voir

User avatar
noselfy
Posts: 216
Joined: Sun Mar 06, 2016 11:49 pm

Re: voir

Postby noselfy » Mon Nov 07, 2016 10:08 pm

Bonjour Guillaume,
Même si ce n'est pas d'une limpidité sans faille c'est vu que moi n'existe pas.
Il n'y a pas de doute, juste des pensées qui veulent en douter; avec lucidité c'est vu et fin de l'histoire, dans une période où la lucidité fait défaut, c'est moins évident.
Si un doute survient (cela arrive), le mieux est encore d'aller Voir s'il y a la trace d'un moi quelque part...
Allez, fais nous rire un peu, que disent les pensées quand la lucidité fait défaut ?
Des pensées arrivent, plus ou moins crédibles ou intéressantes, certaines sont issues d'une réflexion voulue, d'autres surgissent de nul part et repartent, nul part.
Certaines pensées "sont issues d'une réflexion voulue"... Hum. Voulue par qui ? Il y a un moi qui réfléchit ?
Est-ce que ce n'est pas le lot de toutes les pensées que de surgir et de repartir de nulle part ?
Est-ce que les pensées se présentent de manière logique/réfléchie ou de manière aléatoire ? Il y a un penseur ?

Refais l'exercice stp. Dire que les pensées sont plus ou moins crédibles ou intéressantes, c'est porter un jugement sur leur contenu. Or ici on ne s'intéresse pas au contenu mais juste au déroulement des événements (comment sensations et pensées apparaissent à la conscience). Regarde, c'est un peu comme observer les vagues sur l'océan...
Les pensées se font plus présentes et re-agitent le draps du fantôme du moi... Ce n'est pas un automatisme encore de dire aussitôt : "tiens c'est justes des pensées", cela prend un peu de temps de se reprendre et revenir au non-moi.
Question d' entraînement encore.
Est-ce qu'il y a un état moi et un état non-moi ? Ou juste la vie (sans moi) avec des pensées plus ou moins présentes ?
Ce sont des pensées qui veulent utiliser l'ED / la vision de ce qui est, se nourrissant du désir de voir, pour alimenter l'idée d'un "moi", mais ce n'est pas possible, on s'en rend compte en voyant. Moi est une pensée. La vision est tout sauf une pensée.
Oui, le moi n'est qu'une pensée, une idée qui se rajoute inconsciemment à notre interprétation de l'expérience.
Est-ce qu'il y a un moi qui désire voir, ou juste un désir de voir ? Et ce désir même est-il autre chose qu'une pensée ?

Paul
“Life was fullness to such an extent that it was not life. God didn't live, simply existed.”
“La vie était à ce point plénitude qu'elle n'était pas la vie. Dieu ne vivait pas, il existait.” (A. Nothomb)

User avatar
Biok
Posts: 74
Joined: Mon Aug 15, 2016 9:41 pm

Re: voir

Postby Biok » Wed Nov 09, 2016 3:31 pm

salut Paul,
Certaines pensées "sont issues d'une réflexion voulue"... Hum. Voulue par qui ? Il y a un moi qui réfléchit ?
Est-ce que ce n'est pas le lot de toutes les pensées que de surgir et de repartir de nulle part ?
Est-ce que les pensées se présentent de manière logique/réfléchie ou de manière aléatoire ? Il y a un penseur ?
Il y a une volonté qui fait appel à la réflexion quand nécessaire VS des pensées folles qui arrivent et repartent sans que ce soit volontaire. C'est tout. Le fruit de la réflexion apparait de nul par aussi cela dit.

Il n'y a pas quelqu'un qui pense, par contre il y a une réflexion qui pense.
Refais l'exercice stp. Dire que les pensées sont plus ou moins crédibles ou intéressantes, c'est porter un jugement sur leur contenu. Or ici on ne s'intéresse pas au contenu mais juste au déroulement des événements (comment sensations et pensées apparaissent à la conscience). Regarde, c'est un peu comme observer les vagues sur l'océan...
Le processus de pensée se déroule un peu comme des vagues : par série, elles arrivent par paquet (de nul part), comme des bulles d'eau pétillante qui grossissent avant d'exploser à la surface et disparaissent (de là ou elles sont arrivées).
Si l'attention se fixe sur l'une d'elle, la pensée reste et en appel d'autres ayant le même thème...
Elles sont toutes tintées par la mémoire, les désirs, et ainsi peuvent créer l'illusion d'un "moi ": c'est à dire une histoire faite de strates de souvenirs et d'émotions (figés dans le temps).
Elles apparaissent maintenant, dans le présent, d’où leur réalité mais font références à des temps passés ou futurs qui n'ont pas d'existence réel (maintenant) : d’où leur caractère illusoire.
Il y a aussi comme cité plus haut, des pensées qui sont suscitées par l'intellect à des fins pratique.
Est-ce qu'il y a un état moi et un état non-moi ? Ou juste la vie (sans moi) avec des pensées plus ou moins présentes ?
Il y a juste un état non-moi / la vie sans moi avec des pensées plus ou moins présentes, c'est juste par opposition à l'expérience communément vécue à travers l'illusion moi, que non-moi est employé.
Est-ce qu'il y a un moi qui désire voir, ou juste un désir de voir ? Et ce désir même est-il autre chose qu'une pensée ?
Oui, il y a une pensée je veux voir... mais ça peut pas marcher ... parce qu'il y a un je ... juste voir....

Bonne journée.

User avatar
noselfy
Posts: 216
Joined: Sun Mar 06, 2016 11:49 pm

Re: voir

Postby noselfy » Thu Nov 10, 2016 8:40 pm

Bonjour Guillaume,
Le processus de pensée se déroule un peu comme des vagues : par série, elles arrivent par paquet (de nul part), comme des bulles d'eau pétillante qui grossissent avant d'exploser à la surface et disparaissent (de là ou elles sont arrivées).
Je t'engage vraiment à refaire cet exercice le plus souvent possible, car on est vraiment là au cœur du Voir. Cela développe un état de réceptivité alerte et naturel (les sens en éveil mais sans effort, et surtout sans jugement). Le processus est continu avec -pour simplifier- une alternance entre attente (réceptive) et prise de conscience (perceptive). En fait il s'agit d'accueillir tout ce qui est, à la fois dans la forme (visuelle, tactile, mentale...) et la non-forme.
Si cela aide: se demander "Y a-t-il conscience de l'ici et maintenant ?"... et tendre l'oreille dans le vaste infini !

Surtout ne pas analyser, interpréter, juger... (et donc ne pas refuser et/ou chercher à changer, contrôler, etc.)
En particulier: lorsqu'une pensée survient, on se fiche de savoir si elle fait référence au passé, aux désirs, au "moi", etc.
Ceci n'est pas un exercice de compréhension. Ceci est un exercice de Vision.
Comprendre, c'est lire le menu et y voir un gâteau appétissant. Voir, c'est déguster le gâteau...
Il y a juste un état non-moi / la vie sans moi avec des pensées plus ou moins présentes, c'est juste par opposition à l'expérience communément vécue à travers l'illusion moi, que non-moi est employé.
L'expérience vécue du "moi" est une illusion. Il y a juste des pensées qui disent qu'il y a un "moi" dans l'expérience. Ok ?
Il n'y a pas quelqu'un qui pense, par contre il y a une réflexion qui pense.
Que veut dire "il y a une réflexion (qui pense)" ? Est-ce que la réflexion est une chose réelle ou juste une idée/pensée ?
S'il y a quelque chose qui pense, où se situe cette chose exactement ? Comment est-elle perçue dans l'ED ?
S'il est cru que les pensées suivent une logique réfléchie, est-ce autre chose qu'une étiquette collée sur d'autres pensées ?
Il y a une volonté qui fait appel à la réflexion quand nécessaire VS des pensées folles qui arrivent et repartent sans que ce soit volontaire. C'est tout. Le fruit de la réflexion apparait de nul par aussi cela dit. [...]
Il y a aussi comme cité plus haut, des pensées qui sont suscitées par l'intellect à des fins pratique.
Quel est donc cet "intellect" qui a des fins, une volonté et un contrôle sur les pensées? Ne serait-ce pas un 'moi' déguisé ?
Est-ce que l'intellect est une chose qui se trouve dans la tête ? Si oui, où exactement ? Comment est-il perçu dans l'ED ?

Pour clarifier les choses concernant les pensées, refaisons un petit exercice. Pose-toi quelque part une petite demi-heure en observant les pensées apparaitre et disparaitre, mais en ignorant complètement ce qu'elles racontent.
- D'où viennent les pensées ? Où vont-elles ? Est-ce qu'elles apparaissent quelque part dans la tête ?
- As-tu fais quelque chose pour qu'un pensée particulière apparaisse ? Aurais-tu pu faire quelque chose pour qu'une autre pensée apparaisse ? Peux-tu empêcher une pensée d'apparaitre ? Peux-tu arrêter une pensée en plein milieu ?
- Peux-tu prédire ta prochaine pensée ? Peux-tu choisir de n'avoir que des pensées agréables ? Peux-tu éviter les pensées désagréables ? Peux-tu ne sélectionner qu'un certain type de pensées ? Peux-tu empêcher la pensée "je" d'apparaitre ?
- Y a-t-il un moyen quelconque de contrôler les pensées ? Y a-t-il quelque chose qui contrôle les pensées ?
- Est-ce que les pensées suivent une suite logique, organisée ? Si oui, est-ce que quelque chose contrôle cette logique ?
- Y a-t-il quelque chose ou quelqu'un qui pense ?

Paul
“Life was fullness to such an extent that it was not life. God didn't live, simply existed.”
“La vie était à ce point plénitude qu'elle n'était pas la vie. Dieu ne vivait pas, il existait.” (A. Nothomb)

User avatar
noselfy
Posts: 216
Joined: Sun Mar 06, 2016 11:49 pm

Re: voir

Postby noselfy » Mon Nov 14, 2016 11:35 pm

Alors, Guillaume, ça infuse ?

Paul
“Life was fullness to such an extent that it was not life. God didn't live, simply existed.”
“La vie était à ce point plénitude qu'elle n'était pas la vie. Dieu ne vivait pas, il existait.” (A. Nothomb)

User avatar
Biok
Posts: 74
Joined: Mon Aug 15, 2016 9:41 pm

Re: voir

Postby Biok » Tue Nov 15, 2016 6:30 pm

Bonsoir Paul,

pas assez de temps pour te répondre convenablement dans l'immédiat,
Et je m'en excuse..

Dés que possible, ce sera chose faite.

Bonne soirée Paul,

Guillaume

User avatar
Biok
Posts: 74
Joined: Mon Aug 15, 2016 9:41 pm

Re: voir

Postby Biok » Fri Nov 18, 2016 4:54 pm

Bonjour Paul,
Pour clarifier les choses concernant les pensées, refaisons un petit exercice. Pose-toi quelque part une petite demi-heure en observant les pensées apparaitre et disparaitre, mais en ignorant complètement ce qu'elles racontent.
- D'où viennent les pensées ? Où vont-elles ? Est-ce qu'elles apparaissent quelque part dans la tête ?
- As-tu fais quelque chose pour qu'un pensée particulière apparaisse ? Aurais-tu pu faire quelque chose pour qu'une autre pensée apparaisse ? Peux-tu empêcher une pensée d'apparaitre ? Peux-tu arrêter une pensée en plein milieu ?
- Peux-tu prédire ta prochaine pensée ? Peux-tu choisir de n'avoir que des pensées agréables ? Peux-tu éviter les pensées désagréables ? Peux-tu ne sélectionner qu'un certain type de pensées ? Peux-tu empêcher la pensée "je" d'apparaitre ?
- Y a-t-il un moyen quelconque de contrôler les pensées ? Y a-t-il quelque chose qui contrôle les pensées ?
- Est-ce que les pensées suivent une suite logique, organisée ? Si oui, est-ce que quelque chose contrôle cette logique ?
- Y a-t-il quelque chose ou quelqu'un qui pense ?
Les pensées viennent et disparaissent de nul part...
Elles apparaissent dans la conscience, qui n'est située nulle part dans le corps.
Elles apparaissent malgré "ma" volonté, on ne peut pas empêcher une pensée d’émerger, on ne peut pas les choisir, les prédire, ni les sélectionner... I
l n'y a pas de contrôle sur les pensées, mais on peut choisir de les laisser traverser "notre maison" en laissant les portes d'entrée et de sorties ouvertes, ou bien les garder et leur servir le thé. C'est là que ce situe le problème, si bien imagé par un maître Zen dont j'ai oublié le nom.
Garder une pensée, fait qu'on fini par y croire et une identification au moi se crée / se renforce.
Il y a la sensation de pouvoir croire que les pensées sont contrôlées par moi, exemple : je réalise que je suis pris dans mes pensées, retour à l'expérience directe et la pensées disparait, une autre pensée arrive et réalimente l'idée d'un moi, en disant je contrôle les pensées... la boucle est bouclée, l'illusion est maintenue.

Personne ne pense, il y a juste des pensées qui font croire qu'elles sont pensées par un moi.

Donc pour répondre à ta question, ça infuse mais vraiment doucement !!!

J'ai renoncé à faire la retraite annuelle initialement prévue, je ne lis plus de livre sur la non-dualité à part certains qui parlent de l'illusion du moi, les méditations quotidiennes ont été maintenues.

Une progression lente, vers un peu plus de lucidité pour l'instant...
A part tenter d'être toujours plus dans l'ED, ...rien.
Même si il y a toujours une attente cachée quelque part, y'a rien à attendre.

@+ Paul.

Guillaume

User avatar
noselfy
Posts: 216
Joined: Sun Mar 06, 2016 11:49 pm

Re: voir

Postby noselfy » Sat Nov 19, 2016 10:04 pm

Bonjour Guillaume,
Les pensées viennent et disparaissent de nul part...
Elles apparaissent dans la conscience, qui n'est située nulle part dans le corps.
Oui, et parce que l'on parle de "la conscience", il est souvent cru qu'il y a une chose appelée "conscience"... et que cette "conscience" c'est "moi". Mais la conscience n'est pas une chose, une entité située quelque part. C'est une fonction, un processus. Donc, au lieu de dire que les pensées ou sensations apparaissent "dans la conscience", on devrait dire qu'elles apparaissent "en conscience" ou qu'il y a "conscience de". Il n'y a pas de conscience, juste une prise de conscience.
(et encore, lorsque le mental se purifie, il n'y a même plus de "prise"...)
Elles apparaissent malgré "ma" volonté, on ne peut pas empêcher une pensée d’émerger, on ne peut pas les choisir, les prédire, ni les sélectionner...
Est-ce qu'il y a un contrôle quelconque des sensations ressenties ? Non. Et bien les pensées, c'est pareil...
Il n'y a pas de contrôle sur les pensées, mais on peut choisir de les laisser traverser "notre maison" en laissant les portes d'entrée et de sorties ouvertes, ou bien les garder et leur servir le thé. C'est là que ce situe le problème, si bien imagé par un maître Zen dont j'ai oublié le nom.
Les pensées émergent et disparaissent. Mais si l'attention se portent trop sur ces pensées, alors leur contenu persiste. Du coup, cela donne l'illusion qu'il y a une maison avec des portes et quelqu'un pour les ouvrir. En fait, "notre maison" n'a ni porte ni fenêtre, ni mur ni toit. Il n'y a pas de dedans ou de dehors. C'est un espace ouvert, infini.
Il n'y a personne pour servir le thé :)
Garder une pensée, fait qu'on fini par y croire et une identification au moi se crée / se renforce.
Il y a la sensation de pouvoir croire que les pensées sont contrôlées par moi, exemple : je réalise que je suis pris dans mes pensées, retour à l'expérience directe et la pensées disparait, une autre pensée arrive et réalimente l'idée d'un moi, en disant je contrôle les pensées... la boucle est bouclée, l'illusion est maintenue.
Est-ce que l'illusion est maintenue ou pas ? Est-ce qu'il y a toujours la croyance qu'il y a un "moi" derrière tout ça ?
"je réalise que je suis pris dans mes pensées" -> conscience que l'attention est prise par les pensées et leur contenu
"je retourne à l'expérience directe" -> conscience que l'attention retourne aux sensations
"la pensée disparait, une autre pensée arrive" -> conscience qu'une nouvelle pensée émerge
"je contrôle les pensées" -> contenu de cette pensée
"la pensée réalimente l'idée d'un moi" -> contenu d'une nouvelle pensée
Où est-ce qu'il y a un "moi" là-dedans ? Où est-ce qu'il y a du contrôle ?
Est-ce que c'est parce que l'attention retourne à l'ED que c'est "toi" qui la fait retourner à l'ED ?
Personne ne pense, il y a juste des pensées qui font croire qu'elles sont pensées par un moi.
Bien. Et est-ce qu'il y a quelqu'un pour les croire, ces pensées ?
A part tenter d'être toujours plus dans l'ED, ...rien.
Même si il y a toujours une attente cachée quelque part, y'a rien à attendre.
Il y a visiblement de la déception parce qu'une attente n'est pas satisfaite. Quelle est cette attente exactement ?
Par rapport au début de notre conversation, est-ce qu'il y a un changement de perception/comportement, ou pas ?
Est-ce que l'illusion du moi est réalisée, ou pas ? Si oui, comment cela se manifeste dans la vie de tous les jours ?

A bientôt,
Paul
“Life was fullness to such an extent that it was not life. God didn't live, simply existed.”
“La vie était à ce point plénitude qu'elle n'était pas la vie. Dieu ne vivait pas, il existait.” (A. Nothomb)

User avatar
Biok
Posts: 74
Joined: Mon Aug 15, 2016 9:41 pm

Re: voir

Postby Biok » Tue Nov 22, 2016 11:29 am

Bonjour Paul,

Désolé pour cette réponse tardive...
le mail d'alerte de réponse ne fonctionne pas...

Où est-ce qu'il y a un "moi" là-dedans ? Où est-ce qu'il y a du contrôle ?
Est-ce que c'est parce que l'attention retourne à l'ED que c'est "toi" qui la fait retourner à l'ED ?
Non, ça retourne à l'ED point. Personne ne le fait.
Biok a écrit :
Personne ne pense, il y a juste des pensées qui font croire qu'elles sont pensées par un moi.

Bien. Et est-ce qu'il y a quelqu'un pour les croire, ces pensées ?
Apparemment personne.
Il y a visiblement de la déception parce qu'une attente n'est pas satisfaite. Quelle est cette attente exactement ?


Un changement de paradigme, d'état : plus de mental ou beaucoup moins.
Par rapport au début de notre conversation, est-ce qu'il y a un changement de perception/comportement, ou pas ?
Oui mais léger. Je suis plus calme, j'ai moins peur...
Rien de transcendant évidemment.
Est-ce que l'illusion du moi est réalisée, ou pas ? Si oui, comment cela se manifeste dans la vie de tous les jours ?
Je sais pas !? Parfois l'impression évidente que oui, d'autres beaucoup moins.

@+, Guillaume.

User avatar
noselfy
Posts: 216
Joined: Sun Mar 06, 2016 11:49 pm

Re: voir

Postby noselfy » Tue Nov 22, 2016 7:21 pm

Bonjour Guillaume,
Vérifie que le mail n'est pas dans ta boîte spam et que tu est bien 'abonné' (icône "clé à molette" en bas)...
Non, ça retourne à l'ED point. Personne ne le fait.
Bien. Maintenant observe la vie de tous les jours, avec attention, à chaque instant...
Est-ce que c'est vraiment moi qui fait les choses ? Est-ce que c'est moi qui décide, qui contrôle tout ça... ou est-ce que l'idée que je fais ceci ou cela n'est juste qu'une pensée, une interprétation du mental ?
Est-ce que je fais les choses... ou est-ce que les choses se font, point ?
Si le 'moi' est une réalité, où se trouve cette réalité ? Si c'est une fiction, est-ce que cela change quelque chose à la vie ?
Il y a visiblement de la déception parce qu'une attente n'est pas satisfaite. Quelle est cette attente exactement ?
Un changement de paradigme, d'état : plus de mental ou beaucoup moins.
Avant que le mental ne s'efface nettement, il y a encore un peu de chemin. Mais ce qui compte pour l'heure c'est la porte d'entrée, ce sentiment de "pas de 'moi' aux commandes".
Essaye pour voir ! Lâche le volant, ne fais plus rien - vraiment plus rien du tout - et vois comment ça se passe...
Par rapport au début de notre conversation, est-ce qu'il y a un changement de perception/comportement, ou pas ?
Oui mais léger. Je suis plus calme, j'ai moins peur... Rien de transcendant évidemment.
Est-ce qu'il y a eu un ou des moments particuliers avec un changement notable (soulagement, poids en moins...) ?
Est-ce que l'illusion du moi est réalisée, ou pas ? Si oui, comment cela se manifeste dans la vie de tous les jours ?
Je sais pas !? Parfois l'impression évidente que oui, d'autres beaucoup moins.
Explique précisément ce qui se passe quand l'impression est évidente, et quand elle ne l'est pas.
(pas l'évidence intellectuelle mais l'évidence 'expérientielle', dans le vécu)

Petit exercice de méditation à pratiquer les yeux ouverts :
Imagine être un écran, sur lequel s'imprime le film de la vie. Cet écran imprime tout mais n'exprime rien. Il est 'passif' (pas de contrôle sur le film), 'neutre' (pas de jugement sur le film qui passe), 'continu' (les couleurs changent mais pas d'objets séparés), 'panoramique' (dans toutes les directions à la fois) et 'non sélectif' (tout s'imprime en même temps).
Reste un moment comme cela, à juste voir la vie qui passe sans rien faire et sans effort particulier.
Imagine maintenant que l'écran s'efface doucement et devient complètement transparent...

Paul
“Life was fullness to such an extent that it was not life. God didn't live, simply existed.”
“La vie était à ce point plénitude qu'elle n'était pas la vie. Dieu ne vivait pas, il existait.” (A. Nothomb)

User avatar
Biok
Posts: 74
Joined: Mon Aug 15, 2016 9:41 pm

Re: voir

Postby Biok » Sat Nov 26, 2016 11:12 am

Bonjour Paul,
Essaye pour voir ! Lâche le volant, ne fais plus rien - vraiment plus rien du tout - et vois comment ça se passe...
Encore un peu de mal à lâcher complétement, mais c'est juste l'inertie des mauvaises habitudes; car à chaque fois c'est très plaisant comme sensation de se laisser porter. La finalité semble être la même, sans la tension du contrôle illusoire, le sentiment d'être en plus.
Est-ce qu'il y a eu un ou des moments particuliers avec un changement notable (soulagement, poids en moins...) ?
Ca part, ça reviens... oui il y a des moments de soulagement ou "je" semble être porté.
J'ai aussi appris une très bonne nouvelle récemment, puisque ma compagne et moi allons être parents pour la première fois; (très certainement corrélé à un lâché prise après des années d'échecs).
Donc, c'est difficile à dire, les choses se font petit à petit on dirait ! tout doucement.
Car très tôt dans cette expérience de guidance, des effets ont été constatés, mais les résistances sont nombreuses apparemment.
Explique précisément ce qui se passe quand l'impression est évidente, et quand elle ne l'est pas.
(pas l'évidence intellectuelle mais l'évidence 'expérientielle', dans le vécu)
Quand elle ne l'est pas les pensées sont dominante, oppressantes et non remisent à leur juste place. Il y a une tension, et un sentiment habituel mais pas naturel de séparation.
Quand l'impression est évidente, il y a un sensation de fluidité, de lucidité, ce n'est plus la pensée qui dirige, mais une "intelligence supérieure", subtile, toujours juste, évidente. C'est très rassurant et plaisant.
L'idée d'un moi est du coup complétement inutile.

Piano, piano, les choses se font, mais "je" attendais quelque-chose de particulier, ça crée des nœuds à démêler patiemment.

Merci Paul, à plus tard...

User avatar
Biok
Posts: 74
Joined: Mon Aug 15, 2016 9:41 pm

Re: voir

Postby Biok » Sat Nov 26, 2016 11:15 am

Petit exercice de méditation à pratiquer les yeux ouverts :
Imagine être un écran, sur lequel s'imprime le film de la vie. Cet écran imprime tout mais n'exprime rien. Il est 'passif' (pas de contrôle sur le film), 'neutre' (pas de jugement sur le film qui passe), 'continu' (les couleurs changent mais pas d'objets séparés), 'panoramique' (dans toutes les directions à la fois) et 'non sélectif' (tout s'imprime en même temps).
Reste un moment comme cela, à juste voir la vie qui passe sans rien faire et sans effort particulier.
Imagine maintenant que l'écran s'efface doucement et devient complètement transparent...

Merci pour cet exercice ;)

User avatar
noselfy
Posts: 216
Joined: Sun Mar 06, 2016 11:49 pm

Re: voir

Postby noselfy » Tue Nov 29, 2016 6:07 am

Bonjour Guillaume,
J'ai aussi appris une très bonne nouvelle récemment, puisque ma compagne et moi allons être parents pour la première fois; (très certainement corrélé à un lâché prise après des années d'échecs).
C'est une excellente nouvelle. Félicitations !
Encore un peu de mal à lâcher complétement, mais c'est juste l'inertie des mauvaises habitudes; car à chaque fois c'est très plaisant comme sensation de se laisser porter. La finalité semble être la même, sans la tension du contrôle illusoire, le sentiment d'être en plus.
Moins il y a de "toi", moins il y a de mental... et plus la vie est belle, fluide et légère :)
Est-ce qu'il y a encore de la peur ou de l'appréhension ? Que se passerait-il si "tu lâchais complétement" ?
Ca part, ça reviens... oui il y a des moments de soulagement ou "je" semble être porté.
Bien! Quand il n'y a plus toute cette énergie dépensée pour mettre un "moi" constamment dans l'expérience, ça soulage...
Car très tôt dans cette expérience de guidance, des effets ont été constatés, mais les résistances sont nombreuses apparemment.
Quelles résistances ? Qu'est-ce qui, précisément, empêche de lâcher définitivement cette idée du "moi" ?
Quand elle ne l'est pas les pensées sont dominante, oppressantes et non remisent à leur juste place. Il y a une tension, et un sentiment habituel mais pas naturel de séparation.
Quand l'impression est évidente, il y a un sensation de fluidité, de lucidité, ce n'est plus la pensée qui dirige, mais une "intelligence supérieure", subtile, toujours juste, évidente. C'est très rassurant et plaisant.
L'idée d'un moi est du coup complétement inutile.
Oui! L'idée d'un moi est complétement inutile, et les pensées aussi. Les pensées font partie du décors, mais elles n'ont rien d'intelligent. Elles arrivent après la bataille pour commenter la vraie vie - qui, elle, est la manifestation claire, limpide, "toujours juste, évidente" d'une intelligence subtile.
Est-ce que quelque chose dirige ? Est-ce que quelque chose est dirigé ? Ou n'y a-t-il que "ça", la Vie ?
Piano, piano, les choses se font, mais "je" attendais quelque-chose de particulier, ça crée des nœuds à démêler patiemment.
Qu'attendais-tu au juste ? Un état permanent ? Un miracle ?
Le miracle permanent... c'est la Vie !!
(et plus il y a de lâcher-prise, plus le miracle se révèle)

Pour ce qui est de l'exercice, dis-moi comment cela se passe...
Il s'agit d'être conscient, mais pas conscient de ceci ou de cela, juste "être conscient" point.
Un petit truc si cela aide: élargir le champs de vision au maximum et voir "tout à la fois" sans s'attacher à rien de précis.
Où se trouve "Guillaume" dans cette vision ? Hors de l'écran, dans l'écran, ... ? Quelque part, nul part, partout... ?

A bientôt,
Paul
“Life was fullness to such an extent that it was not life. God didn't live, simply existed.”
“La vie était à ce point plénitude qu'elle n'était pas la vie. Dieu ne vivait pas, il existait.” (A. Nothomb)

User avatar
Biok
Posts: 74
Joined: Mon Aug 15, 2016 9:41 pm

Re: voir

Postby Biok » Tue Nov 29, 2016 5:08 pm

Salut Paul,
qu'il y a encore de la peur ou de l'appréhension ? Que se passerait-il si "tu lâchais complétement" ?
Que du bon j'imagine, mais y'a un côté "control freak" dur a dégagé.
Quelles résistances ? Qu'est-ce qui, précisément, empêche de lâcher définitivement cette idée du "moi" ?
à part l'habitude ... rien !
Qu'attendais-tu au juste ? Un état permanent ? Un miracle ?
Le miracle permanent... c'est la Vie !!
(et plus il y a de lâcher-prise, plus le miracle se révèle)
exact, rien d'autre à attendre :)
Pour ce qui est de l'exercice, dis-moi comment cela se passe...
Il s'agit d'être conscient, mais pas conscient de ceci ou de cela, juste "être conscient" point.
Un petit truc si cela aide: élargir le champs de vision au maximum et voir "tout à la fois" sans s'attacher à rien de précis.
Où se trouve "Guillaume" dans cette vision ? Hors de l'écran, dans l'écran, ... ? Quelque part, nul part, partout... ?
Selon les moments j'ai plus ou moins de mal à y arriver; (là par exemple c'est impossible vu l'intensité de la journée de boulot qui s'achève).
Pour l'instant rien de probant. Je continue à essayer.

Merci Paul,à plus tard.

User avatar
noselfy
Posts: 216
Joined: Sun Mar 06, 2016 11:49 pm

Re: voir

Postby noselfy » Wed Nov 30, 2016 12:09 am

Salut Guillaume,
Est-ce qu'il y a encore de la peur ou de l'appréhension ? Que se passerait-il si "tu lâchais complétement" ?
Que du bon j'imagine, mais y'a un côté "control freak" dur a dégagé.
Qui est "control freak" ? Le "moi" n'existe pas, n'a jamais existé, et n'a donc aucun contrôle :)
Toutes les idées du style "je contrôle", "je veux contrôler", "j'ai peur de perdre le contrôle", "je suis un control freak"... ne sont que des pensées qui n'ont pas de réalité. Le contrôle est une illusion. "tu" ne peux pas perdre le contrôle... car "tu" ne l'a jamais eu. Donc ce qu'il faut lâcher ce n'est pas le contrôle, c'est juste l'idée du contrôle, l'idée qu'il y a un "moi" qui contrôle tout ça. Concrètement parlant, rien n'est perdu (les choses se feront de toute façon). C'est juste une croyance illusoire qui tombe: il n'y a pas de "moi" qui décide quoi que ce soit.
Est-ce que c'est clair ?
(attention, ne répond pas "oui" sans réfléchir. S'il y a des doutes, il faut vraiment les exprimer car c'est le seul moyen d'extirper l'illusion. Sinon, "il n'y a pas de moi" n'est qu'une croyance de plus...)
Selon les moments j'ai plus ou moins de mal à y arriver; (là par exemple c'est impossible vu l'intensité de la journée de boulot qui s'achève).
Difficile de méditer sereinement après une intense journée de boulot. En même temps, c'est vraiment dans ces moments-là que c'est vraiment utile et c'est le meilleur moyen que je connaisse pour recharger les batteries...
Le but n'est pas d'atteindre un état de sérénité béat, ni même "d'accepter ce qui est". Juste de voir ce qui est là, sans y prêter plus d'attention. Ne pas s'attacher à ce qui se passe. C'est là, ça passe, ça vit, rien de "personnel" là-dedans.

La main bouge. Est-ce que "je" bouge la main ?

Lâcher prise. Ne pas s'accrocher. Laisser passer. Laisser faire.
Transparent. En paix. Être...

Paul
“Life was fullness to such an extent that it was not life. God didn't live, simply existed.”
“La vie était à ce point plénitude qu'elle n'était pas la vie. Dieu ne vivait pas, il existait.” (A. Nothomb)

User avatar
Biok
Posts: 74
Joined: Mon Aug 15, 2016 9:41 pm

Re: voir

Postby Biok » Fri Dec 02, 2016 4:38 pm

Salut Paul,
Qui est "control freak" ? Le "moi" n'existe pas, n'a jamais existé, et n'a donc aucun contrôle :)
Toutes les idées du style "je contrôle", "je veux contrôler", "j'ai peur de perdre le contrôle", "je suis un control freak"... ne sont que des pensées qui n'ont pas de réalité. Le contrôle est une illusion. "tu" ne peux pas perdre le contrôle... car "tu" ne l'a jamais eu. Donc ce qu'il faut lâcher ce n'est pas le contrôle, c'est juste l'idée du contrôle, l'idée qu'il y a un "moi" qui contrôle tout ça. Concrètement parlant, rien n'est perdu (les choses se feront de toute façon). C'est juste une croyance illusoire qui tombe: il n'y a pas de "moi" qui décide quoi que ce soit.
Est-ce que c'est clair ?
(attention, ne répond pas "oui" sans réfléchir. S'il y a des doutes, il faut vraiment les exprimer car c'est le seul moyen d'extirper l'illusion. Sinon, "il n'y a pas de moi" n'est qu'une croyance de plus...)
Oui.. sauf quand la situation est tendue ! Là, le discernement n'est pas encore un réflexe immédiat, je n'arrive pas à démasquer encore une pensée plus vite que mon ombre! Au contraire.

Et comme pour beaucoup de gens, la vie (surtout professionnelle) nous met à l'épreuve à base de situations tendues.
Même si les choses se feront de toute façon, il n'empêche que je me fais avoir bien souvent encore et encore!

Il n'y a pas de moi qui décide quoi que se soit : d'accord, mais l'illusion d'un moi qui décide, est encore opérante, bien que moins qu'il y a quelques semaines déjà.

Donc c'est clair, mais pas vérifié à 100% encore, donc moyen clair ;)
Le but n'est pas d'atteindre un état de sérénité béat, ni même "d'accepter ce qui est". Juste de voir ce qui est là, sans y prêter plus d'attention. Ne pas s'attacher à ce qui se passe. C'est là, ça passe, ça vit, rien de "personnel" là-dedans.
Ca par contre c'est clair clair maintenant; depuis peu, car il y a eu beaucoup d'enfumage mental sur ce qu'était le but. Aujourd'hui c'est vu.
La main bouge. Est-ce que "je" bouge la main ?

Lâcher prise. Ne pas s'accrocher. Laisser passer. Laisser faire.
Transparent. En paix. Être...
merci :)

Bon week end Paul.


Return to “Français (archives)”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest