Sue, c'est pour toi !

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Sue, c'est pour toi !

Postby Chronophonix » Mon Mar 30, 2015 9:54 am

Hello Sue

Voici donc les question d'usages auxquelles je t'invite à répondre.

1) Existe-t-il une entité séparée «moi», ou «je», ou encore «moi-je» où que ce soit, de quelque forme que ce
soit ?

2) Explique en détail ce qu'est l'illusion de l'entité séparée, quand est-ce qu'elle commence, et comment elle fonctionne, à partir de ta propre expérience, telle qu'elle est ici et maintenant.

3) Qu'est-ce que tu as ressenti lorsque tu as vu cela ? Quelle fut la différence par rapport à ce que tu vivais
avant ?
Donne aussi quelques exemples de ton vécu actuel.

4) Quel fut le déclic qui t'a fait basculer, qui t'a fait voir cela ?

5) Est-ce toi qui décides, as des intentions, choisis, contrôles les évènements de la vie ? Es-tu à l'origine de ce qui arrive ?
Donne des exemples à partir de ton expérience.

6) Quelque chose à ajouter ?

A toi de jouer !

Michel
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)

User avatar
Sue
Posts: 21
Joined: Sat Mar 28, 2015 3:59 pm

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby Sue » Mon Mar 30, 2015 1:03 pm

Hello Michel,

Très contente de participer à cette aventure, quelle belle initiative ce forum !

Voici mes réponses :

1) Existe-t-il une entité séparée «moi», ou «je», ou encore «moi-je» où que ce soit, de quelque forme que ce
soit ?

Non, le sentiment d'un moi séparé est une croyance, un conditionnement psychique.

2) Explique en détail ce qu'est l'illusion de l'entité séparée, quand est-ce qu'elle commence, et comment elle fonctionne, à partir de ta propre expérience, telle qu'elle est ici et maintenant.

Des sensations, pensées, émotions, se manifestent dans ou à travers le corps-mental et une pensée d'appropriation se surajoute à la perception pure sous forme « c'est à moi que ça arrive, ce sont mes émotions, mes pensées, mes réactions, etc... » Cette pensée d'appropriation a pris naissance dans l'enfance quand nous avons commencé à croire ce que disaient nos parents « tu es ceci, tu t'appelles untel, tu as fait cela, ceci est ton corps, etc ».

3) Qu'est-ce que tu as ressenti lorsque tu as vu cela ? Quelle fut la différence par rapport à ce que tu vivais
avant ?
Donne aussi quelques exemples de ton vécu actuel.

Lorsque j'ai vu cela toute notion d'identité ou de définition a disparu pendant quelques instants et n'est restée que la conscience pure. Sur l'instant ce fut très neutre, un grand calme. Ensuite la légèreté, la paix, la compréhension profonde, la libération des fardeaux que ce soit ceux de la faute ou ceux du mérite...
La différence est que beaucoup de croyances se sont effondrées, les causes et les conséquences se sont inversées, porter un jugement n'a plus aucun sens... Le rapport aux autres est devenu très différent car il est vu qu'au-delà de la forme, nous sommes tous la même chose : de la conscience.
Dans mon vécu actuel, il y a encore des pensées d'appropriation ou de jugement qui apparaissent dans mon esprit mais elles sont vues et ne sont pas crues. « Je » , ce que je reconnais comme étant moi est : « la conscience qui perçoit à travers ce corps-mental », qui est impersonnelle et commune à tous. Ce qui en résulte c'est beaucoup de légèreté, d'amour, de joie...

4) Quel fut le déclic qui t'a fait basculer, qui t'a fait voir cela ?

C'était il y a un an, j'étais arrivée au bout de mes ressources pour « trouver l'éveil », après une quête entamée 13 ans auparavant suite à une expérience d'Unité. J'ai fait le constat que je tournais en rond, que je n'avais aucun pouvoir de me libérer car cela ne dépendait pas de ma volonté, et j'ai capitulé. Et dans cet instant de reddition, l'évidence qu'il n'y a personne au centre de l'organisme a été vue, ce qui mit fin à la recherche.

5) Est-ce toi qui décides, as des intentions, choisis, contrôles les évènements de la vie ? Es-tu à l'origine de ce qui arrive ?
Donne des exemples à partir de ton expérience.

Il n'y a personne qui décide ou contrôle les événements, pas de personnage central auteur des pensées, émotions, réactions, actions. Tout cela apparaît simplement dans ma perception. Ce qui est à l'origine de ce qui arrive se situe au niveau inconscient, ce sont les programmes et conditionnements (croyances) qui s'activent ou s'allument face à des stimuli et se manifestent par des pensées et/ou des émotions.
L'exemple du moment est cette envie de guider, d'aider à voir ceux qui n'ont pas encore vu et qui le souhaitent. Cette envie apparaît dans ma perception. Il n'y a pas d'appropriation. « Je » n'y suis pour rien si j'ai vu et si j'ai l'élan d'aider à voir... L'élan est là, il est suivi, point.

6) Quelque chose à ajouter ?

Oui j'ai envie d'ajouter que la croyance communément admise dans les milieux spirituels qu'il y a un ego (une entité moi-je séparée) et qu'il doit être dissout induit les chercheurs en erreur et génère beaucoup de souffrance. Personne ne doit ni ne peut être dissout puisqu'il n'y a personne au centre de l'organisme. Ce qui doit être dissout est la croyance en l'existence d'un moi-je. Et c'est quelque chose de très simple, c'est la conscience qui se déplace et change de perspective. Il n'y aucune « mise à mort » ! La personnalité reste la même, mais la conscience ne se prend plus pour elle, ne s'identifie plus au corps-mental.

Voilà, merci pour ton accueil !
Suyin

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby Chronophonix » Mon Mar 30, 2015 1:29 pm

Ok, Suyin; j'ai invité les autres guides à lire tes réponses, dès que trois auront confirmé, je te le fais savoir.
A très bientôt.
Michel
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby Chronophonix » Mon Mar 30, 2015 2:18 pm

Suyin, Frédéric (Freddy sur le forum) demande quelques précisions; voici son message :
une ou deux questions pour Suyin: Elle dit "ce que je reconnais comme étant moi est : "la conscience qui perçoit à travers ce corps-mental", qui est impersonnelle et commune à tous". Je ressens une citation de qqn d'autre plutôt qu'une observation (guillemets). Qu'est-ce que la conscience, dans la vision directe ? Y a-t-il un "moi" qui puisse s'identifier à elle ou à quoi que ce soit ? ; et l'exemple de la question 5 relève plus du mental que de l'expérience. Pourrait-elle donner un ou deux exemples de son quotidien pour des choix apparents ? Pourrait-elle, par exemple, décrire le choix des ingrédients de son prochain repas, et décrire le déroulement de ce ‘choix’ en temps réel et dans la vision directe ? Merci !

A toi de jouer...
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)

User avatar
Sue
Posts: 21
Joined: Sat Mar 28, 2015 3:59 pm

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby Sue » Mon Mar 30, 2015 6:42 pm

Merci Frédéric pour ces questions.
une ou deux questions pour Suyin: Elle dit "ce que je reconnais comme étant moi est : "la conscience qui perçoit à travers ce corps-mental", qui est impersonnelle et commune à tous". Je ressens une citation de qqn d'autre plutôt qu'une observation (guillemets). Qu'est-ce que la conscience, dans la vision directe ? Y a-t-il un "moi" qui puisse s'identifier à elle ou à quoi que ce soit ?
Ce n'est pas une citation, c'est bien une observation, c'est même plus que cela, c'est ce qui est présent avant toute observation. La conscience est ce qui perçoit/constate/vit l'expérience. On pourrait le dire aussi ainsi : c'est le fait de percevoir, le fait d'être, le fait d'être conscient. Dans mon langage, c'est le « vrai moi », mais ce n'est pas une identité, c'est ma nature véritable. Ce n'est pas un point, ni une source, c'est plutôt un espace. Merci de me demander d'approfondir, je comprends que le mot « moi » ici n'est pas approprié. Il n'y a pas de moi qui puisse s'identifier à la conscience, pourtant il y a reconnaissance profonde que c'est « ce que je suis », et que c'est ce que j'ai toujours été même quand je croyais être quelqu'un.
Dans l'expérience directe donc, « ça perçoit », « ça regarde». Il y a le niveau de l'observateur qui est focalisé sur les perceptions du corps-mental, puis il y a le niveau de l'observation pure qui n'est focalisé sur rien, qui juste est. Ce qui est vécu est « ça observe », puis « c'est constaté que ça observe ». Et encore, même pas. C'est ce qui est ressenti si l'attention est mise dessus. Sinon, c'est juste là, présent. C'est, et dans ce « c'est », il y a conscience d'être, observation, constat...
(Pas facile avec les mots à ce niveau-là !)
et l'exemple de la question 5 relève plus du mental que de l'expérience. Pourrait-elle donner un ou deux exemples de son quotidien pour des choix apparents ? Pourrait-elle, par exemple, décrire le choix des ingrédients de son prochain repas, et décrire le déroulement de ce ‘choix’ en temps réel et dans la vision directe ? Merci !
A toi de jouer...[/color]
Ok, description de l'expérience de ce soir : la faim apparaît. L'image « crêpe » apparaît. Puis se précise : « crêpe au fromage ». Je pose les ingrédients sur la table et prépare la pâte à crêpe. Elle repose tandis que j'écris ces mots. Il n'y a pas l'impression de choisir, ni de décider. Le désir « crêpe au fromage » est suivi par l'action, simplement.
En fait, je constate qu'il y a de moins ne moins de situations de choix dans ma vie, mais quand elles se produisent, voici ce qui se passe : j'observe le mental faire ses évaluations et ses projections, mais je ne le suis pas et me contente simplement d'imaginer/visualiser ce qui va être « choisi ». Aussitôt, je le sais, et je sais que je le savais depuis le début. Il n'y a jamais eu 2 options, ce qui allait se passer était connu d'avance, mais le mental a en quelque sorte joué à ne pas le savoir. Mon observation est que ceci se produit quand des croyances limitantes interviennent face à un élan de vie, un désir. Moins il y a de croyances limitantes à l'oeuvre, moins il y a de choix qui se présentent.

J'ai essayé d'être la plus claire possible...
Je vais de ce pas faire cuire les crêpes ! :)
Bonne soirée

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby Chronophonix » Mon Mar 30, 2015 9:10 pm

Hello Suyin

Encore deux commentaires, avec quelques questions complémentaires.

Gérard (GG1 sur le forum)
Bonjour, Hum, difficile de cerner exactement le bât qui blesse...
Sue semble bel et bien avoir vu mais la réalisation n'est pas certaine. Il y a une subtile récupération individuelle de la "chose" semble-t-il, que l'on retrouve d'ailleurs dans ses textes.
Qui est le "je" qui dit "j'observe le mental" et " je le sais, et je sais que je le savais depuis le début" ?
Et dans ses textes, par exemple : "Mais quand je reconnais que je suis, en tant qu'individu, le grand amour de l'Etre, comme le sont tous les êtres vivants, tout se réunifie." Qui est ce "je" qui existerait en tant qu'individu ?


Et Freddy à nouveau, qui d'abord, a confirmé :
c'est le fait de percevoir, le fait d'être, le fait d'être conscient", OK c'est tout bon. Remercie Sue pour ces clarifications détaillées, je voulais vérifier que l'ancienne croyance 'je suis une personne (séparée du reste)', n'avait pas été remplacée par une croyance neuve 'je suis la conscience (toujours séparée du reste)'. Je confirme.

puis qui après le commentaire de Gérard, rajoute ceci :
J'aimerais aussi en savoir un peu plus sur "ce que je suis, en tant qu'individu" ... Je vais attendre les réponses aux questions de Gérard avant de (re)confirmer.


A toi...
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)

User avatar
Sue
Posts: 21
Joined: Sat Mar 28, 2015 3:59 pm

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby Sue » Mon Mar 30, 2015 10:49 pm

Bonsoir Gérard,
je suis ravie de cet échange qui me permet de faire le point. S'il y a une subtilité qui m'échappe, un truc qui n'a pas été vu, je ne demande qu'à le voir. Déjà j'ai une question, quelle différence fais-tu entre « avoir vu » et « avoir réalisé » ? Et une autre, « avoir vu » ne suffit pas pour guider sur le forum ? C'est ce que j'avais cru en lisant les échanges.
Bonjour, Hum, difficile de cerner exactement le bât qui blesse...
Sue semble bel et bien avoir vu mais la réalisation n'est pas certaine. Il y a une subtile récupération individuelle de la "chose" semble-t-il, que l'on retrouve d'ailleurs dans ses textes.
Qui est le "je" qui dit "j'observe le mental" et " je le sais, et je sais que je le savais depuis le début" ?
J'observe. Qui observe ? Cela observe. Il y a observation. Qui constate qu'il y a observation ? Personne. Cela est constaté, par personne. C'est évident quand je regarde. Mais la vision de cela n'est pas automatique, permanente. C'est cela la différence avec la réalisation ?
Et dans ses textes, par exemple : "Mais quand je reconnais que je suis, en tant qu'individu, le grand amour de l'Etre, comme le sont tous les êtres vivants, tout se réunifie." Qui est ce "je" qui existerait en tant qu'individu ?
Ce texte évoque l'unification du sans-forme et de la forme, de la conscience impersonnelle et du corps-mental... Mais oui bien sûr en le relisant il semble bien qu'il y ait un « je » caché quelque part... Comme je le disais dans mon premier post, il y a encore des pensées d'identification mais elles sont vues et ne sont pas crues... Peut-être qu'elle ne sont pas toutes vues, ou que certaines sont encore crues... Peux-tu m'aider à éclaircir ça ? [/quote]

Un grand merci à toi, ainsi qu'à Freddy

User avatar
Sue
Posts: 21
Joined: Sat Mar 28, 2015 3:59 pm

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby Sue » Mon Mar 30, 2015 11:05 pm

Je rajoute à Freddy : "je suis la conscience, séparée du reste"... ça me parle... J'essaie d'éclaircir... "Je suis, en tant qu'individu" pour moi cela veut dire "je suis, en tant que conscience qui se prend pour un individu et qui en est consciente" et je pourrais rajouter, "et qui joue avec" . Je prenais ça pour une unification... Maintenant j'ai un doute...

User avatar
GG1
Posts: 269
Joined: Fri Jan 27, 2012 2:38 pm
Contact:

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby GG1 » Tue Mar 31, 2015 12:04 pm

Bonjour Sue,

Heureux de t'accompagner un moment ici ;).

La vision est un moment, ou des moments où il est clairement vu, perçu, qu'il n'y a pas de moi, pas d'auteur. Mais l'idée d'un moi revient, "ça" continue à croire que le moi s'en va et s'en vient. Deux raisons majeures à cela : des peurs, et des croyances à propos de ce qu'est la réalisation.
La réalisation est sans ambiguité : il n'y a pas d'auteur, il n'y en a jamais eu, il n'y en aura jamais. C'est définitif, et ce n'est pas une expérience mais la réalisation simple qu'il n'y a pas d'auteur. Moins de bruit, plus de profondeur.
Pour ma part, je ressens une grande différence entre les deux et il me paraît important que la réalisation soit bien là avant de guider. Sinon des erreurs et des confusions se produisent, comme on en voit parmi les "enseignants non duels" d'aujourd'hui.
A vrai dire, à lire ton dernier post, je ne saurais dire. Et je viens dialoguer avec toi afin que nous y voyions plus clair, surtout toi, tu t'en doutes ;)
Peut-être est-ce simplement une sorte de "manque de précision dans les mots", et comme tu le soulignes : cette précision est "difficile à ce niveau-là".

Une chose est certaine, comme nous le disons souvent, la réalisation n'est pas une fin mais un commencement. Normal donc que tout ne soit pas vu et intégré de suite.
Il est aussi habituel que des pensées d'identification soient crues, qu'elles soient vues ou non. Et si la vision est bien permanente (comment pourrait-elle ne pas l'être ?), elle n'est ni automatique ni permanente en tant qu'expérience.

Peut-être que je me trompe, mais il semble qu'il y a confusion entre les expériences vécues et estimées positives ou signant une réalisation, et la réalisation elle-même qui se moque pas mal des expériences : elles peuvent toutes apparaître et aucune ne signe quoi que ce soit. Peut-être un engouement pour les expériences dites spirituelles ?

Si je reprends la phrase de ton blog que j'ai cité : "Mais quand je reconnais que je suis, en tant qu'individu, le grand amour de l'Etre, comme le sont tous les êtres vivants, tout se réunifie".
J'aimerais que tu précises chacun des points de cette phrase.
A quoi fais-tu référence lorsque tu dis "je" ?
Es-tu en tant qu'individu ? Si oui, quoi ?
L'individu est-il le grand amour de l'être ? En quoi ?
La réunification provient d'où ?
Reformulerais-tu cette phrase après avoir répondu à ces questions et si oui, comment ?

Et une question qui pourrait démêler tout cela :
Tu sais que tu es consciente et consciente d'être consciente. Tu sais que tu es, que tu ne peux pas ne pas être, Je Suis, Êtreté, Êtance, Espace, Conscience-présence, peu importe le nom que tu lui donnes.
Mais ce Je Suis est connu.
Qu'est-ce qui le connaît ?

On pourrait aussi dire : qu'est-ce qui est vraiment vrai pour de vrai ? ;)

Avec toi
Gérard
Everything is That

User avatar
Sue
Posts: 21
Joined: Sat Mar 28, 2015 3:59 pm

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby Sue » Tue Mar 31, 2015 3:56 pm

Bonjour Gérard,

Merci pour ces précisions au sujet de la réalisation. Dans mon expérience, "il n'y a pas d'auteur" est su, mais pas vécu en permanence. Il faut que je me le rappelle régulièrement. Donc je ne sais toujours pas si c'est réalisé mais pas intégré, ou si ça n'est pas réalisé... Cela ne me paraît pas si simple de faire la différence, et c'est tout l'enjeu de ces échanges n'est-ce-pas...

Voici mes réponses à tes questions :

"Peut-être que je me trompe, mais il semble qu'il y a confusion entre les expériences vécues et estimées positives ou signant une réalisation, et la réalisation elle-même qui se moque pas mal des expériences : elles peuvent toutes apparaître et aucune ne signe quoi que ce soit. Peut-être un engouement pour les expériences dites spirituelles ? "

----> je ressens un attachement non à des expériences spirituelles, mais à la Présence. Dès qu'elle n'est plus perçue, il y a frustration et je me vois entrer dans des stratégies pour "la retrouver".

"Si je reprends la phrase de ton blog que j'ai cité : "Mais quand je reconnais que je suis, en tant qu'individu, le grand amour de l'Etre, comme le sont tous les êtres vivants, tout se réunifie".
J'aimerais que tu précises chacun des points de cette phrase.
A quoi fais-tu référence lorsque tu dis "je" ?"

---> « je » = la conscience qui se prend pour quelqu'un, qui s'identifie


"Es-tu en tant qu'individu ? Si oui, quoi ? "

---> Individu signifie ici « corps-mental », forme unique et différente des autres formes, non par ce qui la compose, mais par la façon dont ce qui la compose s'agence. Il y a le sentiment que « je » en tant que conscience fait l'expérience de cette forme unique, et de s'y identifier. Cette forme est un point de focus par laquelle la conscience perçoit le monde. Et oui, je suis la conscience, et donc je suis aussi cette expérience de perception, d'identification. C'est moi, non au sens d'un individu, mais au sens de ce qu'en tant que conscience je crée pour expérimenter. C'est « ma » création.


"L'individu est-il le grand amour de l'être ? En quoi ? "

----> L'individu corps-mental forme unique est la création de la conscience, c'est un moyen pour la conscience de faire l'expérience d'être (de percevoir) à travers la manifestation. Et la conscience aime son expérience. Dans ce texte, j'ai écrit plus loin : « je suis de la conscience amoureuse de son expérience »
Au niveau de la conscience, être identifié n'est pas un problème ni une erreur, c'est une expérience comme les autres, et cette expérience est aimée profondément. C'est du moins ce qui est ressenti quand, en tant que conscience, j'observe l'expérience d'identification.
Mais en l'écrivant, il me semble déceler quelque chose de plus que de l'amour... Il me semble qu'il y a un attachement à cette expérience qui pointe le bout de son nez... :) Tiens, tiens...


"La réunification provient d'où ?"

----> La réunification c'est la fin de la division entre « sentiment d'un moi » et « conscience non identifiée ». Tout est « moi », que je sois identifiée ou non, c'est toujours « moi », c'est à dire de la conscience, ma véritable nature. Quand il y a identification, c'est la conscience qui se prend pour une personne. Ce n'est pas comme s'il y avait la conscience d'une personne d'un côté, et la conscience impersonnelle de l'autre. C'est la même conscience, qui perçoit sur deux plans différents. La réunification c'est reconnaître cela et cesser d'opposer les deux perspectives.


"Reformulerais-tu cette phrase après avoir répondu à ces questions et si oui, comment ?"

----> Je ne sais plus là...

"Et une question qui pourrait démêler tout cela :
Tu sais que tu es consciente et consciente d'être consciente. Tu sais que tu es, que tu ne peux pas ne pas être, Je Suis, Êtreté, Êtance, Espace, Conscience-présence, peu importe le nom que tu lui donnes.
Mais ce Je Suis est connu.
Qu'est-ce qui le connaît ? "

---->Le fait de connaître est là... Simplement...
C'est l'ultime... C'est un fait et non une entité, et ce n'est pas non plus un « espace »... Juste un fait.

On pourrait aussi dire : qu'est-ce qui est vraiment vrai pour de vrai ? ;)

----> Le fait d'être et de connaître le fait d'être...

La question qui me vient après tout cela : serais-je identifiée au fait d'être ? Est-ce que cela a un sens ??

En relisant ce que j'ai écrit plus haut : « C'est moi, non au sens d'un individu, mais au sens de ce qu'en tant que conscience je crée pour expérimenter. C'est « ma » création. »
Je m'aperçois que ça n'a plus de sens. Personne ne crée rien... « ça » crée...
J'en ai les larmes aux yeux ! Je ne sais pas si c'est de la tristesse ou de la joie, un mélange des deux !

Pourtant, je sais cela, ou plutôt, cela est su. ça sait, et ça continue à faire comme si ça ne savait pas... Comment est-ce possible ? Je me suis posée cette question des centaines de fois.

Merci beaucoup pour ton accompagnement, et pour ton soutien

(PS : je ne sais pas si tu l'as vu mais je t'ai envoyé un mp sur FB ce matin...)

User avatar
Sue
Posts: 21
Joined: Sat Mar 28, 2015 3:59 pm

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby Sue » Tue Mar 31, 2015 6:46 pm

PS : Puisque tu évoques les enseignants de non-dualité, j'aimerais savoir ce que tu penses de ceux venant du cours en miracle, qui disent « j'ai le choix de la façon dont j'interprète mon expérience », « je suis responsable de mon expérience car je vis ce que j'ai décidé de croire », « à chaque instant j'ai le pouvoir de tout retourner »... Qui est ce je qui a le choix, qui est responsable de son expérience (et même qui a une expérience tout court), qui a le pouvoir de regarder autrement » ? c'est un mystère en ce qui me concerne car ces personnes semblent bien avoir réalisé l'illusion du moi... Même si j'ai vu que la conscience libérée de la croyance en un libre-arbitre a en effet toute liberté d'interpréter les situations d'une manière neuve et sans dualité, j'ai vu aussi que là encore "personne" ne décide d'interpréter autrement, cela se fait tout seul, la vision change d'elle-même.

User avatar
GG1
Posts: 269
Joined: Fri Jan 27, 2012 2:38 pm
Contact:

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby GG1 » Tue Mar 31, 2015 9:33 pm

Hello Suyin (préfères-tu Sue ou Suyin ?)

Je réponds dans l'ordre à ta réponse...

1. Tu écris : Dans mon expérience, "il n'y a pas d'auteur" est su, mais pas vécu en permanence. Il faut que je me le rappelle régulièrement.
Peux-tu préciser stp ?
Est-l évident pour toi qu'il n'y a pas d'auteur, qu'il n'y en a jamais eu, qu'il n'y en aura jamais ? Que l'organisme Suyin en aie conscience ou non à l'instant t.

2. L'attachement à l'EXPERIENCE de la présence est une "histoire" liée à une ou des pensées crues.
Tu (ce que tu es) ES Présence que tu (l'organisme corps mental) en fasses l'expérience ou non. Evident, non ?!
Être avec l'attachement, la frustration, la mise en place de stratégie, la mesure de la réalisation calculée à l'aune de l'expérience de la présence...

3 et 4. Dépose tout cela. Ce sont des pensées. Et pose le regard, la conscience sur tous ces phénomènes.
La cosncience se prend-elle pour qu'elqu'un, s'identifie-t-elle ?
Il y a le sentiment que "je" conscience fait l'expérience de cette forme appelée Suyin, que c'est un point de focus. est-ce exactement cela ? La cosncience ne perçoit-elle qu'à travers cet organisme ? Est-elle l'expérience ? Crée-t-elle quelque chose ?
En tant que conscience, que constates-tu directement ?

5. Oui, l'expérience est aimée et l'attachement est bien là ;)

6. En Réalité, ce ce vers quoi pointe la question : "Qu'est-ce qui connaît tout ce qui peut être connu ?", tu n'es pas la cosncience.
Il peut y avoir "croyance en des pensées", ce que tu appelles identification, ET pas de sentiment d'un moi : il n'y en a pas. Souvent, il est CRU que s'il y a croyance en des pensées, il y a sentiment d'un moi, ce qui renforce l'idée d'un moi.
Le mot même "identification" induit en erreur. Il est automatiquement associé à l'idée de quelqu'un qui s'identifie à quelque chose. Mais la conscience est-elle un quelqu'un ? Et à quoi ou à qui pourrait-elle bien s'identifier ?

Au sein de quoi apparaît tout ce qui apparaît : les pensées, émotions, sensations, événements, etc. ?

7. Pourrait-on transcrire sans te trahir : "Quand la conscience reconnait que cet organisme corps-mental est le grand amour de la conscience, comme tous les autres organisems, tout se réunifie" ?

8. OUI :)

9. Oui, il est cru que nous sommes Je Suis, le fait d'être. C'est ce que j'appelle "la première réalisation".
Et oui, personne ne crée rien. Va au bout de cela.

10. Laisse tomber la question ! Dépose-là. C'est possible, la preuve ! ;)
La réponse t'apparaîtra clairement en son temps. Elle est d'ailleurs déjà là, ne t'inquiète pas !
Se poser la question et l'estimer importante sont encore des pensées crues, à regarder et à déposer.

PS : Je vais voir ça. Je suis peu sur facebook.

PPS : Tu sais très bien ce qu'il en est de ceux qui disent qu'on a le choix, etc. que ces dires proviennent d'enseignants non duels, du cours en miracle ou d'ailleurs.
Le semblant n'est pas la réalisation.
La cosncience a-t-elle la liberté d'interpréter quoi que ce soit d'une manière ou d'une autre ? Regarde ce qu'il en est en réalité.
Oui, la vision change d'elle-même, autrement dit, les situations sont interprétées d'une manière neuve et sans dualité (ou pas, selon les cas)... sans personne pour le faire.
La conscience n'est pas un "moi" auteur, décideur, pilote... Regarde :)
Everything is That

User avatar
Sue
Posts: 21
Joined: Sat Mar 28, 2015 3:59 pm

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby Sue » Wed Apr 01, 2015 8:10 pm

Bonsoir Gérard
(préfères-tu Sue ou Suyin ?) 
Arf, un choix !:)
Cela n'a pas d'importance, mais Suyin est mon prénom de naissance alors prenons celui-là.

Ça brasse fort depuis que j'ai lu tes questions ! Beaucoup de larmes ce matin, comme si je faisais un double deuil : celui de l'attachement à l'expérience d'identification et celui de l'attachement à l'expérience de la Présence. Je vois que j'étais bel et bien identifiée à la conscience. En fait, je constate que voir qu'il n'y pas de faiseur ne suffit pas à dissoudre l'idée d'un moi, car il peut rester le sentiment d'un moi « perceveur », d'un moi qui vit l'expérience... Je ne m'étais pas rendu compte de cette récupération... C'est vraiment subtil tout ça...
Depuis hier soir, il y a des moments de clarté avec le rire qui monte, et des moments où ça retombe et où je me sens toute embrouillée (dès que le mental essaie de comprendre en fait!)
1. Tu écris : Dans mon expérience, "il n'y a pas d'auteur" est su, mais pas vécu en permanence. Il faut que je me le rappelle régulièrement.
Peux-tu préciser stp ?
Est-l évident pour toi qu'il n'y a pas d'auteur, qu'il n'y en a jamais eu, qu'il n'y en aura jamais ? Que l'organisme Suyin en aie conscience ou non à l'instant t.
Ce n'est pas évident dans mon ressenti ni dans ma vie quotidienne, mais oui ça l'est intellectuellement. Et depuis le déclic toutes croyances en un Créateur, en un plan divin et un but de l'existence ont été balayées.
2. L'attachement à l'EXPERIENCE de la présence est une "histoire" liée à une ou des pensées crues.
Tu (ce que tu es) ES Présence que tu (l'organisme corps mental) en fasses l'expérience ou non. Evident, non ?!
Oui !

3 et 4. Dépose tout cela. Ce sont des pensées. Et pose le regard, la conscience sur tous ces phénomènes.
La cosncience se prend-elle pour qu'elqu'un, s'identifie-t-elle ?
Non, je réalise en te lisant que la conscience ne s'identifie pas. La conscience perçoit. S'il y a identification, c'est à dire pensée d'appropriation, la conscience perçoit cette pensée. En fait il n'y a pas identification ou des-identification. C'est juste le regard qui se tourne vers l'objet corps-mental, ou qui se tourne vers lui-même. Une pensée crue, c'est comme si le regard se collait à la pensée, comme mon corps est « collé » à la Terre par la force d'attraction. Il n'y a pas « quelqu'un qui croit », que ce soit de la conscience ou non. Il y a une force qui fait que ça colle, c'est tout.
Soit le regard se pose sur un objet de perception (objet matériel ou pensée/émotion/sensation), soit le regard se pose sur le regard. Quand le regard se pose sur un objet, il y a le mécanisme d'interprétation (le mental) qui se colle au regard.
Il m'est venu régulièrement ce questionnement depuis hier : quand toi, Gérard, tu me dis « Regarde », à qui t'adresses-tu ? Qui pourrait bien regarder ? Cette question semble avoir trouvé sa réponse : le mot « regarde » renvoie à l'acte de poser l'attention sur. C'est un stimulus, et l'attention y répond. L'attention n'est pas quelqu'un.
Il y a le sentiment que "je" conscience fait l'expérience de cette forme appelée Suyin, que c'est un point de focus. est-ce exactement cela ? La cosncience ne perçoit-elle qu'à travers cet organisme ? Est-elle l'expérience ? Crée-t-elle quelque chose ?
En tant que conscience, que constates-tu directement ?
Dans ma perception, il semble que la conscience ne perçoit qu'à travers cet organisme. Je sais que c'est faux puisqu'elle perçoit à travers tous les organismes, mais c'est une croyance, non une évidence ressentie.
Non elle n'est pas l'expérience, elle est ce qui perçoit l'expérience. Elle ne crée rien.

6. En Réalité, ce ce vers quoi pointe la question : "Qu'est-ce qui connaît tout ce qui peut être connu ?", tu n'es pas la cosncience.
Je ne comprends pas cette phrase... ? Je ne suis pas la conscience ?

Il peut y avoir "croyance en des pensées", ce que tu appelles identification, ET pas de sentiment d'un moi : il n'y en a pas. Souvent, il est CRU que s'il y a croyance en des pensées, il y a sentiment d'un moi, ce qui renforce l'idée d'un moi.
Le mot même "identification" induit en erreur. Il est automatiquement associé à l'idée de quelqu'un qui s'identifie à quelque chose. Mais la conscience est-elle un quelqu'un ? Et à quoi ou à qui pourrait-elle bien s'identifier ?
Je pense avoir répondu plus haut. Merci, cela n'était pas clairement vu...
Au sein de quoi apparaît tout ce qui apparaît : les pensées, émotions, sensations, événements, etc. ?
Je pourrais dire : au sein de la présence, mais ce qui est ressenti là tout de suite c'est : cela apparaît. Au sein de rien. Ça apparaît, et c'est perçu.
7. Pourrait-on transcrire sans te trahir : "Quand la conscience reconnait que cet organisme corps-mental est le grand amour de la conscience, comme tous les autres organisems, tout se réunifie" ?
Oui... Mais quelque chose de nouveau est en train d'arriver, et je ne sais pas si c'est juste. C'était très clair dans ma perception hier soir mais ça ne l'est plus autant à présent. Je l'ai noté ainsi quand cela m'est apparu :
La conscience c'est le fait d'être, c'est ce qui est, c'est tout ce qui se manifeste. C'est donc à la fois ce qui perçoit et ce qui est perçu. C'est tout ce qui apparaît, ce qui jaillit dans l'instant, que ce soient des objets matériels ou des pensées. Il n'y a pas de centre, nulle part.
Je regarde un objet, c'est la conscience (je regarde = le fait de percevoir, un objet = ce qui est perçu). Une pensée arrive, c'est ce qui est, c'est conscientisé, c'est de la conscience. La pensée « je tiens le truc, comment faire pour ne pas le perdre ? » apparaît, c'est juste une pensée, une manifestation, donc la conscience ! Dans cette vision, la conscience revient toujours à la conscience, le mental n'a pas le temps de raconter une histoire.

Suis-je dans le juste ?? Dans cette perspective, il n'y a plus de séparation sujet-objet. Et ce serait peut-être plutôt ça, la réunification...

9. Oui, il est cru que nous sommes Je Suis, le fait d'être. C'est ce que j'appelle "la première réalisation".
Et oui, personne ne crée rien. Va au bout de cela.
C'est comme faire un deuil... Pourtant cela a été vu aussi, que nous ne sommes pas le "Je suis"... Car la réalisation "Je suis" s'est produite il y a 13 ans, et depuis je croyais que cela était "Dieu". Mais l'année dernière ma perception est allé au-delà du "Je suis" car l'idée d'un "Je" s'est dissoute et j'ai compris que je m'étais trompée au sujet de ce qu'est "Dieu".
Il me revient que lorsque s'est produit le déclic (il y a un an donc), tout ce qui pouvait me définir s'est effondré, et il y a eu un grand vide pendant quelques minutes. Puis soudain, depuis ce vide, cette pensée a surgit, sur le ton de l'inquiétude : « pourtant j'existe bien, quand même ? » Cela m'a fait rire. Comme si ne plus être quelqu'un ou quelque chose, c'était ne plus être... J'ai donc rassuré cette petite voix en lui disant « bien sûr qu'il y a existence. Seulement cela, le fait d'être ». Serait-ce à ce moment-là que l'identification s'est déplacée sur le fait d'être ?... hummmmm....
(j'espère que ce que je dis est clair)
PPS : Tu sais très bien ce qu'il en est de ceux qui disent qu'on a le choix, etc. que ces dires proviennent d'enseignants non duels, du cours en miracle ou d'ailleurs.
Le semblant n'est pas la réalisation.
La cosncience a-t-elle la liberté d'interpréter quoi que ce soit d'une manière ou d'une autre ? Regarde ce qu'il en est en réalité.
Oui, la vision change d'elle-même, autrement dit, les situations sont interprétées d'une manière neuve et sans dualité (ou pas, selon les cas)... sans personne pour le faire.
La conscience n'est pas un "moi" auteur, décideur, pilote... Regarde :)
Ben oui... La récupération a recréé l'impression qu'il y a un auteur... fort !!!
La conscience n'interprète pas, la conscience voit ce qui est. Les interprétations changent, la conscience le constate.
(à ce sujet, je trouve que le mot constater peut sous-entendre qu'il y a un faiseur, car constater c'est « faire un constat ». La conscience fait-elle des constats ? Non, la conscience voit. Bien sûr ce sont des mots, mais peut-être est-ce utile de le souligner)

Voilà, voilà...
Bien à toi, avec toute ma gratitude pour cet accompagnement de qualité :)
Suyin

User avatar
GG1
Posts: 269
Joined: Fri Jan 27, 2012 2:38 pm
Contact:

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby GG1 » Wed Apr 01, 2015 9:23 pm

Bonsoir Suyin (c'est joli ce prénom ;))

Bravo :)))

Peaufinons, veux-tu ?
j'étais bel et bien identifiée à la conscience
Voui :) Et ce n'est déjà pas si mal !
Mais on ne va guère aller plus loin sur ce thème ici, car le but de ce forum est de réaliser l'absence de tout "moi-auteur".
Et si tu relis le bas de ton message, où tu demandes "Mais n'est-on pas la conscience ?" qu'en conclus-tu ?
je me sens toute embrouillée (dès que le mental essaie de comprendre en fait!)
Simple, ne l'écoute pas ;)
1. Tu écris : Dans mon expérience, "il n'y a pas d'auteur" est su, mais pas vécu en permanence. Il faut que je me le rappelle régulièrement.
Peux-tu préciser stp ?
Est-l évident pour toi qu'il n'y a pas d'auteur, qu'il n'y en a jamais eu, qu'il n'y en aura jamais ? Que l'organisme Suyin en aie conscience ou non à l'instant t.

Ce n'est pas évident dans mon ressenti ni dans ma vie quotidienne, mais oui ça l'est intellectuellement. Et depuis le déclic toutes croyances en un Créateur, en un plan divin et un but de l'existence ont été balayées.
Je ne te parle ni de ressenti, ni de vie quotidienne !!! J'ai l'impression que c'est LE point qui coince chez toi : tu t'appuies sur ce que tu crois savoir, ce que tu as lu ou entendu, sur les expériences comme le ressenti, l'intellect, la vie quotidienne... Mais tout cela est illusoire !
Appuies-toi sur le REGARD, l'évidence intérieure provenant de la Présence.
En tant que, (ou : depuis la) Présence, y a-t-il un auteur, y en a-t-il eu un un jour, y en aura-t-il un un jour ?
Non, je réalise en te lisant que la conscience ne s'identifie pas. La conscience perçoit. S'il y a identification, c'est à dire pensée d'appropriation, la conscience perçoit cette pensée. En fait il n'y a pas identification ou des-identification. C'est juste le regard qui se tourne vers l'objet corps-mental, ou qui se tourne vers lui-même. Une pensée crue, c'est comme si le regard se collait à la pensée, comme mon corps est « collé » à la Terre par la force d'attraction. Il n'y a pas « quelqu'un qui croit », que ce soit de la conscience ou non. Il y a une force qui fait que ça colle, c'est tout.
Soit le regard se pose sur un objet de perception (objet matériel ou pensée/émotion/sensation), soit le regard se pose sur le regard. Quand le regard se pose sur un objet, il y a le mécanisme d'interprétation (le mental) qui se colle au regard.
Il m'est venu régulièrement ce questionnement depuis hier : quand toi, Gérard, tu me dis « Regarde », à qui t'adresses-tu ? Qui pourrait bien regarder ? Cette question semble avoir trouvé sa réponse : le mot « regarde » renvoie à l'acte de poser l'attention sur. C'est un stimulus, et l'attention y répond. L'attention n'est pas quelqu'un.
:))) Merci :)
Dans ma perception, il semble que la conscience ne perçoit qu'à travers cet organisme. Je sais que c'est faux puisqu'elle perçoit à travers tous les organismes, mais c'est une croyance, non une évidence ressentie.
Encore cette fichue perception, ou expérience ou pensée qui saurait meux que le regard :) Ne te laisse pas prendre ;)
En tant que Présence, apparais-tu dans le corps ou le corps en toi ? Au sein de l'expérience ou l'expérience en toi ? Etc.
Non elle n'est pas l'expérience, elle est ce qui perçoit l'expérience. Elle ne crée rien.
Oui :)
6. En Réalité, ce ce vers quoi pointe la question : "Qu'est-ce qui connaît tout ce qui peut être connu ?", tu n'es pas la cosncience.

Je ne comprends pas cette phrase... ? Je ne suis pas la conscience ?
N'essaie pas de comprendre ! Le mental n'a pas accès à l'incoonaissable, il en est issu.
Réalise que la conscience, la Présence, le Je Suis... est connu. Qu'est-ce qui le connaît ? Qu'est-ce qui connaît tout ce qui peut être connu et ne peut être connu ? C'est direct ! Et ça ne peut pas être la conscience telle que tu la définis puisqu'elle est connue :). C'est cet au-delà de la réalisation qu'il n'y a pas de moi-auteur.
La conscience c'est le fait d'être, c'est ce qui est, c'est tout ce qui se manifeste. C'est donc à la fois ce qui perçoit et ce qui est perçu. C'est tout ce qui apparaît, ce qui jaillit dans l'instant, que ce soient des objets matériels ou des pensées. Il n'y a pas de centre, nulle part.
Je regarde un objet, c'est la conscience (je regarde = le fait de percevoir, un objet = ce qui est perçu). Une pensée arrive, c'est ce qui est, c'est conscientisé, c'est de la conscience. La pensée « je tiens le truc, comment faire pour ne pas le perdre ? » apparaît, c'est juste une pensée, une manifestation, donc la conscience ! Dans cette vision, la conscience revient toujours à la conscience, le mental n'a pas le temps de raconter une histoire.
:) C'est beau ça aussi :) (j'enlèverai juste le "donc") Et n'essaie pas de mentaliser au sujet de la réunification. Il n'y a pas de "bon élève" ;)
J'ai donc rassuré cette petite voix en lui disant « bien sûr qu'il y a existence. Seulement cela, le fait d'être ». Serait-ce à ce moment-là que l'identification s'est déplacée sur le fait d'être ?... hummmmm....
Vu d'ici, le fait d'être et le Je Suis sont la même chose. Ce dont tu parles qui s'est produit il y a 13 ans était une expérience de type mystique, pas une réalsiation. Ce qui s'est produit l'an dernier était une réalisation, récupérée en partie par le mental : je t'invite vraiment à mettre de côté tout ce que tu crois savoir à propos de tout et de ne te fier qu'au Regard, à la Présence.

La question qui m'a fait basculer était : que sais-tu de l'éveil ? Et la réponse était : rien. Parce que ce que je croyais en savoir était lié à ce que j'avais lu et entendu. Rien de sûr, seulement des on-dit.
Je te la pose à mon tour : que sais-tu de l'éveil Suyin ? (et ne réponds pas en fonction de l'histoire "Gérard" ;))

PS : oui, constater, voir, ou tout autre mot sera trompeur. Prends celui qui te parle et corrige "constater" utilisé par l'organisme "Gérard" par "voir", préféré par l'organisme Suyin.

Je te portes dans le Coeur
Gérard
Everything is That

User avatar
Sue
Posts: 21
Joined: Sat Mar 28, 2015 3:59 pm

Re: Sue, c'est pour toi !

Postby Sue » Wed Apr 01, 2015 11:00 pm

Bonsoir Gérard,

Ok ça capte ici !;) :)
La réalisation, ce n'est pas percevoir la présence en permanence, mais c'est voir que l'on perçoit en permanence depuis la présence !
Et que ce voir est vu, est vu, est vu, est vu... à l'infini...
Rien à quoi se raccrocher... pas de centre, pas lieu, pas d'auteur...

Juste envie de répondre ça ce soir... Et laisser reposer...

GRATITUDE <3


Return to “Français (archives)”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 0 guests