Réaliser une fois pour toute ce que je suis

User avatar
ShinyB
Posts: 18
Joined: Wed Mar 16, 2016 10:57 pm

Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby ShinyB » Thu Mar 17, 2016 8:32 pm

Bonjour,

Les raisons pour lesquelles je souhaite commencer une discussion avec un guide :

Justement, pour qu'il me guide vers la réalisation, définitive, qu'il n'y a réellement pas de moi séparé, et qu'il n'y en a jamais eu. Je l'ai déjà vu plusieurs fois, mais ce fut comme une fenêtre ouverte quelques instants, puis qui s'est refermée.

Mes attentes : un accompagnement impliqué. Un vrai échange.

Mon parcours : une psychothérapie durant 9 années, consistant à observer les pensées du système (fermé/répétitif/contradictoire/imaginaire/automatique) de l'égo. Les croyances, le pouvoir mis sur ces pensées, semblant super réelles. Conduisant à une conscientisation de ces pensées (inconscientes, à la base, la plupart du temps), et du coup, à une démobilisation de celles-ci. Il se trouve que j'ai vécu, toujours dans ce cadre (et uniquement dans celui-ci) de séances de thérapie, maintes expériences dit d'éveil. En effet, il se trouve qu'en observant ces pensées, il arrive un moment, où ça s'arrête, ça capitule, en quelques sortes, et du coup, instantanément, ça laisse place à la réalité : la Présence tout simplement, la joie, la liberté, l'amour, voire un peu plus mystique, comme le sentiment de disparition du corps, d'être transparent, invisible, de fusionner avec le tout, de paix totale...

Mais voilà, toutes ces expériences se finissaient... Avec l'envie évidemment d'y retourner. Et donc, frustration. Ça va mieux de ce côté là. J'ai vécu cela. Ok.

Mais reste tout de même cette soif de vérité, et c'est comme si je n'y pouvais rien !

D'où ma présence sur ce site !

Merci.

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby Chronophonix » Tue Mar 22, 2016 12:15 am

Bonsoir Benoit

Les croyances, le pouvoir mis sur ces pensées, semblant super réelles.

Tu as donc vu cela : la pensée se faisant passer pour du réel, avec pour conséquence que cette pensée est crue et te coupe du même coup de l'être profond que tu es. Et quand ce mécanisme est vu, encore et encore, le mental finit par capituler et laisse la place à la Présence. Donc, la première question qui me vient est la suivante : ici et maintenant, au moment même où tu lis ces lignes, peux-tu faire un inventaire des pensées auxquelles tu crois dur comme fer ? J'insiste sur le «maintenant», il te suffit de regarder directement, de voir quelles pensées tentent, ici et maintenant, de se faire passer pour du réel, puis de prendre note.

Bien à toi
Michel
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)

User avatar
ShinyB
Posts: 18
Joined: Wed Mar 16, 2016 10:57 pm

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby ShinyB » Tue Mar 22, 2016 3:22 am

Bonsoir Michel

Merci de m'accompagner et de prendre de ton temps dans ce processus.

Pour répondre à ta question, voici ce que je vois comme pensées, ici et maintenant, auxquelles je peux croire :
d'être seul, isolé, faible, d'être bloqué là, de n'y rien comprendre, comme si on m'avait enlevé la compréhension justement, la connaissance, d'être en prison, qu'il n'y a aucun sens, mais vraiment aucun, oui, que l'on m'a enlevé tout pouvoir. D'être fou. Que je vais mourir, et je n'aurai rien compris à rien. De tourner en rond. Il n'y a rien à faire. Impuissance totale. Découragement. Désespoir.

User avatar
ShinyB
Posts: 18
Joined: Wed Mar 16, 2016 10:57 pm

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby ShinyB » Tue Mar 22, 2016 2:18 pm

En fait, il y a comme une fatigue de chercher. Ce "je dois trouver", épuisant. Un stress présent, une urgence. Question de vie ou de mort.

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby Chronophonix » Wed Mar 23, 2016 12:04 am

Bonsoir Benoit

Que se passe-t-il, lorsque après avoir été dans le noir pendant un bon moment, tout à coup, on se retrouve en pleine lumière ? En général, on est ébloui pendant quelques minutes, puis la vue s'adapte, l'éblouissement se résorbe puis disparait, tout redevient normal. Pourtant, la lumière est toujours là, mais elle n'est plus vue car l'attention n'est plus dirigé vers elle. Que va-t-il alors se passer pour celui qui se désespère d'avoir perdu cette sensation d'éblouissement au point qu'il ne voit même plus que la lumière est toujours là ? Au lieu de chercher la lumière, qui n'est pas difficile à trouver puisque présente en permanence, il va chercher à être ébloui encore et encore, il voudrait tant être ébloui en permanence : peine perdue, c'est impossible, celui qui serait ébloui en permanence ne survivrait sans doute pas très longtemps ! Donc, le problème ne vient pas du fait de chercher, mais d'une erreur d'appréciation de ce qui doit être recherché.

C'est là que le mental pensant intervient : Il dit «Je dois trouver» mais c'est ce même mental qui a décidé, en fonction d'expériences mémorisées comme hautement désirables, ce qui doit être trouvé. Or ces expériences ont précisément pu se produire parce que le mental s'était mis en pause. Vois-tu l'impossibilité de la démarche ?

En même temps, peux-tu te poser les questions suivantes : qui est celui qui est conscient de la pensée «je dois trouver» ? Qui est celui qui est conscient d'être épuisé, stressé, dans l'urgence ? Ce «qui», cet «endroit» où apparaissent toutes ces pensées négatives est-il lui même fatigué, stressé ? Ce «lieu» où apparait ce sentiment de désespoir est-il lui-même désespéré ? Il te faut observer cela directement, sans le support de l'intellect, observer l'évidence: sans ce «lieu» de conscience, pourrait-il y avoir la moindre pensée d'impuissance, le moindre sentiment de découragement ? De plus, les pensées et les sentiments sont fluctuants, ils vont et viennent, apparaissent et disparaissent, mais cet «endroit» où ces pensées et ces sentiments se produisent est-il lui-même fluctuant ? Peut-il disparaître ? Quoi que tu penses, quoique tu ressentes, il y a «quelque chose» qui est conscient de ces pensées, qui est conscient de ressentir.

Je t'invite donc à observer sans jugement ni commentaire tout ce qui apparait, afin de bien discriminer ce qui est transitoire — pensées, sentiments, sensations, tensions ou douleurs physiques, etc... — de cela qui est là tout le temps et sans lequel rien ne pourrait être ni pensé ni ressenti.

Tu as parlé de vie ou de mort. Arnaud Desjardins disait : «Si ton mental vit, tu meurs. Si ton mental meurs, tu vis.»

Bien à toi
Michel
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)

User avatar
ShinyB
Posts: 18
Joined: Wed Mar 16, 2016 10:57 pm

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby ShinyB » Wed Mar 23, 2016 1:39 am

Bonsoir Michel,
Au lieu de chercher la lumière, qui n'est pas difficile à trouver puisque présente en permanence, il va chercher à être ébloui encore et encore, il voudrait tant être ébloui en permanence : peine perdue, c'est impossible, celui qui serait ébloui en permanence ne survivrait sans doute pas très longtemps ! Donc, le problème ne vient pas du fait de chercher, mais d'une erreur d'appréciation de ce qui doit être recherché.

C'est là que le mental pensant intervient : Il dit «Je dois trouver» mais c'est ce même mental qui a décidé, en fonction d'expériences mémorisées comme hautement désirables, ce qui doit être trouvé. Or ces expériences ont précisément pu se produire parce que le mental s'était mis en pause. Vois-tu l'impossibilité de la démarche ?
En effet, il peut avoir cette tendance à vouloir revivre, à rechercher à vivre, ces expériences (hors du commun) et à croire vraiment que "l'éveil", c'est les vivre 24h/24. Je comprends bien ton exemple, bien clair, c'est le cas de le dire... La lumière est toujours là, donc pas d'éblouissement.
Et, oui, évidemment, le mental ne peut trouver ce qui se dévoile dans le cas où il est justement en "pause". Et ça ne peut, du coup, que le décourager, le faire sentir impuissant.
C'est noté !
En même temps, peux-tu te poser les questions suivantes : qui est celui qui est conscient de la pensée «je dois trouver» ? Qui est celui qui est conscient d'être épuisé, stressé, dans l'urgence ? Ce «qui», cet «endroit» où apparaissent toutes ces pensées négatives est-il lui même fatigué, stressé ? Ce «lieu» où apparait ce sentiment de désespoir est-il lui-même désespéré ? Il te faut observer cela directement, sans le support de l'intellect, observer l'évidence: sans ce «lieu» de conscience, pourrait-il y avoir la moindre pensée d'impuissance, le moindre sentiment de découragement ? De plus, les pensées et les sentiments sont fluctuants, ils vont et viennent, apparaissent et disparaissent, mais cet «endroit» où ces pensées et ces sentiments se produisent est-il lui-même fluctuant ? Peut-il disparaître ? Quoi que tu penses, quoique tu ressentes, il y a «quelque chose» qui est conscient de ces pensées, qui est conscient de ressentir.
Je vois très bien ce que tu veux dire. Mais j'ai un peu de mal à ne pas user de l'intellect, à ne pas conceptualiser. Du coup, je connais les réponses, mais ne les voient pas "directement". Et il y a même cette question (la fameuse) de "qui" voit ce "qui" où tout apparaît et disparaît ? Comme si ce "cela" devenait ce qui apparaissait. C'est le fameux "happage". En même temps, je vois bien, tout en écrivant ces lignes, que je les écris et que quelque part elles ne sont pas moi. Je ne sais pas d'où elles viennent mais sont là, et c'est plutôt marrant de regarder faire cette écriture qui pourrait ne jamais finir. Sensation un peu étrange de ne pas savoir vraiment qui écrit et d'où ça vient. Drôle d'expérience.
Je t'invite donc à observer sans jugement ni commentaire tout ce qui apparait, afin de bien discriminer ce qui est transitoire — pensées, sentiments, sensations, tensions ou douleurs physiques, etc... — de cela qui est là tout le temps et sans lequel rien ne pourrait être ni pensé ni ressenti.
C'est noté également.

Merci.

User avatar
ShinyB
Posts: 18
Joined: Wed Mar 16, 2016 10:57 pm

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby ShinyB » Wed Mar 23, 2016 10:04 pm

Bonsoir,

Ce que je peux dire, c'est que les pensées, les images, sont vues, les émotions, vécues, les sensations corporelles, ressenties. Bien. Et donc ? Oui, il y a ce cela dans lequel tout arrive et disparaît. Qui semble toujours là, comme un espace neutre, témoin, non affecté par quoique ce soit qui apparaît. Comme un Silence. Que l'on ne peut définir, impersonnel.

So ?

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby Chronophonix » Wed Mar 23, 2016 10:23 pm

Bonsoir Benoit

J'étais en train de relire cette réponse à ton premier message, quand tu as posté le second. Je laisse cette réponse telle quelle, et rajoute une petite coda...

Sensation un peu étrange de ne pas savoir vraiment qui écrit et d'où ça vient.

Outre le travail d'observation que je t'ai invité à faire, je rajoute celui-ci : observer cette sensation un peu étrange et voir si par hasard, elle ne se produirait pas dans d'autres circonstances que l'écriture nocturne. Parce que si tu regardes bien la phrase que tu as écrite, il y a deux éléments : d'abord, la sensation, vécue en direct, puis la pensée surimposée «de ne pas savoir vraiment qui écrit et d'où ça vient». Tu peux reporter cela dans des tas d'autres activités quotidienne. Par exemple, d'où vient la sensation du goût, lorsque tu manges ? D'où vient la sensation du parfum lorsque tu respires l'odeur d'une fleur ? Mais ne répond pas intellectuellement, car là, c'est trop facile et parfaitement inutile pour notre propos. Non, trouve directement la source de ces sensations. Et l'écoute de la musique ? D'où cela vient-il ? Où cela se produit-il ? Là non plus, pas d'analyse intellectuelle, mais de l'expérience directe : fais jouer une musique que tu aimes bien et vois ce qui se passe.

il y a ce cela dans lequel tout arrive et disparaît. Qui semble toujours là, comme un espace neutre, témoin, non affecté par quoique ce soit qui apparaît. Comme un Silence. Que l'on ne peut définir, impersonnel.


Ce cela est-il vraiment ressenti ? Un critère qui ne trompe pas est que si c'est le cas, toute pensée étant vue immédiatement en tant que pensée — un simple objet mental — elle ne peut plus être crue et t'embarquer dans son histoire. Plus du tout, vraiment !. Aucune pensée ne peut résister au feu de cela. Un autre critère, c'est que cela ne peut être un objet d'observation. Cela peut être connu par l'intuition, mais pas par l'intellect. En quelque sorte, tu ne connais pas cela, tu es cela. Franklin Merrell-Wolff, un «éveillé» américain du milieu du XXème siècle parlait de «connaissance par identité» Et pour conclure, lorsque tu es cela, que deviens le «moi-je» ? Dis-moi...

Bien à toi
Michel
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)

User avatar
ShinyB
Posts: 18
Joined: Wed Mar 16, 2016 10:57 pm

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby ShinyB » Thu Mar 24, 2016 12:25 am

Bonsoir Michel,

Pour la première partie de ta réponse :

En fait, ce que tu me proposes, ça me fait penser à être comme un nouveau-né : expériences directes, pas d'intellectualisation, découvrir à chaque fois, chaque sensation, d'une manière fraîche, nouvelle.

Pour le goût, il y a juste goût et texture.
Pour l'odorat, il y a juste parfum.
Pour la musique (bien vu, j'adore...) : il y a juste musique (avec émotions, pensées, images, éventuellement).
En expérience directe, c'est tout ce qu'il y a. D'où ça vient ? Je ne sais pas. C'est là.
Où cela se produit-il ? En moi.

Pour la deuxième partie de ta réponse :
Ce cela est-il vraiment ressenti ?
Apparemment non, d'après ce que tu me dis. Comme je le disais dans le message précédent, ça conceptualise. Plus de l'ordre de l'intuition, d'une sorte d'image.
Et pour conclure, lorsque tu es cela, que deviens le «moi-je» ? Dis-moi...
Y'en n'a plus !

User avatar
ShinyB
Posts: 18
Joined: Wed Mar 16, 2016 10:57 pm

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby ShinyB » Thu Mar 24, 2016 12:48 am

Précision sur l'écoute de la musique que j'aime bien : sensation d'amour (joie, douceur)...

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby Chronophonix » Thu Mar 24, 2016 9:50 pm

Bonsoir Benoit

En fait, ce que tu me proposes, ça me fait penser à être comme un nouveau-né : expériences directes, pas d'intellectualisation, découvrir à chaque fois, chaque sensation, d'une manière fraîche, nouvelle.

Voilà, c'est ce que nous pointons par le terme «expérience directe», et c'est la seule voie possible pour réaliser ce que nous sommes vraiment. A chaque instant, voir d'un œil neuf tout ce qui se présente : sensations, sentiments, émotions, pensées, sans surajouter de commentaire. Juste constater ce qui est là.

Où cela se produit-il ? En moi.

Par ailleurs, tu dis aussi que lorsque tu es «cela», il n'y a plus de «moi-je». Comment articules-tu ces deux assertions apparemment contradictoires ? Mais revenons à la première : lorsque tu respires le parfum d'une fleur, et que tu le fais pendant une quinzaine de secondes (deux ou trois inspirations), si tu restes uniquement avec la sensation, que tu es la sensation, y a-t-il encore un «moi-je» au sein duquel cette sensation serait censée se produire ? Que te dit l'expérience directe du parfum ? Après, la pensée «moi-je» en tant que lieu de l'expérience peut apparaître, mais qu'en est-il pendant l'expérience ?

il y a juste musique (avec émotions, pensées, images, éventuellement)

S'il y a des pensées, il y a donc, toujours en expérience directe, d'une part la musique, d'autre part des pensées qui sont peut-être des commentaires suscités par la musique, mais n'ont rien à voir avec la musique elle-même. D'ailleurs, une observation attentive pourrait te montrer que lorsqu'une pensée surgit pendant l'écoute, celle-ci est interrompue le temps que dure cette pensée. Je t'invite à vérifier cela par toi-même.

Apparemment non, d'après ce que tu me dis

Peux-tu préciser ? Lorsque je parle de ressentir cela, je pointe un ressenti de nature intuitive, mais non conceptuel, sur ce dernier point, je suis formel ! Cela EST, c'est à peu près tout ce qui peut en être dit une fois éliminé tous les bavardages !

Bien à toi
Michel
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)

User avatar
ShinyB
Posts: 18
Joined: Wed Mar 16, 2016 10:57 pm

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby ShinyB » Fri Mar 25, 2016 12:44 am

Bonsoir Michel,
Où cela se produit-il ? En moi.


Par ailleurs, tu dis aussi que lorsque tu es «cela», il n'y a plus de «moi-je». Comment articules-tu ces deux assertions apparemment contradictoires ?
Oui. Il y a confusion, voir, bug, entre "moi/je" et "cela". Je crois que je voulais dire en ma conscience. "Ma" conscience ? tu vas me dire. Et je répondrai à nouveau, oui, "ma" conscience. Car, ça donne l'impression, voire la conviction, qu'il n'y a que moi, ou un espace localisé (dans ce cas précis où je me trouve seul chez moi) qui sens, goûte, entends ce parfum, ce goût, cette musique, et qui n'est pas partagé, en quelques sorte. A suivre...
Par ailleurs, tu dis aussi que lorsque tu es «cela», il n'y a plus de «moi-je»
Ça, c'est juste que je le devine. Je ne le vis pas vraiment. Juste expérimenté dans le passé comme je l'ai dis au départ de la conversation. C'est pour cela que tu me guides.
lorsque tu respires le parfum d'une fleur, et que tu le fais pendant une quinzaine de secondes (deux ou trois inspirations), si tu restes uniquement avec la sensation, que tu es la sensation, y a-t-il encore un «moi-je» au sein duquel cette sensation serait censée se produire ? Que te dit l'expérience directe du parfum ? Après, la pensée «moi-je» en tant que lieu de l'expérience peut apparaître, mais qu'en est-il pendant l'expérience ?
En fait, avec les yeux fermés, c'est plus évident. Le parfum me dit qu'il n'y a personne. Juste ce parfum au sein de rien.
D'ailleurs, une observation attentive pourrait te montrer que lorsqu'une pensée surgit pendant l'écoute, celle-ci est interrompue le temps que dure cette pensée. Je t'invite à vérifier cela par toi-même.
Oui, j'essaierai.
Apparemment non, d'après ce que tu me dis


Peux-tu préciser ? Lorsque je parle de ressentir cela, je pointe un ressenti de nature intuitive, mais non conceptuel, sur ce dernier point, je suis formel !
J'ai répondu non, par ce que tu décrivais ensuite :
Un critère qui ne trompe pas est que si c'est le cas, toute pensée étant vue immédiatement en tant que pensée — un simple objet mental — elle ne peut plus être crue et t'embarquer dans son histoire. Plus du tout, vraiment !. Aucune pensée ne peut résister au feu de cela.
Ce n'est pas encore le cas pour ma part. Je peux évidemment encore me laisser embarquer par les pensées. Moins qu'auparavant, moins longtemps, voire moins intensément aussi, quoique, mais quand même, surtout au réveil, en pleine nuit ou au matin.

Maintenant, si c'est de l'ordre de l'intuition, je dirais que je le ressens alors.

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby Chronophonix » Sat Mar 26, 2016 12:38 am

Bonsoir Benoit

Le parfum me dit qu'il n'y a personne. Juste ce parfum au sein de rien.
Voilà ce qu'est l'expérience directe, tu as donc là une référence indubitablement vécue et à ta disposition en permanence pour vérifier que tu es bien dans ce mode de l'être que nous pointons par expérience — ou vision — directe. La mise en mots que tu proposes de l'expérience du parfum se fonde sur l'expérience directe elle-même.

ça donne l'impression, voire la conviction, qu'il n'y a que moi, ou un espace localisé (dans ce cas précis où je me trouve seul chez moi)

Bien, s'il y a la sensation d'un espace localisé, où se trouve-t-il ? En dehors du corps ? Dans le corps ? Si oui, à quel endroit ? Dans la tête ? Dans la poitrine ? Ailleurs ? Si comme tu le dis, lorsque tu es seul, il n'y a que toi, ce «toi» doit bien se trouver quelque part, alors je t'invite à le trouver.

Je peux évidemment encore me laisser embarquer par les pensées.

Si je me réfère à ta toute première réponse, ces pensées semblent s'accompagner d'émotions, puisque tu évoquais le découragement, le désespoir. Lorsque cela se produit, l'expérience directe permet de voir ceci : si tu ne les nommes pas, les émotions qui te traversent sont simplement des intensités physiques et sensorielles. Les pensées sont des «objets mentaux» qui passent. Toujours en expérience directe, peux-tu voir que tu n'est pas ces pensées, que tu n'es pas ces émotions ? Pas d'interprétation, juste le fait que ou tu le vois, ou tu ne le vois pas. A chaque instant, la même question peut être posée : je vois, ou je ne vois pas ? Il n'est pas particulièrement important qu'à un instant t, tu vois ou tu ne vois pas, ce qui importe est de te poser sans cesse la question. J'ai évoqué l'intuition car ce mot est pertinent pour moi en tant que pointeur d'une connaissance instantanée et non intellectuelle, une évidence sans mots. La vision d'une pensée est ainsi : tout à coup, la pensée est vue comme un objet mental, à partir de ce qu'on pourrait appeler un arrière-plan qui lui, n'est pas un objet. Pour reprendre tes propres mots : «cette pensée me dit qu'il n'y a personne. Juste cette pensée au sein de rien» Voir cela est disponible à chaque instant, il faut juste s'en souvenir, et c'est bien le dilemme de l'être humain : il oublie tout le temps...

Bien à toi
Michel

«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)

User avatar
ShinyB
Posts: 18
Joined: Wed Mar 16, 2016 10:57 pm

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby ShinyB » Sat Mar 26, 2016 3:21 am

Bonsoir Michel,
Bien, s'il y a la sensation d'un espace localisé, où se trouve-t-il ? En dehors du corps ? Dans le corps ? Si oui, à quel endroit ? Dans la tête ? Dans la poitrine ? Ailleurs ? Si comme tu le dis, lorsque tu es seul, il n'y a que toi, ce «toi» doit bien se trouver quelque part, alors je t'invite à le trouver.
En fait, il suffit que je ferme les yeux pour ressentir ce que j'appelle cet "espace localisé", définit par le corps entier, comme une énergie variant de dense à légère. Sans nécessairement sentir une limite claire du contour du corps. Juste une énergie plus dense à cet endroit, fondue dans le reste. Et je me sens à cet endroit et pas ailleurs. D'où "localisé".
l'expérience directe permet de voir ceci : si tu ne les nommes pas, les émotions qui te traversent sont simplement des intensités physiques et sensorielles
Oui.
Les pensées sont des «objets mentaux» qui passent.
Oui.
Toujours en expérience directe, peux-tu voir que tu n'est pas ces pensées, que tu n'es pas ces émotions ?
Oui.

(Mais, en expérience pas directe, davantage pour les émotions, mais les pensées aussi, non. Car, comme tu le dis, les émotions sont des intensités physiques et sensorielles, et il suffit de s'identifier au corps, ce qui est le cas la plupart du temps, pour s'identifier, du coup, à elles. Ajouter à cela, l'identification aux pensées. Et bam bim boum !)
A chaque instant, la même question peut être posée : je vois, ou je ne vois pas ?
Je vais y tâcher.
La vision d'une pensée est ainsi : tout à coup, la pensée est vue comme un objet mental, à partir de ce qu'on pourrait appeler un arrière-plan qui lui, n'est pas un objet. Pour reprendre tes propres mots : «cette pensée me dit qu'il n'y a personne. Juste cette pensée au sein de rien» Voir cela est disponible à chaque instant, il faut juste s'en souvenir, et c'est bien le dilemme de l'être humain : il oublie tout le temps...
Oui ! Se souvenir !

Merci !

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Réaliser une fois pour toute ce que je suis

Postby Chronophonix » Tue Mar 29, 2016 9:08 pm

Bonsoir Benoit

(Mais, en expérience pas directe, davantage pour les émotions, mais les pensées aussi, non. Car, comme tu le dis, les émotions sont des intensités physiques et sensorielles, et il suffit de s'identifier au corps, ce qui est le cas la plupart du temps, pour s'identifier, du coup, à elles. Ajouter à cela, l'identification aux pensées. Et bam bim boum !)

En dehors du mode «expérience directe», ce que nous faisons ici n'a aucun sens ! Donc, plus le choix (d'ailleurs, y a-t-il jamais eu le moindre choix pour quoique ce soit ?), toujours revenir à la question, maintenant, toujours se souvenir, maintenant, ce que Gurdjieff appelait «le rappel de soi», qui n'est possible qu'ici et maintenant, instant après instant...Swami Prajnanpad répétait souvent à ses élèves : «You will have to pay the full price» ! (Vous aurez à payer le prix complet)
En fin de compte, le prix à payer, c'est de se souvenir tout le temps...

Bien à toi
Michel
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)


Return to “Français (archives)”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 4 guests