Mais comme tu le dis plus haut "l'idée n'est pas la chose".
‘mais ça n’est pas évident au quotidien’, n’est-ce pas là qu’une pensée?
Quand j'utilise le mot "évident", je veux dire que ça ne me saute pas aux yeux. Je suis toujours pris dans mes pensées puis parfois j'en sors et je m'aperçois de mon état de totale imprégnation. J'ai parfois l'impression d'être drogué aux pensées. Elles peuvent me rassurer comme me créer de grandes frayeurs.
Et si ‘le grand vide plein de tout’ se révélait sans feux d’artifices, d’une manière tout à fait ordinaire?
Oui certainement mais j'ai lu tellement de témoignages d'éveil que cela me parait être un grand bouleversement.
Faudra que tu m’explique ce que tu veux dire par flux d’énergie.
Je dirais que c'est l'énergie vitale qui circule en moi, une certaine "joie féroce" qui me pousse à agir instinctivement et qui déconnecte la pensée (le questionnement). C'est aussi une joie pétillante totalement ouverte à la vie et aux sensations.
J'aime faire de l'exercice physique et ressentir le corps et les sensations, c'est pour moi une autre forme d'intelligence.
C'est pourquoi j'aime explorer cet aspect à travers le tantrisme comme libération.
‘vivre la vie comme elle vient avec ses peines et ses joies dans une pleine acceptation’, me semble être une excellente description d'une vie éveillée. La seule chose que j’ajouterais est la reconnaissance qu’il n’y a pas d’entité qui la vive. Il n’y a que la vie. Point à la ligne.
Oui, c'est vrai mais pour le moment il y a toujours l'entité Nicolas.

C'est pour ça que la phrase ""je" est une pensée me travaille". Car je sais que me pensées sont seulement des pensées crues (même si je suis tout le temps empêtré dedans) mais je n'avais pas vu (et je n'ai toujours pas réalisé) que "je" est une pensée comme les autres donc une pensée crue rien de plus.

Merci Daniel.

User avatar
nico
Posts: 14
Joined: Fri Mar 18, 2016 11:34 pm

Re: confusion

Postby nico » Wed Mar 23, 2016 11:46 am

je be peux pas éditer mon message il faut donc lire des pensées cru. :)

User avatar
DanielP
Posts: 736
Joined: Sun Jun 14, 2015 5:19 am
Location: Canada

Re: confusion

Postby DanielP » Wed Mar 23, 2016 12:22 pm

Bonjour Nicolas,
Non rien de permanent.
Effectivement.
Quand j'utilise le mot "évident", je veux dire que ça ne me saute pas aux yeux. Je suis toujours pris dans mes pensées puis parfois j'en sors et je m'aperçois de mon état de totale imprégnation. J'ai parfois l'impression d'être drogué aux pensées. Elles peuvent me rassurer comme me créer de grandes frayeurs.
Je te fais remarquer:
'Je suis toujours pris dans mes pensées', est une pensée.
'parfois j'en sors', est une pensée.
'J'ai parfois l'impression d'être drogué aux pensées', est une pensée.
'Elles peuvent me rassurer comme me créer de grandes frayeurs.' est aussi une pensée.
Cela dit, j'aime penser au 'je' comme étant une contraction. De plus, cette contraction est dépendante aux pensées.
Oui certainement mais j'ai lu tellement de témoignages d'éveil que cela me parait être un grand bouleversement.
Ne t'en préoccupe pas. Tu comprend que le témoignage d'une expérience avec pleins de feux d'artifices fait un bien meilleur livre qu'un témoignage sans! ;) Ce dont on parle peut être vu très simplement.
Je dirais que c'est l'énergie vitale qui circule en moi, une certaine "joie féroce" qui me pousse à agir instinctivement et qui déconnecte la pensée (le questionnement). C'est aussi une joie pétillante totalement ouverte à la vie et aux sensations.
J'aime faire de l'exercice physique et ressentir le corps et les sensations, c'est pour moi une autre forme d'intelligence.
C'est pourquoi j'aime explorer cet aspect à travers le tantrisme comme libération.
Merci c'est plus clair et d'explorer cet aspect à travers le tantrisme est une excellente idée.
Oui, c'est vrai mais pour le moment il y a toujours l'entité Nicolas.
C'est pour ça qu'on discute non? :)
C'est pour ça que la phrase ""je" est une pensée me travaille". Car je sais que me pensées sont seulement des pensées crues (même si je suis tout le temps empêtré dedans) mais je n'avais pas vu (et je n'ai toujours pas réalisé) que "je" est une pensée comme les autres donc une pensée crue rien de plus.
Continue à explorer cette phrase: le 'je' est une pensée.
Aussi, je t'invite à explorer ce qui suit, cesse de diriger le faisceau de ton attention sur les pensées. Il y a beaucoup plus à l'expérience immédiate que des pensées. Tu sais il peut être très vivifiant d'entendre le chant des oiseaux plutôt qu'entendre une pensée qui dit 'je ne serai pas capable, je n'ai toujours pas réalisé'.

Maintenant voici quelques questions à explorer:

Quand tu parles du ‘je’, du ‘me’ ou du ‘moi’, à quoi fais-tu référence?
Est-ce que le corps est toi ?
Est-ce que les pensées sont toi ?
Où est, où réside ce ‘je me moi’ ? Où est-il situé? À l'intérieur de ton corps? À l'intérieur d'une partie de ton corps? Ailleurs?

A plus

Daniel
Le but est seulement d'être - Just to be is the goal

User avatar
nico
Posts: 14
Joined: Fri Mar 18, 2016 11:34 pm

Re: confusion

Postby nico » Wed Mar 23, 2016 7:23 pm

'Je suis toujours pris dans mes pensées', est une pensée.
'parfois j'en sors', est une pensée.
'J'ai parfois l'impression d'être drogué aux pensées', est une pensée.
'Elles peuvent me rassurer comme me créer de grandes frayeurs.' est aussi une pensée.
Ca n'est pas clair pour moi. J'ai plus l'impression que c'est une constatation.
Le fait de constater un état serait aussi une pensée ?
Quand tu parles du ‘je’, du ‘me’ ou du ‘moi’, à quoi fais-tu référence?
Je fais référence à moi Nicolas, mon histoire, mon état civil, mes habitudes, mon caractère. A ce qui me définit, à ce qui est toujours là à mon réveil chaque matin.
Est-ce que le corps est toi ?
Non, c'est une mécanique biologique qui d'ailleurs n'est jamais vraiment là même.
Par contre je donne vie à ce corps par les impulsions que je lui donne.

Est-ce que les pensées sont toi ?
Non, les pensées ne sont pas moi. Elles vont et viennent.
Où est, où réside ce ‘je me moi’ ? Où est-il situé? À l'intérieur de ton corps? À l'intérieur d'une partie de ton corps? Ailleurs?
J'ai l'impression que ce "je me moi" est localisé derriere mes yeux. Et si j'y fais attention mon crane me parait être une barrière à ce "je me moi". Quelque chose de dur, opaque et imperméable.



Merci Daniel de me consacrer du temps.

User avatar
DanielP
Posts: 736
Joined: Sun Jun 14, 2015 5:19 am
Location: Canada

Re: confusion

Postby DanielP » Wed Mar 23, 2016 10:17 pm

Bonjour Nicolas,

Je suis désolé mais mon message est un peu long aujourd'hui.
'Elles peuvent me rassurer comme me créer de grandes frayeurs.' est aussi une pensée.
Ca n'est pas clair pour moi. J'ai plus l'impression que c'est une constatation. Le fait de constater un état serait aussi une pensée ?
Le mot n’est pas la chose, la carte n’est pas le territoire.
1. Les mots ne capturent jamais la réalité.
2. En plus de ne pas capturer le réel, les mots donnent l’impression que les choses sont séparées les unes des autres mais c’est faux. Rien n’est séparé de rien. Ça ne correspond tout simplement pas à notre expérience.
3. Aussi, les mots nous donnent la fausse impression de comprend ce dont il s’agit alors qu'en fait, rien n’est vraiment compris.
Une façon simple de réaliser cela est d’essayer de définir la vie. Pas la vie biologique, mais la vie que tu vis en ce moment. Essaie et tu verras.
Tu ne réussiras pas à trouver de définition qui capture TOUT ce que la vie est et tout ce qu’elle n’est pas.
Tu vas réussir à identifier et à isoler des petits bouts d’expérience mais l’expérience de vivre n’est pas faite de petits bouts. C’est UNE expérience. Celle que tu vis en ce moment.
Je te donne un exemple, tu mentionne dans ce passage la frayeur. Imagine un instant un moment de frayeur. Il est peut être accompagné de pensées. Il est accompagné d'une émotion que l'on nomme peur. Il est accompagné de sensations, des sueurs froides, des tremblements etc.
Dis-moi, où finit l'émotion peur et où commence la sensation de tremblement? Ou finit la frayeur et où commence la pensée qui parle de frayeur? Comment est-ce qu’on sépare tout ça?
Est-ce que tout ça n'est pas qu'UNE SEULE expérience? La pensée 'j'ai peur' n'est elle pas présente EN MÊME TEMPS que l'émotion peur? À la même 'place'? Dans le même 'vécu'?
Quand tu parles du ‘je’, du ‘me’ ou du ‘moi’, à quoi fais-tu référence?
Je fais référence à moi Nicolas, mon histoire, mon état civil, mes habitudes, mon caractère. A ce qui me définit, à ce qui est toujours là à mon réveil chaque matin.
D'accord.
Est-ce que le corps est toi ?
Non, c'est une mécanique biologique qui d'ailleurs n'est jamais vraiment là même. Par contre je donne vie à ce corps par les impulsions que je lui donne.
Ok. Nous allons faire une exploration au sujet de ce 'je donner vie à ce corps par les impulsions...'
Est-ce que les pensées sont toi ?
Non, les pensées ne sont pas moi. Elles vont et viennent.
Oui.
Où est, où réside ce ‘je me moi’ ? Où est-il situé? À l'intérieur de ton corps? À l'intérieur d'une partie de ton corps? Ailleurs?
J'ai l'impression que ce "je me moi" est localisé derrière mes yeux. Et si j'y fais attention mon crâne me parait être une barrière à ce "je me moi". Quelque chose de dur, opaque et imperméable.
Derrière les yeux, effectivement, pour la plupart des gens, il y a de nombreuses sensations dans cette région.

Voici l'exercice dont je t'ai parlé, il s'agit simplement de s'asseoir.

Tu auras besoin d'environ 15-20 min de tranquillité. C'est très simple, mais pour que l'exploration soit fructueuse, il te faudra suivre les instructions scrupuleusement. Avant de commencer, sache qu'après avoir lu les instructions, tu devras arrêter de lire, faire l'exercice, et ensuite tu pourras continuer la lecture du message.

Voici:
Assied-toi dans un endroit calme, dans une position relativement immobile ou allonge-toi sur le dos si tu le préfères.
Sois silencieux et alerte.
Fais ce que tu fais.
Fais le pendant 10 à 15 minutes environ.

Pendant que tu es assis à faire ce que tu fais, si tu es inconfortable, tu peux bouger un peu, bouger les jambes, les mains, te gratter, t'étirer le cou, mais essaye de ne pas te déplacer ou te lever pour aller t'asseoir ailleurs. Pour toute la durée de l'exercice, reste à la même place.

En restant à l'intérieur de ces paramètres, il te suffit de faire ce que tu fais. Penser ce que tu penses, ressentir ce que tu ressens, faire l'expérience de ce dont tu fais l'expérience. Il n'y a pas de bonne ou mauvaise façon de simplement s'asseoir. Il n'y a rien sur quoi te concentrer, rien que tu doive faire.

Aussi, il est impossible de te laisser distraire parce qu'il n'y a aucun objet de concentration ni aucune méthode à suivre. Il est impossible de rater cet exercice. Si tu l'aimes, tu l'aimes, si tu ne l'aimes pas, tu ne l'aimes pas. C'est tout.

Maintenant, fait l'exercice puis continue la lecture du message une fois que ce sera fait.

**************************************************************************************************************************************************

Maintenant, les questions. Si après avoir lu une question tu as besoin de refaire l'exercice quelques instants pour valider certains points, n'hésite pas, refais-le et puis répond.

Fais-tu quelque chose ou tu ne fais rien?
Est-ce que tu respires ou ça respire?
Est-ce que tu penses ou ça pense?
Est-ce que tu ressens ou ça ressens?
Est-ce que tu donnes vie ou bien la vie se déroule d'elle même ?

Si la pensée "je fais" est présente, n'arrive t'elle pas après coup, comme un commentaire ou une interprétation de l'expérience qui vient tout juste de passer?

A plus

Daniel
Le but est seulement d'être - Just to be is the goal

User avatar
nico
Posts: 14
Joined: Fri Mar 18, 2016 11:34 pm

Re: confusion

Postby nico » Thu Mar 24, 2016 4:10 pm

Bonjour Daniel,

J'ai fait l'exercice ce matin. Voici les réponses:
Fais-tu quelque chose ou tu ne fais rien?
ma première réponse fût: je fais quelque chose. mais tout de suite après je me suis aperçu que je ne faisais rien.
Est-ce que tu respires ou ça respire?
Ca respire
Est-ce que tu penses ou ça pense?
Ca pense
Est-ce que tu ressens ou ça ressens?
Je ressens.
Une pensée est venue et a crée un sentiment de peur auquel je me suis immédiatement identifié.
Est-ce que tu donnes vie ou bien la vie se déroule d'elle même ?
La vie se déroule d'elle même.
Si la pensée "je fais" est présente, n'arrive t'elle pas après coup, comme un commentaire ou une interprétation de l'expérience qui vient tout juste de passer?
C'est drôle que tu me poses cette question car je disais justement à un ami hier soir que si on observe bien, la plupart des actions se font toutes seules et la pensée se l'approprie immédiatement après. Mais est-ce le cas pour toutes les expériences ?


Certaines pensées sont plus "fortes": chargées en émotion (il risque de se passer telle chose: j'ai peur)
D'autres sont comme une impulsion: Je peux parfois sentir une ébauche de mouvement (il faut que je fasse cette chose)
Dans ce cas j'ai vraiment l'impression que le "moi se contracte" comme tu le disais dans un post plus haut.

User avatar
DanielP
Posts: 736
Joined: Sun Jun 14, 2015 5:19 am
Location: Canada

Re: confusion

Postby DanielP » Fri Mar 25, 2016 12:34 am

Bonjour Nicolas,

Je te remercie de te prêter au jeu comme ça. Je trouve cet exercice particulièrement révélateur.
Fais-tu quelque chose ou tu ne fais rien?
ma première réponse fût: je fais quelque chose. mais tout de suite après je me suis aperçu que je ne faisais rien.
En effet, il peut même être troublant de voir que les pensées 'apparaissent d'elles même'.
Est-ce que tu respires ou ça respire?
Ca respire
Ça se fait tout seul.
Est-ce que tu penses ou ça pense?
Ca pense
Ça se fait tout seul ça aussi.
Est-ce que tu ressens ou ça ressens?
Je ressens. Une pensée est venue et a crée un sentiment de peur auquel je me suis immédiatement identifié.
Ok, il y a identification, mais comment se fait l'identification? Regarde.
Est-ce que tu donnes vie ou bien la vie se déroule d'elle même ?
La vie se déroule d'elle même.
Oui et quel soulagement n'est-ce pas? :)
Si la pensée "je fais" est présente, n'arrive t'elle pas après coup, comme un commentaire ou une interprétation de l'expérience qui vient tout juste de passer?
C'est drôle que tu me poses cette question car je disais justement à un ami hier soir que si on observe bien, la plupart des actions se font toutes seules et la pensée se l'approprie immédiatement après.
Je lis dans tes pensées ;)
Mais est-ce le cas pour toutes les expériences ?
Je ne sais pas, je n'ai pas l'impression que ce sont toutes les pensées qui s'approprie l'expérience après coup comme ça. Il me semble que c'est plus compliqué. Par contre, il est clair que le 'je' s'approprie l'expérience de cette façon.
Certaines pensées sont plus "fortes": chargées en émotion (il risque de se passer telle chose: j'ai peur)
D'autres sont comme une impulsion: Je peux parfois sentir une ébauche de mouvement (il faut que je fasse cette chose)
Dans ce cas j'ai vraiment l'impression que le "moi se contracte" comme tu le disais dans un post plus haut.
.
Certaines pensées semblent plus fortes, oui.
D'autres semblent s'imposer comme des incontournables, oui.
Le moi semble se contracter, oui.
Mais tout ça, la pensée plus forte, celle qui s'impose, et la contraction ne font elles pas aussi partie de l'expérience?

Je t'invite à répéter, dans les jours qui viennent, l'exercice de simplement s'asseoir et d'explorer ce qui suit:

Une peur peut elle être vue de la même manière qu'un arbre est vu?
Assied toi avec une peur et laisse la faire son truc. Qu'arrive-t-il?

Une pensée peut elle être entendu de la même manière que le chant des oiseaux est entendu?
Est-ce que tout n'est pas expérimenté à la même place? Ici!

Que se passe-t-il si tu laisse l'expérience être comme elle est?
Que se passe t-il si tu n'interviens pas dans l'expérience du moment?
Que se passe t-il si tu laisse les pensées penser, les émotions émotionner, les sensations sensationner?

À plus

Daniel
Le but est seulement d'être - Just to be is the goal

User avatar
nico
Posts: 14
Joined: Fri Mar 18, 2016 11:34 pm

Re: confusion

Postby nico » Fri Mar 25, 2016 7:14 am

Merci Daniel,
Je vais explorer ces questions et je reviens vers toi.

Nicolas.

User avatar
DanielP
Posts: 736
Joined: Sun Jun 14, 2015 5:19 am
Location: Canada

Re: confusion

Postby DanielP » Fri Mar 25, 2016 2:26 pm

D'accord Nicolas,

A plus

Daniel
Le but est seulement d'être - Just to be is the goal

User avatar
nico
Posts: 14
Joined: Fri Mar 18, 2016 11:34 pm

Re: confusion

Postby nico » Mon Mar 28, 2016 9:04 am

Bonjour Daniel,

Je pratique l'exercice que tu m'as conseillé et j'observe ce qui se passe.
Une peur peut elle être vue de la même manière qu'un arbre est vu?
Assied toi avec une peur et laisse la faire son truc. Qu'arrive-t-il?
Quand je m'assois et que je pense à cette peur, je ne ressens pas le sentiment de peur, je la vois effectivement comme un arbre.
Peut-être est-ce parce que c'est délibéré, parce que j'y pense. Le propre de la peur n'est-il pas de nous surprendre, de nous saisir sans qu'on s'y attende ?
Une pensée peut elle être entendu de la même manière que le chant des oiseaux est entendu?
Oui clairement quand je m'assois et que j'observe, sinon c'est plutôt moi l'oiseau :)
Est-ce que tout n'est pas expérimenté à la même place? Ici!
Clairement aussi. C'est l'unique endroit, ni passé, ni futur.
Ca me parle beaucoup, je le ressens fortement sur l'instant puis cela s'estompe quand je recommence à piailler
Que se passe-t-il si tu laisse l'expérience être comme elle est?
Que se passe t-il si tu n'interviens pas dans l'expérience du moment?
Que se passe t-il si tu laisse les pensées penser, les émotions émotionner, les sensations sensationner?
Mes épaules se relâchent, mon corps se détend. Le calme s'installe.
Si je prolonge cette expérience je sens comme une impatience dans le corps: ça bouge ou plutôt tente de bouger mais je le contrôle pour continuer l'expérience. Et puis comme le but est de de ne pas intervenir et de laisser les choses aller je laisse faire et l'expérience cesse :)


Hier, je pratiquais l'exercice en marchant dans la rue. J'explorais toutes ces questions puis il s'est mis à pleuvoir.
Je me suis abrité et j'ai observé la pluie tomber.
Puis je me suis aperçu que je n'avais plus de pensées. Je me sentais bien, solide, centré, avec seulement quelques idées, sensations en périphérie. J'ai voulu réfléchir à ce que je devais faire mais je devais faire un effort, comme si ca n'était pas naturel du tout. J'ai repris mon chemin dans le même état et quand je me suis assis avant le cours de yoga je me sentais profondément ancré, calme avec seulement cette étincelle de joie.
Puis la sensation à disparu durant la pratique.
J'essaie de ne pas trop m'y attacher même si j'ai la tentation de vouloir retrouvé cette sensation.

Nicolas.

User avatar
DanielP
Posts: 736
Joined: Sun Jun 14, 2015 5:19 am
Location: Canada

Re: confusion

Postby DanielP » Mon Mar 28, 2016 5:19 pm

Bonjour Nicolas,

C'est difficile pour moi de répondre aujourd'hui. On se repalrle demain.

À plus

Daniel
Le but est seulement d'être - Just to be is the goal


Return to “Français (archives)”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 24 guests