Page 1 of 1

La fin de la Quête

Posted: Thu Jul 05, 2012 1:05 pm
by Sarasvati Nayana
Bonjour,

C'est avec beaucoup d'émotion que j'ouvre cette page pour publier ici pour la première fois.

Une quête qui dure depuis toujours et fini par m'épuiser. Ces moments de révélations, d'Unité et de connexion et ces mouvements de séparation, de perte ou je me dis.... "ce n'est pas pour moi" , le profond désespoir d'être éjecté de la vie....
ne pas trouver le chemin, pour peu qu'un chemin existe...
refaire encore et toujours les même erreurs
se pardonner, ou pas
l'expansion de conscience... progresser.... s'améliorer.... je ne peux plus rien croire, ni adhérer.... plus rien dire...

Tout est là
Il y a déjà un an, j'ai eu l'impression que nous étions déjà dans l'Unité et qu'il n'y avait plus rien à "faire" ; "chercher"

pourtant, depuis, ma vie s'enfonce dans l'absurde et la joie n'est plus au rendez-vous, la gratitude me fuit, même l'amour au fil des jours semble n'avoir jamais existé...

j'ai l'impression de m'enfoncer dans la dépression, l'impuissance, et je n'ai rien envie, besoin de faire pour l'éviter

m'abandonner... pour enfin sortir de cet enfer...

Ainsi, tomber par hasard sur ce site est une bénédiction
et je demande un guide, afin d'être libérée... enfin au delà de l'illusion d'avoir une histoire....

Questionner cela me semble une démarche tellement simple et géniale....

non je n'ai pas peur de disparaître, mon égo je le vois ridicule de plus en plus souvent.... mais il ne me lâche pas, il devient souvent arrogant... j'en ai honte parfois... Il est tenace !

Heureuse d'être là avec vous tous

Sarasvati

Re: La fin de la Quête

Posted: Thu Jul 05, 2012 4:38 pm
by Chronophonix
Bonjour Sarasvati
Ici, c'est Michel (chronophonix)
Tu peux me donner un vrai prénom pour les messages à venir.

Je note immédiatement ceci :
mon égo je le vois ridicule de plus en plus souvent.... mais il ne me lâche pas, il devient souvent arrogant... j'en ai honte parfois... Il est tenace !

Dans "mon Ego", il y a "mon" et "ego" : qui est donc celui désigné par "mon" ? Et vers quoi exactement pointe le mot "ego" ?

Ici, nous posons des questions dont la réponse ne peut être intellectuelle seulement : tout d'abord, il s'agit de répondre par l'intuition, par la sensation, par l'évidence vécue au moment même où la question est posée et où la réponse jaillit; bien sûr, la formulation va emprunter des mots, utiliser le langage et l'intellect, mais ce ne sera pas une simple citation en provenance de la mémoire, ce sera une description vivante de ce qui vient de fuser dans la conscience. Ici, nous pratiquons la "vision directe" : il s'agit de voir, et non pas de penser. Je rappelle à cette occasion cette formule de Swami Prajnanpad, qui pointait sans concession ce mécanisme tellement habituel du mental : «Vous pensez que vous voyez, et vous ne voyez pas que vous pensez.»

Donc, pour revenir à la question posée au début de ce message, elle appelle une réponse vécue, vue, ressentie, intuitive, et doit être posée et reposée jusqu'à ce qu'apparaissent des éléments de réponse absolument spontanés et évidents.

Voilà, Sarasvati, je te laisse avec cette seule question pour l'instant; vois où elle te mène.
Namaste
Michel

Re: La fin de la Quête

Posted: Thu Jul 05, 2012 6:33 pm
by Sarasvati Nayana
Namaste Michel

Heureuse de t'accueillir comme guide

"mon" c'est celle qui raconte l'histoire... encore une désignation "celle"
celle qui évalue, décide, juge... ou alors c'est l'égo ?

celui qui tyrannise, cherche toujours à défendre, à se défendre, à exister ou mieux à tenter de prouver qu'il existe
comme on lui dit souvent, prouve que tu existes, prends ta place, mais la place de l'égo c'est biaisé, forcément il entend revendiquer, prétendre à..., vouloir, il ne peux accepter que les choses soient simples, il évalue les traumatismes subit et à chaque prise de conscience d'un ancien trauma il se replie un peu plus au lieu de lâcher prise et de profiter d'un peu plus de mobilité.
"mon" la partie qui semble rassembler les expériences, qui porte plusieurs noms, Sarasvati, Marie, plusieurs rôles la mère, la femme, l'amoureuse, la disciple, enfin celle qui doute et qui cherche alors qu'elle sait qu'il n'y a plus rien à chercher.
Michel.... je suis perdue...
Lorsque j'évoque ta question, cela fait comme une explosion dans mes cellules, dans ma tête et en fait une peur
et si il n'y avait plus personne, comment serait la vie comment "je" pourrait assumer ce qui m'échoit et en même temps j'appelle "cela" de tout mes voeux....

Est ce seulement possible que cela se passe pour moi....

Dans l'énergie du coeur

Maire-France


Re: La fin de la Quête

Posted: Sat Jul 07, 2012 12:52 am
by Chronophonix
Bonsoir, Marie-France

alors qu'elle sait qu'il n'y a plus rien à chercher.

Si tu savais vraiment qu'il n'y a rien à chercher, tu arrêterais immédiatement la recherche car tu aurais la connaissance instantanée et complète que cette recherche est terminée. Et la joie, ou tout au moins la paix serait au rendez-vous. Voilà donc une pensée totalement inutile, à mettre de côté sans tarder !

Lorsque j'évoque ta question, cela fait comme une explosion dans mes cellules, dans ma tête et en fait une peur

Voilà d'où il faut partir : cette peur, ressens-là sans chercher d'explication, plonge directement au plus profond de la sensation; comment cette peur se manifeste-t-elle ? A quel endroit du corps ? Quelle forme prend-t-elle ? Reste focalisée sur la question elle-même, toute pensée en rapport avec cette question ne peut que t'éloigner de la vision claire et directe de ton ressenti. Or dans ce travail, il est indispensable de "voir", et non de penser, et "voir" s'appuie sur le ressenti. C'est un voyage en profondeur à travers le corps qu'il s'agit d'entreprendre; reviens au ressenti le plus souvent possible, même s'il faut utiliser la pensée "qu'est-ce que je ressens, ici et maintenant?" Que cela devienne une sorte de mantra, une pratique incontournable, pour rester connectée au ressenti et ne pas être emportée par toutes sortes de pensées désordonnées.

Il est fréquent que la remise en question de l'existence de "Je" provoque des sensations, notamment de peur, et le fait que la vie envoie de tels signaux est une véritable bénédiction; il ne faut donc pas passer à côté d'une telle opportunité : comme dit Betty, «la vie sait ce qu'elle fait.»

Est ce seulement possible que cela se passe pour moi....

Oui, c'est possible, bien sûr, cela peut même devenir une priorité dans une vie et s'y consacrer avec détermination, sans jamais se décourager, portera ses fruits. Franchement, qu' y a-t-il de mieux à faire ? Et cela n'empêche nullement d'accomplir son travail quotidien, s'occuper de sa famille, de sa maison, mais dans une perspective plus vaste, plus large, plus accueillante, plus paisible.

Donc, le travail à faire à présent tient en un mot : ressentir.

Namaste, Marie-France
Michel

Re: La fin de la Quête

Posted: Mon Jul 09, 2012 9:57 am
by Sarasvati Nayana
Bonjour Michel

Voilà... avec un peu de recul, je reviens
reprenons, la partie qui montait au créneau pour se défende semble s'être évanouie pour le moment si tant est qu'il y ait encore plusieurs parties

Ta question de qui est le "mon" et qui est "l'égo" a fait monter une peur qui m'a comme éclaté la tête... puis, j'ai pensé vouloir faire remonter cette peur pour y plonger, pour la ressentir, mais je n'y parviens pas.... cette question c'est vidée de sens, mon et égo ne signifie rien du tout.

Je me sens apaisée, plus unifiée... peut-être aussi parce que les membres de la famille sont tous partis, me laissant savourer quelques jours de solitude tant attendue...

aussi, hier j'ai tout changé l'emplacement des meubles de la pièce à vivre, avant il y avait des petits coins compartimentés, et la je n'ai fait qu'un espace, plus grand, plus ouvert et plus diversifié...
Franchement, qu' y a-t-il de mieux à faire ?
Exactement, je vais donc poursuivre avec : ressens

C'est pas facile à dire en mot, comme un autre espace dans ma tête, comme une tranquillité et d'arriver naturellement à ne pas me précipiter, comme plus de joie dans les jambes, encore des tensions dans le ventre, et un flot d'Amour qui pétille.....
cependant... ça tourne dans ma tête, des trucs que j'ai à résoudre et je persiste à plutôt fuir les personnes que je rencontre... comme d'habitude !

Ces jours, pleins de synchronicités

et parfois l'expérience qui se scinde en deux.... je dis "je vais faire x" et dans le même temps mon corps fait y
spontanément un autre choix s'impose.... est-ce "folie" ou le choix y est plus adéquat... je ne sais, et je m'en fiche, mais cela me fait rire à chaque fois !

Merci Michel de me guider et ces jours, j'ai tout mon temps et ma détermination pour échanger avec toi

Namasté

Re: La fin de la Quête

Posted: Mon Jul 09, 2012 11:36 am
by Sarasvati Nayana
je vien de lire de Gangaji
""Je vous encourage à vraiment examiner votre mental et voir s’il s’y trouve une image de vérité, de liberté, d’illumination, ou de Dieu. Si c’est le cas, faites l’expérience suivante : laissez-la partir. Découvrez à présent s’il y a une attente associée à Dieu ; par exemple, que si vous lui êtes fidèle, il vous donnera une santé parfaite, la richesse, le bonheur éternel, etc. Regardez dans votre mental et voyez si la réalisation est censée vous apporter un quelconque soulagement dans votre vie, ou une forme de contrôle sur la vie. Puis, pour poursuivre l’investigation, laissez partir ces attentes, abandonnez-les, renoncez-y. Si vous espérez atteindre un état de clarté, une béatitude complète, ou une certitude sur la raison de votre présence ici-bas, laissez tout cela s’en aller afin d’être simplement ici. Laissez tout partir. Dès que vous n’avez plus rien, il ne vous reste que vous-même. Et s’il ne vous reste réellement que vous-même, vous êtes éveillé à qui vous êtes vraiment.""

Re: La fin de la Quête

Posted: Tue Jul 10, 2012 12:14 am
by Chronophonix
Bonsoir, Marie-France

Ta question de qui est le "mon" et qui est "l'égo" a fait monter une peur qui m'a comme éclaté la tête... puis, j'ai pensé vouloir faire remonter cette peur pour y plonger, pour la ressentir, mais je n'y parviens pas.... cette question c'est vidée de sens, mon et égo ne signifie rien du tout.


Excellent ! A présent, tu vas pouvoir te rendre compte que sans identification à l'ego, la vie peut continuer exactement comme avant, sauf qu'elle devient légère, tranquille, et pour reprendre tes mots, apaisée, unifiée.

les membres de la famille sont tous partis, me laissant savourer quelques jours de solitude tant attendue...
je persiste à plutôt fuir les personnes que je rencontre...


Il est certain que dans ce genre de démarche, quelques jours de solitudes sont une bénédiction. Il n'est évidemment pas question de se retirer du monde, mais une absence momentanée de sollicitations extérieures ne peut qu'aider à stabiliser ce genre de prise de conscience. C'est l'une des raisons pour laquelle des personnes en chemin entreprennent des retraites en silence, ou font des séjours dans des ashrams.
Avoir changé le disposition des meubles dans ta pièce à vivre me parait hautement symbolique : d'un ensemble de petits espaces cloisonnés, (les personnages qui tous disaient "moi-je"), tu as fait un «espace, plus grand, plus ouvert et plus diversifié...», sans "moi-je", juste l'ouverture, le ressenti, la vie qui coule de source, «et un flot d'Amour qui pétille.....»

et parfois l'expérience qui se scinde en deux.... je dis "je vais faire x" et dans le même temps mon corps fait y spontanément un autre choix s'impose.... est-ce "folie" ou le choix y est plus adéquat... je ne sais, et je m'en fiche, mais cela me fait rire à chaque fois !


Fais confiance au ressenti, au corps, à l'intuition, et tant pis si le mental avait projeté autre chose. Le critère pour savoir si tu vas dans la bonne direction est : est-ce que je me sens en paix ? Dans l'exemple cité ci-dessus, cela finit par te faire rire, donc c'est parfait !

En ce qui concerne la citation de Gangaji, l'attitude décrite ici est des plus radicale : effectivement, tout ce qui est de l'ordre des espoirs, attentes, demandes, désirs que ce qui est soit différent, toute volonté de contrôle, toute projection, toute idée de futur, bref, toute représentation mentale à laquelle tu donnes la moindre once de réalité te séparent de «qui tu es vraiment»; et «qui tu es vraiment» s'actualise seconde après seconde, chaque instant toujours se renouvelant lui-même en un mouvement fluide et paisible : seul maintenant existe, la perfection de l'instant est notre seule vraie demeure.

Namaste, Marie-France
Michel

PS : Je te joins un texte de Jeff Foster, posté par l'un des guides français (GG1 sur le forum) sur le groupe facebook francophone.
De Jeff Foster :
Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui se soit simplement "éveillé" un jour, et n'ait jamais souffert à nouveau - bien que nous aimions croire cette histoire, concernant nous-mêmes et les autres. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un - enseignant ou élève - qui ait "découvert qui il était vraiment" et ne l'oublia jamais à nouveau, même au milieu de la douleur physique ou de la jolie pagaille intime des relations humaines. J'ai passé des années après mon soi-disant "éveil" (expérience, ou non-expérience, ou quel que soit le nom que j'avais l'habitude de lui donner) à rencontrer tout le bazar humain enfoui, les conditionnements non testés, la douleur de l'enfant, la peine de toute l'humanité, les vagues mal-aimées dans l'océan de la vie, les sentiments d'échec et de doute et d'importance et d'arrogance et d'impuissance et la nécessité-d'être-parfait et la nécessité-d'avoir-raison, les formes réprimées ou ignorées ou ensevelies pendant au moins un quart de siècle. Enfin, en l'absence de l'impulsion d'échapper à la vie, dans la reconnaissance que tout était en fait admis dans ce que je suis, le bazar humain a été autorisé à respirer et à s'exprimer et à chanter et à se dissoudre à son propre rythme. Le personnel se purge lui-même dans le feu impersonnel de la vie, dans la fournaise de l'ignorance, jusqu'à ce qu'il devienne absurde de même parler d'impersonnel distinct du personnel... ou même de parler tout court de "mon éveil" ! La libération est peut-être la fin d'une croyance en un 'Je' séparé, mais vraiment, mes amis, ce n'est que le début de l'aventure, même si nous voulons penser qu'il s'agit d'une sorte de 'point final'. Il faut énormément de courage pour laisser tomber l'histoire de votre propre éveil, pour être à nouveau un enfant de la vie, pour admettre que vous ne savez fichtrement rien, et n'avez jamais su.

Re: La fin de la Quête

Posted: Wed Jul 11, 2012 3:10 pm
by Sarasvati Nayana
Bonjour Michel,

C'est surprenant.... à la fois tout est pareil et rien ne l'est, la vie s'écoule normalement, plus simplement, il n'y a plus de questions, plus d'aspiration, plus de revendication, plus d'attente, comme si toute une charge émotionnelle avait tout simplement disparu. Pffffuit.... Envolée ! C'est magique et très ordinaire. J'en arrive à me demander comment tous ces scénarios ont pu avoir tant de valeur, je vois comme cela n'avait aucun sens...

Peut-être j'attendais quelque chose de plus explosif, comme dans les récits de certains, peut-être le processus n'est-il pas complété... je me demande comment cela va être, lorsque je serai re- confrontée à la vie de famille...

Je savoure ce temps, je regarde le monde, un monde neuf, et aussi loin que se porte mon regard, me semble proche...

Hier j'ai fait une grande promenade et découvert de nouveaux endroits tout en dégustant ta phrase :
seul maintenant existe, la perfection de l'instant est notre seule vraie demeure.
C'est vraiment une demeure parfaite !

Ah aussi.... grand soulagement, j'ai remarqué que les commentaires que je faisais sur chacune de mes actions ont disparu... grand silence et ça... c'est une libération !

C'est futile toute cette histoire qui n'en est même pas une et comment les personnes en arrivent à se battre pour pareille illusion, même les points de vue de tous sur une vie ne disent rien de cette vie. Alors qu'il peut être si douloureux de faire l'objet du jugement d'une seule personne... ça paraît complètement dingue !

Ce que tu veux me dire avec le texte de Jeff Foster, c'est que la souffrance fait encore partie de cette vie dans l'instant... oui ça me va... et j'aime bien

"
le bazar humain a été autorisé à respirer et à s'exprimer et à chanter et à se dissoudre à don propre rythme"

en fait, je ne crois plus au "je" séparé ni à l'histoire qu'il a raconté mais c'est ça l'éveil ? Si simple ?

Namaste Michel

Marie-France

Re: La fin de la Quête

Posted: Thu Jul 12, 2012 1:10 am
by Chronophonix
Bonsoir Marie-France

«C'est surprenant.... à la fois tout est pareil et rien ne l'est, la vie s'écoule normalement, plus simplement, il n'y a plus de questions, plus d'aspiration, plus de revendication, plus d'attente, comme si toute une charge émotionnelle avait tout simplement disparu. Pffffuit.... Envolée ! C'est magique et très ordinaire.»

Magnifique intuition ! La perfection de l'instant est «magique et très ordinaire», oh que OUI !

«en fait, je ne crois plus au "je" séparé ni à l'histoire qu'il a raconté mais c'est ça l'éveil ? Si simple
Hé oui, c'est simple, et vivre éveillé, c'est actualiser instant après instant cette simplicité, et c'est exactement ce que tu décris de ta vie présente. Savourer le monde seconde après seconde d'un regard toujours neuf, sans commentaire, ou avec un commentaire perçu comme simplement un commentaire qui ne fait que passer, et laisse vite à nouveau l'espace se remplir de la nouveauté, de ce véritable «festival de nouveauté».

«peut-être le processus n'est-il pas complété» Encore une pensée qui passe, laisse partir ! Le processus se complète de lui-même à chaque seconde, et c'est la répétition de ces secondes, minutes, heures, jours, mois, années de vie claire et libre qui vont progressivement stabiliser le processus. A vrai dire, il n'y a même plus de processus, il n'y a que la vie, "la perfection de l'instant"...

Et quand ta famille va revenir, ce sera la même chose; et si tu constates que des pensées ou des émotions montent, hé bien, OK que des pensées ou des émotions montent. Le OUI à ce qui est est toujours gagnant ! Là où tu es, dans ta véritable demeure, il y a assez de place pour tout accueillir; et quand je dis tout, c'est vraiment tout : ce que tu aurais avant appelé soit positif, soit négatif, est à présent neutre, c'est ce qui est, tout ce qui est.
Quand ta famille va revenir, cet espace d'accueil que tu es devenue va s'ouvrir pour eux, et nul doute qu'ils s'y sentiront bien, car ils s'y sentiront aimés.

seul maintenant existe, la perfection de l'instant est notre seule vraie demeure.


Namaste, Marie-France
Michel

Re: La fin de la Quête

Posted: Thu Jul 12, 2012 9:23 am
by Sarasvati Nayana
Bonjour Michel

Merci pour ton commentaire, qui tombe toujours " à pic" ou cela à besoin d'être soutenu !

Il me nourrit, m'enchante et m'apporte tant de relâchement.... le OUI est toujours gagnant et qu'importe les "épreuves" si à chaque fois, je peux revenir à l'instant, la seule vraie demeure !
Le OUI à ce qui est est toujours gagnant ! Là où tu es, dans ta véritable demeure, il y a assez de place pour tout accueillir; et quand je dis tout, c'est vraiment tout : ce que tu aurais avant appelé soit positif, soit négatif, est à présent neutre, c'est ce qui est, tout ce qui est.
Sans plus aucun commentaire personnel sur les périodes de non-alignement !

En mars 2011 j'ai eu comme l'intuition de ne plus être psychothérapeute... il n'y avait rien à guérir ! Je ne pouvais plus soutenir cette démarche de chercher l'amélioration, la santé parfaite, l'harmonie, et de tourner en rond autour des situations non accomplies ou imparfaites. Mais, je ne comprenais pas moi même ce que je voulais dire par là... Alors j'ai cherché des réponses de tous côtés, je me suis engagée dans pleins de chemins différents, rien ne semblait convenir... rien ne semblait pouvoir m'aider à comprendre ce qu'il m'avait pris et où j'allais !!!

Cette nuit, comme un flash, j'ai vu le moment de ma décision de cesser mon activité, puis toutes les réponses se succédants à grande vitesse jusqu'à maintenant et j'ai enfin accueilli que j'avais fait le choix parfait...

L'aventure ne fait que commencer.

Gratitude pour tes mots Michel
Namasté

Marie-France

Re: La fin de la Quête

Posted: Fri Jul 13, 2012 12:39 am
by Chronophonix
Bonsoir Marie-France

Je sens dans tes mots que cet accueil présent de ton choix de 2011 se situe à un tout autre niveau d'être qu'une quelconque compréhension mentale, aussi sophistiquée puisse-t-elle être. Quand l'intuition jaillit, elle est d'une telle évidence que le mental est totalement court-circuité: ce qui est EST !

Namaste, Marie-France
Michel

Re: La fin de la Quête

Posted: Fri Jul 13, 2012 2:00 pm
by Sarasvati Nayana
Bonjour Michel,

Finalement, je me suis essayée aux questions... Voilà ce que cela donne :


1 Y a-t-il un moi, quelque part, de quelque manière ou forme que ce soit ?

Non, il n’y a aucun moi et aucun « je », aucun ego ni quoi que ce soit qui puisse dire « je », qui puisse vouloir quelque chose, espérer quelque chose, se projeter dans le passé ou le futur, cela est illusion.
C’est l’illusion qui maintient notre monde dans la folie, la séparation, les luttes, les guerres, la soif de pouvoir, la revendication, la religion.

L’accumulation des représentations d’un « moi » conduit peut-être à constater son absence, comme si cette sur exposition et ce dialogue des « personnalités » ne pouvait qu’aboutir à l’extinction de cette énorme prétention à être individuel.

2 Explique en détail ce qu'est l'illusion d'un moi séparé, comment elle apparaît et comment elle fonctionne.

L’illusion d’un moi séparé est ce que croit la grande majorité des habitants de cette planète, c’est penser qu’il y a quelqu’un qui fait des choix, qui décide, quelqu’un qui a de l’importance et qui doit être défendu, quelqu’un qui est en droit d’attendre du secours, qui pense sans cesse que tout est à l’extérieur de lui alors qu’en réalité, tout est à l’intérieur.

Donc pour des « moi » séparés, il faut des règles sociales, des gouvernements, des guerres et des religions, un Dieu sauveur, quel investissement de moyens, de mots, d’émotions !

J’imagine que cela vient du conditionnement de l’enfance. L’enfant nouveau-né est plein d’énergie et de vitalité, son taux de lumière et énorme, c’est pourquoi il attire à lui les regards, les sourires, c’est une formidable centrale d’énergie, mais au fil du temps, il perd de sa lumière et la plus grande baisse se mesure lorsqu’il rentre à l’école. Là c’est le normatif qui devient la seule règle, répondre aux exigences – qui, suivant les époques changent tout en se croyant, à chaque fois, à la pointe de l’intelligence. Le normatif, ce serait apprendre à répondre en fonction de la demande de l’autre et pas en fonction de son ressenti intérieur.

Très vite l’enfant apprend que son ressenti ne convient pas forcément à la situation, la mère n’a pas le temps de l’allaiter lorsqu’il le demande, il doit dormir quand ce n’est pas son moment, cela vient très vite, dans les premières semaines puis après le cortège des frustrations ou il faut « revoir sa copie ». En fait, dans ce processus de restriction de l’espace intérieur, parce que l’on quitte l’instant de la plénitude, de l’abondance pour édifier des stratégies de survie et ce n’est là que l’énergie de carapace.

Ainsi cela donne des adultes qui ont très peu d’énergie, celle-ci étant employée en majeure partie à maintenir la structure névrotique bien en place, à maintenir l’illusion d’être, de s’adapter.

L’enfant construit son identité, basée sur rien, sur un mensonge, alors du fond de lui-même il est tellement séparé, fragile, vulnérable qu’il passe son temps à affirmer son identité. En fait, je devrais dire qu’au fond de lui-même, il est tellement au fait de ce qui est, dans l’instant et le ressenti, dans la liberté d’être, dans l’accueil et dans la communion, dans l’état naturel. L’état naturel persiste dans le fond et inconsciemment la distorsion est de plus en plus grande entre ce qu’il montre au monde, les croyances qu’il entretient sur lui-même et les autres et cette unité qu’il est au-delà des apparences. Il cherche alors à retrouver cette unité et se lance dans la recherche spirituelle. Cette recherche est forcément vaine puisqu’il ne peut y avoir de but, de récompense, d’amélioration de son état séparé. Il cherche à acquérir, à obtenir l’éveil, une vie plus harmonieuse, un accomplissement. Toujours et encore, les pensées tourbillonnent et la boucle recommence indéfiniment. Vient alors, me semble-t-il, c’est le cas pour moi, un sommet d’impuissance et un lâcher prise : « Je n’y parviendrai jamais ». Exact, le « je » n’y parviendra jamais ! Pour moi, dans cette période d’impuissance, qui a duré longtemps, il y avait la certitude qu’il n’y avait rien à faire, juste attendre que le « divin » fasse son œuvre… s’il le veut bien ! Mais je suis « tombée » sur LU et ce processus de questionnement moderne, entièrement transparent puisque tout est lisible sur le forum, d’entraide fraternelle où l’on ne se fait pas tout un plat de savoir qui l’est ou ne l’est pas ou l’éveil devient ordinaire et plus extraordinaire, réservé aux élus. J’y suis entrée, j’ai évalué qu’il me faudrait plusieurs mois pour y parvenir mais que je voulais bien y travailler avec sincérité et détermination. Toujours cette folie des résultats, des acquisitions !

Au détour d’une question proposée par mon guide, plus personne ! Alors que ma vie continuait à se dérouler devant moi, le plus naturellement du monde. Juste le temps de le savourer et d’en prendre l’ampleur. Magique et très ordinaire !

3 Qu'est-ce que ça te fait de voir et ressentir cela ?

Cela met de la poésie dans ma vie, de la paix, comme une distance d’avec les situations, les personnes et pourtant je me sens proche par le cœur, sans que cela ne me déborde, appelle une action, une prise de position. Il y a quelque chose qui émerge, non que je me dise « fais confiance » mais cela se passe.

C’est encore très frais, je ne sais comment je vais réagir à des situations de stress ou de conflits qui sont très présents dans ma vie actuelle, je vais très vite expérimenter cela !

Il n’y a plus aucun intérêt pour l’histoire de la vie que j’ai vécue, pour décortiquer les faux-pas, les responsabilités, les manquements. Plus aucun intérêt pour le futur pour ce qu’il va advenir si ceci ou si cela. Plus aucune tendance à faire des plans, à sécuriser, à chercher des solutions.

Il ne reste que l’évidence, la vie est là !

4 Comment décrirais-tu cela à quelqu'un qui n'en a jamais entendu parler ?

Je ne l’ai pas partagé, comment le dire ? Je ne peux dire « je » me suis éveillée ! Cela n’a aucun sens… « Quelque chose s’est éveillé » ! « Tu sais, j’expérimente la vie simple sans « moi-je »!
Il y a quelque chose d’indicible en même temps une fois que cela est, on aimerait bien que d’autres puissent s’éveiller à cette simplicité, sortir du psychodrame permanent.
Je dirai, c’est comme une énorme farce, en fait, il n’y a personne… Qui l’aurait cru !


5 Quel a été le déclic qui t'a fait basculer, qui t'a fait voir cela?

J’ai débattu, en silence de ce qui était moi et ce qui était mon ego, parce que celui-là, il m’avait semblé le repérer, qui me défendait contre mon gré pour démontrer que j’étais « x » « y » « z » enfin buvable ! Un être humain suffisamment correct. A questionner, il semblait que finalement les choses se mélangeaient un peu ! Puis, cela a fait comme une explosion dans ma tête, rien de stupéfiant, comme abonnée au déni, j’ai poursuivi avec une soirée télé.

Ensuite, j’ai reposé la question, et là, le vide ! Dénué de sens !

Assez subitement, mais je ne l’ai pas remarqué de suite, un peu comme un bateau qui ne s’immobilise pas de suite lorsque l’on coupe le moteur, la question du « moi-je » était dénuée de sens, plus rien ne montait, plus de réponses, plus de questions annexes, plus moyen d’aligner des concepts. Juste une promenade magnifique dans la fraîcheur du matin !


merci de me lire
Namaste

marie-france

Re: La fin de la Quête

Posted: Fri Jul 13, 2012 11:09 pm
by Chronophonix
Bonsoir Marie-France

J'allais te les proposer, ces questions, tu as anticipé, tu as bien fait !

Tes réponses sont parfaitement claires et témoignent de ce "basculement" qui s'est fait, comme tu l'as remarqué, sans feux d'artifices cosmiques ni visions divines, mais dans la simplicité et la fluidité, et c'est parfait ainsi.

Je vais donc demander à trois "guides" francophones de donner un avis sur ce fil de discussion. Il faut trois validations pour passer "bleu", c'est à dire être potentiellement qualifiée pour guider à ton tour, sans que cela ne soit une nécessité : chacun reste en unité avec son ressenti du moment, rien n'est demandé, la vie décide...
As-tu un compte facebook ? Il existe des groupes de suivi sur facebook, un groupe francophone et un anglophone : il est très intéressant d'y participer, souvent très utile également, pour les échanges qui se nouent entre toutes les personnes qui sont passées par ce forum.
Au fait, parles-tu anglais ?

Voilà, Marie-France, je te tiens au courant dès que j'ai les réponses.
Namaste
Michel

Re: La fin de la Quête

Posted: Sat Jul 14, 2012 12:39 pm
by Sarasvati Nayana
Bonjour Michel,

ravie alors.... que ce soit tombé ainsi... au bon moment....

oui c'est un "basculement" j'apprécie le terme... je ne sais pas comment le dire et j'ai envie d'en parler, souvent, parce que c'est si incroyable, si simple, si inattendu, si parfait, si plein de fraîcheur...
parfois c'est comme si ce n'est plus là, comme si rien n'avait changé et l'expir se fait et les couleurs éclatent !

J'aimerais bien partager cela, guider à mon tour, rester en lien et approfondir ces nouveaux yeux !

Je peux lire l'anglais mais pour parler ou rédiger c'est autre chose !
J'aimerais joindre le groupe facebook français

Namaste Michel

Marie-France