ma véritable nature

User avatar
Nedjma
Posts: 31
Joined: Fri Feb 02, 2018 9:57 pm
Location: québec

Re: ma véritable nature

Postby Nedjma » Sat Feb 10, 2018 2:11 am

Bonsoir Sébastien,

Après une pause et avoir ressenti une période OMG (oh my god) … j’en ris.

Me voici pour répondre aux dernières questions rituelles de LU...

1) Existe-t-il une entité séparée «moi», ou «je», ou encore «moi-je» où que ce soit, de quelque forme que ce soit ?

non, cela n’est pas la réalité. Ce ‘’moi-je’’ était une croyance, un conditionnement pris pour la réalité.

2) Explique en détail ce qu'est l'illusion de l'entité séparée, quand est-ce qu'elle commence, et comment elle fonctionne, à partir de ta propre expérience, telle qu'elle est ici et maintenant.

L’entité commence peu de temps après la naissance, je dirais même dans le ventre de la mère à partir des émotions ressentis puis de l’étiquette qui y est mise : Johanne est gentille, Johanne a de la peine, Johanne est belle, Johanne est pas belle, Johanne, Johanne. Il y a maman, papa, frères, sœurs. Ce sont tous des entités. S’il y a Johanne, il y a les autres = séparation totale. L’illusion est créé et renforcé par l’environnement, la famille, la société et par le ‘moi-je’ qui est convaincu d’exister : Johanne a mal, Johanne est lente, Johanne est jolie. Il y a Johanne ok-pas ok et les autres.

L’environnement, la famille, la société inconsciemment créent des ‘personne’ (moi-je) et cela est cru par tous. Illusion collective et planétaire.

L’enfant s’identifiera de plus en plus au corps, aux émotions, aux pensées = survie. Il cesse d’être pour devenir un ‘moi-je’ ayant peur de sa finitude puisqu’il se croit le corps.
Ainsi créé, le ‘moi-je’ fonctionne par les pensées crues, par l'identification aux pensées et au corps. Le mental (l’égo) est le maitre. Il établit le règne de la dualité puisque se croyant séparé : notions de plaisir-déplaisir, bon-pas bon, correct-pas correct. Grosse erreur de croire: ‘je pense donc je suis’.
L’illusion se croyant réel, il est cru qu’elle décide, qu’elle choisit = la volonté ‘personnelle’. Elle se croit totalement séparé de la vie. Elle se prend pour la vie et critiquera celle-ci par beaucoup de jugements. Ainsi nait la souffrance sans fin.

3) Qu'est-ce que tu ressens en voyant cela ? Quelle est la différence par rapport à ce que tu vivais avant de commencer ce dialogue ?

Je ressens une grande lucidité, un détachement, une paix. Je vois l’illusion, je peux l’expliquer, la détailler. Je ressens un relâchement. C’était épuisant de se prendre pour la vie, d’être identifié à un ‘moi-je’ malgré que je savais aussi être-présence.

La grande différence d’avant et après le dialogue, c’est d’avoir vu, ressenti physiquement, mentalement : l’illusion du ‘moi-je’. Ce fut une évidence. Mes cellules ont reçues un électrochoc vraiment même si cela a duré qu’un instant. Ce fut clairement vu.

Mon vécu est différent depuis le début de cette recherche. Il y a plus d’énergie, de sensations ressenties physiquement. Je ressens davantage la vie, le mouvement, la fluidité. Les sensations sont accrues et le mental a pris une ‘débarque’. Je l’entends, je vois les pensées, je vois le réflexe de vouloir y adhérer. Je ressens les émotions, elles gonflent et dégonflent. Je ressens les sensations physiques sans m’y identifier comme avant. Je vis tout cela sans y mettre l’étiquette ‘Je-Johanne-moi’. Il y a eu des expériences d’être sans tête et souvent de ressentir comme un mouvement de vague, de respire comme si la vie que je suis respirait, sensation d’une douce brise. Difficile à d’écrire tout cela. Il y a des émotions comme la tristesse qui viennent de moins en moins. De comprendre et de rester dans l’expérience directe fait toute la différence. C’est ce qui a permis de voir tout cela. Faire la différence entre ce qui est et ce qui n’est pas.

4) Quel a été le déclic qui t'a fait basculer, qui t'a fait voir cela?

C’est la lecture de ta question suite à mon expérience directe de boire :
je sens le liquide coulée dans le palais.
Ta question: peux-tu trouver ce "je" qui semble s'approprier l'action de sentir? Et si oui, sous quelle forme ?
ma réponse : à la lecture il y a eu un choc dans l'esprit. Ce que j'ai trouvé, vu: une pensée, c'est une pensée ce Je. La pensée est venue se coller une microseconde après la sensation du liquide qui coule, il n'y a pas de gens qui se dit 'à tien je ressens le liquide'. La sensation du liquide, le mouvement du liquide existait avant. Le je-pense vient se coller à la sensation après qu'il y ait eu écoulement. Ca c'est certain.
Ce fut un très grand choc d'avoir ressenti cela. C’est pourquoi j’écris que mes cellules ont reçu un électrochoc. Ce fut une évidence totale.

5) Est-ce toi qui décides, as des intentions, choisis, contrôles les évènements de la vie ? Es-tu à l'origine de ce qui arrive ? Donne des exemples à partir de ton expérience.

Non, je ne décide rien, je n’ai pas d’intentions, je ne choisis rien, je ne contrôle d’aucune façon les évènements de la vie.

Je ne peux rien éviter, je ne peux rien empêcher, les pensées viennent, les émotions.
Je vois juste que cela se passe différemment de plus en plus.

Exemples
-cette nuit vers minuit, quelqu’un sonne à ma porte. Je n’ai pas décidé cela et encore moins pu prévoir. J’ai vu les pensées dites : Qui sonne? Est-ce un violeur? Le ‘je-moi’ qui veut se pointé. C’est vu. Stop.
Avant, croyant être quelqu’un, ‘’je m’ ‘’aurais critiqué pour avoir oublier l’auto.
Tout se fait, c’est tout.
Dans l’instant : J’ai juste suivi le mouvement de la vie: Je suis allée répondre à la porte, c’était une policière. J’avais oublié d’enlever mon auto de la voie publique et elle ne voulait pas me donner une contravention. (les ouvriers de la ville enlèvent la neige à partir de minuit). wow cela m’évite une contravention, merci la vie, merci l’abondance.

-soudain le mental s’active, il calcule pour budgéter. Je n’ai pas décidé de calculer, j’étais revenue de la salle de bain, aucun rapport. Pensée vue, il y a calcul. C’est tout. Pas de jugement, de saisie, d’interprétation.

-une grande émotion de détresse surgit de nulle part. Ressentie, accueillie, elle disparait aussi vite qu’elle est venue. C’est la vie.

-J’ai une tension dans la cuisse gauche, dans le quad depuis 3 jours. Fini de penser que j’ai quelque chose à faire où que j’ai fait pas correct où que je devrais faire quelque chose. Il y a une tension dans ce corps physique. Point.

Je laisse la vie se faire, l’amour œuvré comme disait Arnaud Desjardins.

6) Quelque chose à ajouter ?

J’ai envie de dire rien car tout a été parfait.

J’en profite pour te poser quelques questions :

- Est-ce que je peux partager et parler de nos échanges? Ou est-ce préférable de laisser la vie guider les gens vers LU comme moi qui ai retrouvé le site par hasard (j’ai réalisé que c’était la 2ième fois que je voyais ce site. La 1ière fois n’était pas le bon moment).
- Est-ce que j’ai besoin de conseil pour l’après-recherche? Il m’apparait essentiel de rester collé à l’expérience direct, à la réel-réalité, au ‘je suis’. As-tu des suggestions? Conseils?
- Suggestions de lecture ou non? De démarche ou non?
- Je suppose qu’il est important de rester avec : la nature véritable est connue. Qui est-ce qui la perçoit?
- Comment et quand devenir éventuellement un accompagnant? Cela m’interpelle. J’ai tellement apprécié ta guidance et j’en ai récolté les fruits. En français dans mon cas.
- En cas de questions dans le futur, est-ce que je peux te recommuniquer? si oui comment?

Cher Sébastien, ton accompagnement est et a été parfaitement juste. Tout était à propos, absolument tout. Je suis impressionnée et admirative.

Un immense silence nous unit.

Gratitude infinie pour tout.

Pensée qui dit : ‘il reste peut-être un peu de ‘je-moi’.
Je ressens le besoin d’approfondir : ‘la vie se fait’ et en même temps cela se fait!
Neuf et frais à chaque instant comme dit si bien Darpan.

Johanne Labrie
Nedjma

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: ma véritable nature

Postby sébastien gratas » Sat Feb 10, 2018 7:38 am

L’entité commence peu de temps après la naissance, je dirais même dans le ventre de la mère à partir des émotions ressentis puis de l’étiquette qui y est mise : Johanne est gentille,
C'est un peu tôt il me semble.Le foetus ressent bien-sûr mais il n'y a pas encore d'étiquettes...
Vers 2-3 ans , non ?
L’illusion est créé et renforcé par l’environnement, la famille, la société et par le ‘moi-je’ qui est convaincu d’exister :
Le "moi" n'est convaincu de rien, il n'a pas d'existence propre.
Il cesse d’être pour devenir un ‘moi-je’ ayant peur de sa finitude puisqu’il se croit le corps.
C'est sûrement une question de formulation, mais l'enfant ne cesse pas d' être. Par contre effectivement, la croyance au "moi" et sa descendance viennent voiler l'expérience.
L’illusion se croyant réel, il est cru qu’elle décide, qu’elle choisit = la volonté ‘personnelle’. Elle se croit totalement séparé de la vie. Elle se prend pour la vie et critiquera celle-ci par beaucoup de jugements. Ainsi nait la souffrance sans fin.
J'entends bien ce que tu dis mais il serait bon de reformuler, au moins pour toi-même.
( Et ne me demande pas qui c'est hein...;-) )
L'illusion n'est pas douée de conscience. C'est un objet, pas ce qui voit.

Il me semble clair que tout es ok. Je vais malgré tout inviter d'autres accompagnateurs à prendre connaissance
de notre conversation et je te transmettrai leurs questions s'ils en ont.

Je réponds plus tard à tes questions.

Merci

User avatar
Nedjma
Posts: 31
Joined: Fri Feb 02, 2018 9:57 pm
Location: québec

Re: ma véritable nature

Postby Nedjma » Sat Feb 10, 2018 4:15 pm

Merci Sébastien,

Oui, effectivement l’étiquette vient avec le langage, le mental qui se développe (2, 3 ans).

Je réalise que j’ai écrit certains bouts à partir de pensées qui ont été cru. En thérapie, ‘’on’’ va chercher dans les ‘’mémoires’’ des ‘’explications’’. Cela a teinté mes explications. Je le vois bien grâce à tes commentaires. J’en ris. Je parle de l’illusion comme une réalité mais ce n’est qu’une fiction alors elle ne décide pas, elle ne choisit pas, elle ne raisonne pas. Trop drôle un ‘’moi-je’’ inexistant qui est ‘’convaincu’’. Fallait-il y croire!!!

Effectivement, l'enfant ne cesse pas d'être, sa nature véritable se voile progressivement. Rien n'est perdu, rien n'arrête d'être.

Tu écris : L'illusion n'est pas douée de conscience. C'est un objet, pas ce qui voit.
Super aidant pour saisir à 100%: UN OBJET.

Merci
Nedjma

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: ma véritable nature

Postby sébastien gratas » Sat Feb 10, 2018 10:38 pm

Bonsoir Nedjma

L'un des accompagnant demande des précisions sur l'expression :
" c'était épuisant de se prendre pour la vie".

Et la question : "Pour qui, quoi, est-il essentiel de rester collé à l'expérience directe" ?

Merci

User avatar
Nedjma
Posts: 31
Joined: Fri Feb 02, 2018 9:57 pm
Location: québec

Re: ma véritable nature

Postby Nedjma » Sun Feb 11, 2018 12:24 am

Bonsoir Sébastien,

J’ai écrit " c'était épuisant de se prendre pour la vie". Par cette expression, j’exprimais le drame du ‘’moi-je’’. C’est à la mémoire du ‘’moi-je’’ que j’ai écrit cela.
Pensée qui dit : je suppose?

Là, à l’instant, en lisant, je ressentais que c’est la mémoire du corps qui rouspétait.
Pensée qui dit : ‘’oui, mais moi j’ai trouvé cela difficile, ces 60 ans de vie’’. Une illusion que cette mémoire du corps. Un ‘’je-moi-ton-corps’’. Le corps aussi est un objet.

Il n’y a pas de mémoire. C’est je crois à cause de ces pensées, de ces émotions qui apparaissent (impression que cela vient de la mémoire’’ et non de l’instant simplement) que j’ai écrit qu’il m’apparait essentiel de resté collé à l’expérience directe.

"Pour qui, quoi, est-il essentiel de rester collé à l'expérience directe" ?
C’est pour une peur (émotion) qui n’a pas été vue comme telle lorsque j’ai écrit. La pensée qui dit : peur de perdre l’évidence de l’illusion du ‘’moi-je’’.
Je me souviens d’avoir eu un inconfort mais que je n’arrivais pas à voir clairement.
Pourquoi? Pour rester dans la présence. Pensée qui dit : Je suppose?

Merci Sébastien
Nedjma

User avatar
Nedjma
Posts: 31
Joined: Fri Feb 02, 2018 9:57 pm
Location: québec

Re: ma véritable nature

Postby Nedjma » Sun Feb 11, 2018 12:26 am

pensée qui dit: ''c'est comme si je me sentais en attente''.
Nedjma

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: ma véritable nature

Postby sébastien gratas » Sun Feb 11, 2018 6:57 am

Bonjour Nedjma,

ça suit son cours...

Et en attendant, si tu recontacte cette sensation d'attente, profite-en pour l'explorer de près, tactilement. Reste avec
et laisse lui faire son truc.
Tu risques désormais d'être ouverte au plaisir de goûter toutes sortes de sensations jusque-là reléguées dans
la catégorie " pas agréables " et donc souvent "occultées"...Autant commencer tout de suite, non ? :-)

Un ‘’je-moi-ton-corps’’.
Drôle d'amalgame...
La pensée qui dit : peur de perdre l’évidence de l’illusion du ‘’moi-je’’.
Regarde-la bien celle-ci !
Est-ce qu'elle ment ?


Merci

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: ma véritable nature

Postby sébastien gratas » Sun Feb 11, 2018 1:47 pm

Bonjour Nedjma

Une autre question : " Qui attend ? "

Merci

User avatar
Nedjma
Posts: 31
Joined: Fri Feb 02, 2018 9:57 pm
Location: québec

Re: ma véritable nature

Postby Nedjma » Sun Feb 11, 2018 3:13 pm

Bonjour Sébastien,

Totalement en accord pour ‘’goûter’’ à ce qui a été relégué aux oubliettes. C’est déjà en cours, diverses sensations : envie de plus dormir, moins d’élan, plus de douleurs physiques par ci par là.
Et en même temps par moment des sensations de grande et belle énergie, sourire, silence, bien-être.

J’observe cela et te reviens pour répondre à tes 2 questions.

merci
Nedjma

User avatar
Nedjma
Posts: 31
Joined: Fri Feb 02, 2018 9:57 pm
Location: québec

Re: ma véritable nature

Postby Nedjma » Sun Feb 11, 2018 11:29 pm

Bonsoir Sébastien,

Me revoilà,

J’ai réalisé aujourd’hui ce qui perturbait l’expérience. C’est comme si j’essayais d’éliminer les pensées donc le mental. Le mental est nécessaire comme outil mais une aliénation si c’est le ‘’moi-je’’ qui l’usurpe. Le ‘’moi-je’’ étant une pure illusion.

Il y a 2 positions face au mental :

Le mental qui est un outil, un serviteur:
Lorsque je t’écris par exemple, je suis dans la présence à ce qui est. Je sais reconnaître une-pensée-qui-dit, l’émotion ou la sensation physique. C’est évident. Le mental me sert à écrire à l’ordi, à mettre des mots sur le senti. Je suis dans l’expérience direct, dans la présence avec ses ressentis.

Lorsque je médite et deviens pure conscience, cela est la réalité ou lorsque je goute à la pure présence, lorsque je suis, l’outil est dans le tiroir. OFF

Le mental, le ‘’moi-je’’ qui prend place :
Le voile qui voile. Par manque de vigilance, par habitude cela réapparait ou devrais-je dire n’est pas vu.
La pensée qui dit : peur de perdre l’évidence de l’illusion du ‘’moi-je’’. Est-ce qu'elle ment ?
Oui, car c’est une pensée-qui-dit. Elle vient de l’accaparation du ‘’moi-je’’. L’émotion et la pensée sont arrivées et j’ai manqué de ‘présence’ consciente pour les voir. Maintenant, je vois le ‘’moi-je’’, je vois l’illusion.

"Qui attend ?": Le ‘’moi-je’’. La présence est dans l’instant. Attendre fait référence à un futur illusoire. Seule existe la présence dans l’instant, instant après instant.

Merci milles fois
Nedjma

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: ma véritable nature

Postby sébastien gratas » Mon Feb 12, 2018 3:47 am

Bonsoir Nedjma

Le voile qui voile. Par manque de vigilance, par habitude cela réapparait ou devrais-je dire n’est pas vu.
Oui

Je suis dans l’expérience direct, dans la présence avec ses ressentis.
C'est comment, il y a la présence, ses ressentis et toi ?
L’émotion et la pensée sont arrivées et j’ai manqué de ‘présence’ consciente pour les voir. Maintenant, je vois le ‘’moi-je’’, je vois l’illusion.
Dis-moi, ça finit par faire pas mal de "moi-je" tout ça...?
"Seule existe la présence dans l’instant, instant après instant.
Seule existe la présence dans l'instant. Merci !
"Qui attend ?": Le ‘’moi-je’’.
De quoi parles-tu ?


Merci

User avatar
Nedjma
Posts: 31
Joined: Fri Feb 02, 2018 9:57 pm
Location: québec

Re: ma véritable nature

Postby Nedjma » Mon Feb 12, 2018 4:13 am

Bonsoir Sébastien,

Tes questions frappent. Oui il y a comme la présence, moi et le moi-je dans ce que j’écris. Pensée-qui-dit : Désolée + émotion de dissolution.

Je prends un temps pour relire, voir et te revenir.

Merci de ta patience.
Nedjma

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: ma véritable nature

Postby sébastien gratas » Mon Feb 12, 2018 10:12 am

Bonjour Nedjma

Ne sois-pas désolée, il n'y a aucun enjeu. Juste le jeu !

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: ma véritable nature

Postby sébastien gratas » Mon Feb 12, 2018 10:15 am

Et attention à la dissolution. Il faut quand même revenir répondre, hein ?

User avatar
Nedjma
Posts: 31
Joined: Fri Feb 02, 2018 9:57 pm
Location: québec

Re: ma véritable nature

Postby Nedjma » Mon Feb 12, 2018 4:01 pm

Bonjour Sébastien,

J’ai très peu dormi la nuit dernière. Il y a eu un rêve très intense de guerre, de destruction, de morts et aussi de vivants. Ceux qui avaient bougé de place! Pas d’analyse, juste une expérience.

C'est comment, il y a la présence, ses ressentis et toi ?
Oui, c’était exact comme si ‘’je’’ devais retourner dans la présence comme un endroit! Ce sont des pensée-crue : ‘’Je dois être présente’’, ‘’je dois faire quelque chose’’. Je ne les voyais pas car voilé par l’illusion. La présence n’est pas quelque chose à atteindre c’est ma nature véritable. Donc il y a la présence et les ressentis. La présence peut être plus ou moins vécu en conscience, en présence s’il y a manque de vigilance et obscurcissement à cause des pensées-crues.

j'ai écrit: L’émotion et la pensée sont arrivées et j’ai manqué de ‘présence’ consciente pour les voir. Maintenant, je vois le ‘’moi-je’’, je vois l’illusion.
Dis-moi, ça finit par faire pas mal de "moi-je" tout ça...?
Tout à fait.
Présente, consciente, je vois les pensées et les émotions venir sans identication. Je ressens ce qui se vit à travers les sens. Je ‘’goute’’.

J’avais écrit : pensée qui dit: ''c'est comme si je me sentais en attente''.
"Qui attend ?": Le ‘’moi-je’’.
De quoi parles-tu ?
Comme la pensée a été cru, l’illusion du ‘’moi-je’’ n’a pas été vu.
Se sentir en attente, est une émotion, une sensation qui est vécu. Ce n’est pas la réalité mais une expérience sensorielle.

Ce que j’observe depuis les derniers messages :
- La relation au corps physique a changé. Je ressens plus d’inconfort, un peu partout, des tensions qui se manifestent et qui lâchent. Maintenant, je vois cela avec une distance sans m’y identifier. J’interagis avec lui de façon bienveillante. Il n’y a plus de pensées ‘’je dois en prendre mieux soin, je dois aller voir un ostéopathe.’’ Je le vois pour ce qu’il est : un ‘’objet’’, un corps biologique. Je ne suis plus ‘fasciné’ par ses tensions en me disant ‘’je dois faire quelque chose’’. Je fais simplement ce qui me vient. Exemple : masser avec une bonne brosse, les 2 zones de tension principal : les avant-bras et quadriceps. Je frotte avec fermeté et le corps fera le reste. Détachement du résultat.

meilleure compréhension du fonctionnement mental, le voir comme un outil.

Je suis présence en tout temps, il n’y a rien à faire. La vigilance, l’attention permet que cela soit davantage ressenti.

Pour la dissolution, cela va attendre, le lance-flamme n’a pas duré assez longtemps. :-)

Johanne
Nedjma


Return to “Français (archives)”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest