Besoin d'aide

Moderators: Chronophonix, Freddi

User avatar
MayaAngeli
Posts: 237
Joined: Sun Nov 29, 2015 11:10 pm
Location: Paris, France

Re: Besoin d'aide

Postby MayaAngeli » Sat Aug 11, 2018 9:15 am

Coucou Flo,

Alors, merci et encore bravo pour cette transparence, et ce regard honnête et courageux !

Plutôt que de te donner la “bonne” réponse, je préfère te dire ce que je ressens spontanément sans réfléchir:
- Une voix intérieure qui commence ses phrases par “je”; le sens de posséder qui cree un possesseur: mon, ma, etc.
- D’un sentiment diffus qui parait réel et tangible mais qui n’a pas de substance physique
Super, il n'y a pas de bonne ou mauvaise réponse.
L'Expérience Directe, c'est la spontanéité ici et maintenant. Tu as tout compris ;-)
Oui, Un sentiment d'Être tout simplement.

- De la colère, de la frustration, qui cache de la tristesse.
Le sentiment d’être idiot, d’avoir été dupé, que tout ce temps passé à chercher et a souffrir n’a servi a rien. D’avoir gâché ma vie, perdu énormément de temps. Furieux qu’on enlève la récompense si près de la ligne d’arrivée. Un vrai sentiment profond d’injustice et d’inéquitabilité, que les choses n’ont pas le droit de se passer ainsi, que quelque chose est dû et mérité comme un enfant en colère qui dirait “c’est pas juste”. 

Bravo pour ce courage d'avoir vu et déposé tout cela.
Des émotions qui apparaissent (et disparaissent), pour personne. Ce ne sont pas "tes" émotions, c'est impersonnel.
C'est ce qui est ici et maintenant : bienvenue à elles :-)
Il y a Conscience de ces émotions.
Je t'invite à voir ces pensées (ou croyances) tout simplement, sans rien en faire. Les regarder droit dans les yeux et leur demander : est-ce vrai ?
Ce sont des pensées au sujet du passé, de la surinterprétation du présent, et au sujet du futur.
Tu te souviens de l'exercice de la boîte : ici et maintenant, sans pensée/mémoire/connaissance : où sont ce fameux passé et futur ?

- Dans l’ordre de ce qui vient, une incompréhension, un soulagement, un relâchement, de la tristesse, de l’épuisement, une exhaustion totale, une soif de paix et de ne plus rien être
- Une évidence, particulièrement le cote “jamais” plutôt que quelque chose qui aurait pu être un jour pour ensuite disparaitre.
Waouh, super !
Une fois les étiquettes-pensées/émotions de doute et de peur "traversées". Que reste-t-il ?

- A quoi le "je-moi" fait-il référence ?
- Vers quoi le mot "je" ou "moi" pointe, ici et maintenant ?
- Quand tu dis "je", à quoi cela fait référence dans l'Expérience Directe ?
- Pourrais-tu me décrire tout cela en détail : est-ce qu'il a une forme ? une taille ? une qualité ? une couleur ?

- A une pensée-sensation
- Ici et maintenant, a une sensation dans la nuque et la poitrine et une réponse automatique mentale
- Dans l’experience directe, je ne sais pas. Sans la machine a étiqueter du mental
- Un agrégat de sensations. Pris en bloc et non-examiné, ca constitue une image mentale d’identité. Vu en détail, c’est une tension dans la nuque, une envie de pleurer, une sensation de familiarité d’exister du corps…
Le "je-moi" est une pensée.
Il y a la pensée : c'est "mon" corps : c'est "moi".
Il y a des sensations corporelles et la pensée arrive et "dit" : c'est "moi". Et la pensée est crue vraie.
Quelques questions à contempler en silence, sans réponse mentale :
- Pourquoi dit-on : c'est "mon" corps ou je suis "dans un corps" ?
- Pourquoi y-a-t-il la croyance que cette étiquette-pensée "corps", c'est "moi" ?
- D'où vient cette association ?
Oui bien vu : une image mentale d'identité avec une histoire : je suis né (il y a un passé et un futur).
Bienvenue à la sensation dans la nuque et la poitrine : c'est ce qui est ici et maintenant.
Bienvenue aux pleurs.
Ce "je-moi" est impersonnel, il ne renvoie vers rien : tu n'as rien trouvé.
Tu ne l'as pas trouvé : il n'a ni forme, ni taille, ni qualité, ni couleur.

Dans l'Expérience Directe, peux-tu trouver un "je" qui expérimente l'expérience ?
- Est-ce qu'il y a quelqu'un qui voit séparé de ce qui est vu, de la vision ?
- Est-ce qu'il y a un quelqu'un qui écoute ?

- non, pas dans l’experience directe
- non, mais il y a le sentiment que quelqu’un est derriere les yeux voit
- non, mais il y a le sentiment qu’il y a quelqu’un entre les oreilles
Bien vu : il y a juste "expérience" impersonnelle. L'instant qui se vit. Un mouvement.
Il y a juste "vision" (sans sujet ni objet) : le fait de voir.
Voir voit ;-)
(sans rajoute étiquette-pensée "je" par dessus qui coupe du vécu immédiat).
Il y a juste "écoute" (sans sujet ni objet) : le fait d'entendre.
Entendre entendre ;-)



Pense bien à sauvegarder ta réponse, car tout risque de s'effacer si tu restes trop longtemps sur cette page.

Si tu remarques que tu analyses de trop, reviens juste à l'Expérience Directe : voir, sentir, toucher, ressentir, goûter, respirer, sans penser.
Tu es invité à "regarder" à partir de l'Expérience Directe (ou vision directe), c'est-à-dire sans faire appel aux pensées, à la mémoire, à la connaissance, aux concepts.
un regard neuf par rapport à la vie, à "ce qui est". Un regard qui ne fait pas référence aux pensées, ni au savoir, ni au concept, ni à la mémoire.
une invitation à "voir" par toi-même l'expérience du moment présent.
je t'invite à revenir juste à l'Expérience Directe : voir, sentir, toucher, ressentir, goûter, respirer, sans penser.

Pour tes réponses, je voudrais que tu me donnes ce qui est ton expérience la plus intime et la plus immédiate, ce qui est vivant, maintenant.


Préambule :
Pendant un moment, de façon détendue, laisse la narration du mental, et reviens à ta respiration. Observe son mouvement. Observe ce qui est vu, ce qui est entendu, ce qui est senti, touché, ce qui est ressenti physiquement aussi.
Tout cela, ce qui se passe ici et maintenant, c’est tout ce qui est.
Je t’invite à répondre à chaque question séparément stp.

6- Est-ce que le corps expérimente les sensations et les pensées ?
OU BIEN
6bis- Est-ce que le "corps" est juste une autre pensée-étiquette pour les sensations (à savoir ; tactiles et kinesthésiques) ?

Dans l'expérience directe, sans regarder dans les pensées-savoir (ni mémoire, ni visualisation) :
7- qu'est-ce qu'une "oreille"?
8- Sans utiliser le toucher, quelle perception as-tu de cette zone communément nommée oreille? a-t-elle une forme? a-t-elle une dimension?
Au lieu d'apprendre quelque chose de neuf, nous allons désapprendre, tout questionner, tout remettre en question, sans ajouter de nouvelles croyances.

9- As-tu décidé de t'inscrire sur LU ?
Comment le choix s'est-il fait ?

Voici quelques petits exercices simples :

11- le corps respire... que vois-tu ? l'abdomen qui bouge. quelque chose de plus ? oui ou non?
il y a respiration, pourtant on dit "je respire"
11 bis- est-ce vrai ? est-ce "je" qui respire?

12- lève une main... que vois-tu ? une main se lève. quelque chose de plus ? oui ou non?
la main se lève, pourtant on dit "je lève la main"
12bis- est-ce vrai ? est-ce "je" qui lève la main?

13- le coeur bat tout seul ? ou bien vois-tu un contrôleur ?
13bis- la digestion se fait-elle toute seule ? ou bien vois-tu un contrôleur ?
13ter- Dans l'Expérience Directe : vois-tu vraiment un contrôleur de l'organisme corps-mental ?

"je" n'est-il pas simplement - et dans tous les cas - une étiquette collée sur une expérience qui survient spontanément, sans auteur ?


Je t'invite à revenir sans cesse à ta respiration, voire même à faire une petite balade dans la nature :-)

Merci,

Du Coeur,

Natacha
Dans les expressions "il pleut" et "il cherche", le "il" est du même ordre. Didier Weiss.
Le "je" dans "je pense" a autant de substance que le "il" dans "il pleut". Leo Hartong.

User avatar
Flo
Posts: 29
Joined: Tue Jul 31, 2018 11:45 pm

Re: Besoin d'aide

Postby Flo » Sat Aug 11, 2018 7:37 pm

Merci a toi! Je vais prendre le week-end pour répondre a ton dernier post sur le forum, si tu veux bien? Il y a beaucoup de choses a regarder et je veux prendre le temps.

User avatar
MayaAngeli
Posts: 237
Joined: Sun Nov 29, 2015 11:10 pm
Location: Paris, France

Re: Besoin d'aide

Postby MayaAngeli » Sat Aug 11, 2018 8:11 pm

merci de m'avoir prévenue, Flo !

oui prends ton temps, mais ne prends pas tout ton temps non plus ! (je rigole).

à Maintenant !

Natacha
Dans les expressions "il pleut" et "il cherche", le "il" est du même ordre. Didier Weiss.
Le "je" dans "je pense" a autant de substance que le "il" dans "il pleut". Leo Hartong.

User avatar
Flo
Posts: 29
Joined: Tue Jul 31, 2018 11:45 pm

Re: Besoin d'aide

Postby Flo » Mon Aug 13, 2018 4:36 pm

Non, pas de souci, meme si je préfère parfois prendre le temps, je n’ai pas l’intention d’arrêter ce processus en cours de route. Donc merci de ta patience :)
Une fois les étiquettes-pensées/émotions de doute et de peur "traversées". Que reste-t-il ?

Un brouillard de sensations sans substance, mais dans l’intensité du moment c’est plus facile a dire qu’a voir :) La sensation de densité physique cree par le reflet des pensées crues dans le corps leur donne une impression de réalité. L’organisme croit que ca arrive vraiment. On a beau dire que ca ne sont que des sensations, le corps a besoin de le voir experientiellement et il refuse naturellement de s’approcher de ce qui lui fait peur ou mal.

Quelques questions à contempler en silence, sans réponse mentale :
- Pourquoi dit-on : c'est "mon" corps ou je suis "dans un corps" ?
- Pourquoi y-a-t-il la croyance que cette étiquette-pensée "corps", c'est "moi" ?
- D'où vient cette association ?

Parce que c’est ce qu’on a appris et qu’on ne connait que ca.

Les sensations deviennent associées a des pensées pour former un agrégat indistinct. L’ensemble de ces agrégats construit une image complexe d’un soi, une personnalité a géométrie variable. On vit comme si nous étions cette image et qu’elle existait réellement.

6- Est-ce que le corps expérimente les sensations et les pensées ?
OU BIEN
6bis- Est-ce que le "corps" est juste une autre pensée-étiquette pour les sensations (à savoir ; tactiles et kinesthésiques) ?

L’idée du corps est un container mental qui regroupe un ensemble de sensations. L’aspect sans cesse changeant de l’experience associé aux images mentales crée un effet de persistance rétinienne qui donne l’illusion d’un objet solide et constant.

7- qu'est-ce qu'une "oreille"?

Une sensation étiquetée “oreille”

8- Sans utiliser le toucher, quelle perception as-tu de cette zone communément nommée oreille? a-t-elle une forme? a-t-elle une dimension?

Non, c’est une sensation indistincte

9- As-tu décidé de t'inscrire sur LU ?
Comment le choix s'est-il fait ?

Non, l’action s’est faite mais il y a une impression de choix générée par la narration du mental.

11- le corps respire... que vois-tu ? l'abdomen qui bouge. quelque chose de plus ? oui ou non?
il y a respiration, pourtant on dit "je respire"
11 bis- est-ce vrai ? est-ce "je" qui respire?

Il y a respiration, puis pensée “je respire” quand c’est remarqué. L’habitude fait que la pensée semble s’approprier l’action rétroactivement.

12- lève une main... que vois-tu ? une main se lève. quelque chose de plus ? oui ou non?
la main se lève, pourtant on dit "je lève la main"
12bis- est-ce vrai ? est-ce "je" qui lève la main?

Non, la main se leve

13- le coeur bat tout seul ? ou bien vois-tu un contrôleur ?
13bis- la digestion se fait-elle toute seule ? ou bien vois-tu un contrôleur ?
13ter- Dans l'Expérience Directe : vois-tu vraiment un contrôleur de l'organisme corps-mental ?

Non, c’est la nature qui fait tout ca. Cela dit, on peut le remarquer “a froid” mais c’est plus difficile a voir quand l’attention est captivée par le mouvement de l’instant

"je" n'est-il pas simplement - et dans tous les cas - une étiquette collée sur une expérience qui survient spontanément, sans auteur ?

Le pronom “Je” n’existe qu’en pensée, mais il évoque une sensation de familiarité qui se reflété dans le corps. Ceci crée une impression de substance et de physicalité qui lui donne une dimension matérielle.

User avatar
MayaAngeli
Posts: 237
Joined: Sun Nov 29, 2015 11:10 pm
Location: Paris, France

Re: Besoin d'aide

Postby MayaAngeli » Mon Aug 13, 2018 5:52 pm

Bonjour Flo,

Merci pour tes réponses.

Oui, tu peux prendre ton temps avant de me répondre, mais l'idéal pour cette exploration est 1 message quotidien.
Merci d'avance :-)

Une fois les étiquettes-pensées/émotions de doute et de peur "traversées". Que reste-t-il ?

Un brouillard de sensations sans substance, mais dans l’intensité du moment c’est plus facile a dire qu’a voir :) La sensation de densité physique cree par le reflet des pensées crues dans le corps leur donne une impression de réalité. L’organisme croit que ca arrive vraiment. On a beau dire que ca ne sont que des sensations, le corps a besoin de le voir experientiellement et il refuse naturellement de s’approcher de ce qui lui fait peur ou mal.
Ta réponse est un peu compliquée et fait appel au mental, au savoir, et à la mémoire.
Dans l'Expérience Directe, vois-tu "un organisme qui croit quelque chose" ? "un corps qui a besoin de voir" ? "un corps qui refuse de s'approcher" ?
A chaque question, je t'invite à VOIR ce qui est ici et maintenant : sans pensée, ni connaissance, ni mémoire. Est-ce plus clair pour toi ? Toujours dans la simplicité du vécu immédiat.

Alors cette contemplation du : "Que reste-t-il ?" était là pour rebondir sur ce que tu avais écrit ci-dessous :
- Dans l’ordre de ce qui vient, une incompréhension, un soulagement, un relâchement, de la tristesse, de l’épuisement, une exhaustion totale, une soif de paix et de ne plus rien être
- Une évidence, particulièrement le cote “jamais” plutôt que quelque chose qui aurait pu être un jour pour ensuite disparaitre.


Quelques questions à contempler en silence, sans réponse mentale :
- Pourquoi dit-on : c'est "mon" corps ou je suis "dans un corps" ?
- Pourquoi y-a-t-il la croyance que cette étiquette-pensée "corps", c'est "moi" ?
- D'où vient cette association ?


1) Parce que c’est ce qu’on a appris et qu’on ne connait que ca.

2) Les sensations deviennent associées a des pensées pour former un agrégat indistinct. L’ensemble de ces agrégats construit une image complexe d’un soi, une personnalité a géométrie variable. On vit comme si nous étions cette image et qu’elle existait réellement.
Ta réponse n°1 : oui c'est un conditionnement.
Ta réponse n°2 : est très complexe encore une fois, c'est du mental, de la mémoire, du savoir. Ici, on fait simple. L'Expérience Directe de ce qui est ici et maintenant.
En fait, ces questions étaient juste à contempler sans réponse mentale. Juste voir, sans pensée, ni connaissance, ni mémoire.
Juste se poser la question : c'est quoi "moi" ?
L'étiquette-pensée "corps" (perceptions) est associée à l'idée d''un "moi". Ce qui donne : il y a "moi" et il y a "pas moi".


6- Est-ce que le corps expérimente les sensations et les pensées ?
OU BIEN
6bis- Est-ce que le "corps" est juste une autre pensée-étiquette pour les sensations (à savoir ; tactiles et kinesthésiques) ?


L’idée du corps est un container mental qui regroupe un ensemble de sensations. L’aspect sans cesse changeant de l’experience associé aux images mentales crée un effet de persistance rétinienne qui donne l’illusion d’un objet solide et constant
Est-ce encore une réponse mentale avec du savoir et de la mémoire ;-)
C'est quoi "rétinienne" dans l'Expérience Directe ?

Je te réponse la question, fais simple stp :
a) Est-ce que le corps expérimente les sensations et les pensées ?
OU BIEN
b) Est-ce que le "corps" est juste une autre pensée-étiquette pour les sensations (à savoir ; tactiles et kinesthésiques)
=> Réponse a ou bien Réponse b ? C'est simple :-)


"je" n'est-il pas simplement - et dans tous les cas - une étiquette collée sur une expérience qui survient spontanément, sans auteur ?

Le pronom “Je” n’existe qu’en pensée, mais il évoque une sensation de familiarité qui se reflété dans le corps. Ceci crée une impression de substance et de physicalité qui lui donne une dimension matérielle.
Là encore, ta réponse est mentale.
Dans l'Expérience Directe, c'est quoi "impression de substance" ? Et c'est quoi "physicalité"? Et qu'est-qu'une "dimension matérielle" dans le vécu immédiat ? (pas de réponse stp).
Je t'invite à faire simple :-)

Non, l’action s’est faite mais il y a une impression de choix générée par la narration du mental.

Il y a respiration, puis pensée “je respire” quand c’est remarqué. L’habitude fait que la pensée semble s’approprier l’action rétroactivement.
Oui, super !
Bravo pour tes réponses.
La pensée est une sorte de commentateur qui arrive après et affirme : "c'est moi qui l'ai fait" ;-)


Continuons l'exploration :

Je t'invite à observer dans ton expérience toute la journée comment tout se déroule :
a) comment le choix se fait, ou bien est-ce que tu vois une tasse ou bien y-a-t-il juste "voir la tasse", "je marche" ou bien "le fait de marcher", etc....

b) Explore directement, intuitivement, ce qu'est «moi». Peux-tu le localiser ? Pas en y pensant, mais en le ressentant.
«je-moi» se trouve-t-il dans la tête ? Cherche à sentir cela, un «je-moi» dans la tête, sans la pensée, directement.
Tu peux chercher aussi ailleurs : «je-moi» se trouverait-il dans la poitrine ? Ou dans le ventre ? Ou le dos ?
Cherche attentivement, ici et maintenant à localiser «je-moi» par la sensation.
Si tu as mal à une dent, pas besoin d'y penser pour savoir immédiatement où cette sensation se situe, pas vrai ?
Tu peux décrire sans hésiter où se situent certains ressentis émotifs ainsi que ce qui les caractérise :
«Une sensation de gorge serrée», «une sueur froide dans le dos», «la poitrine qui s'ouvre», «le ventre qui se détend», etc...
Donc, de la même manière, trouve où se situe la sensation «je-moi» et tente d'en donner quelques caractéristiques.

Reviens à cet exercice régulièrement, choisis de le faire dans un moment tranquille, et vois ce qui se passe. Merci de répondre à chaque question séparément stp.

A bientôt :-)
Dans les expressions "il pleut" et "il cherche", le "il" est du même ordre. Didier Weiss.
Le "je" dans "je pense" a autant de substance que le "il" dans "il pleut". Leo Hartong.

User avatar
Flo
Posts: 29
Joined: Tue Jul 31, 2018 11:45 pm

Re: Besoin d'aide

Postby Flo » Tue Aug 14, 2018 2:19 pm

Oui tu as raison, ce sont des réponses mentales. Il y a de la de resistance a regarder ici et maintenant, beaucoup de colère qui vient, beaucoup de tristesse aussi.

Oui, tu peux prendre ton temps avant de me répondre, mais l'idéal pour cette exploration est 1 message quotidien.
Merci d'avance :-)

D’accord :)

Je te réponse la question, fais simple stp :
a) Est-ce que le corps expérimente les sensations et les pensées ?
OU BIEN
b) Est-ce que le "corps" est juste une autre pensée-étiquette pour les sensations (à savoir ; tactiles et kinesthésiques)
=> Réponse a ou bien Réponse b ? C'est simple :-)

Dans l’experience directe, c’est la réponse b

a) comment le choix se fait, ou bien est-ce que tu vois une tasse ou bien y-a-t-il juste "voir la tasse", "je marche" ou bien "le fait de marcher", etc....

Dans l’experience directe, la tasse est vue. C’est “le fait de marcher” plutôt qu’un “je” qui marche.

b) Explore directement, intuitivement, ce qu'est «moi». Peux-tu le localiser ? Pas en y pensant, mais en le ressentant.

Non, je ne peux pas le localiser ou le situer précisément. C’est une sensation diffuse. Parfois ca se concentre a un endroit précis comme la gorge ou la poitrine, mais ca se déplace quand on l’observe.

«je-moi» se trouve-t-il dans la tête ?

Non, bien sur. Mais il y a une forte contraction a cet endroit, et ca donne la sensation qu’il y a quelque chose de solide.

Donc, de la même manière, trouve où se situe la sensation «je-moi» et tente d'en donner quelques caractéristiques.

Je ne la trouve nulle part en particulier. C’est diffus et transparent. C’est comme une sensation fantôme. Ca parait solide et evident jusqu’a ce qu’on le regarde, et ca se dissout mais pourtant le sens d’être la reste en arrière-plan.

User avatar
MayaAngeli
Posts: 237
Joined: Sun Nov 29, 2015 11:10 pm
Location: Paris, France

Re: Besoin d'aide

Postby MayaAngeli » Tue Aug 14, 2018 5:17 pm

Bonjour Flo,

Je t'invite à nouveau à regarder que :
- il n'y a qu'ici et maintenant : l'Expérience Directe
- il y a Silence, une pensée, Silence, une pensée : vois-tu le silence entre 2 pensées ? (et le silence derrière la pensée).

Tu m'as écrit (je résume) :
"dans le passé, j'ai vu que le "je-moi" n'existais pas".
Quel est ce "je-moi" (= qui est une pensée) qui a vu qu'il n'y avait jamais eu de "je-moi" dans le passé ?
Tu as que la pensée arrivait après et s'appropriait l'expérience.
En résumé : il y a vision claire ici et maintenant : pas de "je-moi".
Puis une pensée apparait et dit : "j'ai vu qu'il n'y a jamais eu de "je-moi" et maintenant je ne le vois plus".
Vois-tu qu'il ne s'agit que d'une pensée ?


Concernant l'exercice de l'oreille :
tu as répondu "sensation étiquetée oreille".
Je te repose la question : sans pensée, ni savoir, ni mémoire, ni visualisation, sans toucher :
qu'est-ce qu'une "oreille" ?
peux-tu la voir ?

Oui tu as raison, ce sont des réponses mentales. Il y a de la de resistance a regarder ici et maintenant, beaucoup de colère qui vient, beaucoup de tristesse aussi.
Merci pour ton honnêteté habituelle :-)
Voilà, d'où l'intérêt d'un message quotidien (même si une pensée apparait et dit : "non").
La résistance est normale et elle est la bienvenue : elle est vue, c'est ce qui est ici et maintenant.
Est-ce TA résistance ?
Comment se manifeste-t-elle dans le corps ? C'est le plus important => RESSENTIR.
Bienvenue à la colère et à la tristesse : vois-tu que ce ne sont que des étiquettes-pensées ?
Comment se manifestent la colère et la tristesse dans le corps ? Décris-le moi stp.
Il y a des émotions et sensations physiques, mais tu n'es ni l'émotion ni la sensation physique.
Il y a conscience des émotions. Il y a conscience des sensations physiques (par rien ni personne).
L'Expérience Directe c'est ce qui est ici et maintenant : une perception, une sensation, un ressenti (sans histoire mentale).

Dans l'exercice précédent, tu as vu que le "je-moi" est fictif, illusoire, on ne le trouve pas.
Flo a une histoire, il est né, il a un passé.
Il ne reste que la Vie. Il n'y a que Vie, d'instant en instant, se manifestant sous différentes formes.
Vois-tu cela ?

Je ne la trouve nulle part en particulier. C’est diffus et transparent. C’est comme une sensation fantôme. Ca parait solide et evident jusqu’a ce qu’on le regarde, et ca se dissout mais pourtant le sens d’être la reste en arrière-plan.
Sans toutes ces pensées, que reste-t-il stp ?
Reste-t-il : Être ?
Le sentiment d'Être tout simplement ?
Regarde et dis-moi.


Continuons ce JEU d'exploration.
Je t'invite à revenir un petit enfant de 2 ans : dans la simplicité des mots stp, et en s'amusant ! ;-)

Cherchons ce « moi » qui observe …

Cet exercice est une excellente excuse pour aller te promener dans la nature, même un parc ou ton jardin. Ce qui est important est que tu le fasses vraiment. Si tu imagines que tu le fais, cela ne te donnera pas l’expérience directe, mais du mental, et le mental, c'est ce qui n'est pas.
Choisis un objet à regarder. Disons un arbre. Appelons-le l’« observé ». Disons que tu es l’« observateur ».
Prends le temps de bien regarder, avec honnêteté, sans les étiquettes du mental. Peux-tu tracer une ligne de séparation entre l’observateur et l’observé ?
L’espace entre l’observateur et l’observé est-il observateur ou observé ? Et les autres objets ?
Ton corps est-il « observateur » ou « observé » ?
Tes mains sont-elles « observateur » ou « observé » ?
Le bout de ton nez est-il observateur ou observé ? Et tes paupières ?
Où est cet « observateur » ? Est-il possible d’en faire l’expérience ?
Quand une pensée dit « FLO + observe l’arbre », que nous donne l’actualité de l’expérience ? Quelle réalité se cache derrière cette construction grammaticale 'sujet-verbe-objet' ?
L’expérience directe nous donne-t-elle un sujet et un objet ou un seul mouvement ?


Allez, amuse-toi ! Prends cela pour un jeu ;-)
Y a rien de sérieux. C'est la pensée qui te dit cela. Et cette pensée est observée, tu n'es donc pas la pensée.
Vois-tu qu'il y a conscience de cette pensée ? Vois-tu son "manège" ? Elle "te" fait tourner en bourrique ;-) (façon de parler).
Imagine-toi dans un parc d'attraction : y a plein de sensations, d'émotions qui remontent. Tu vois que les montagnes russes sont très hautes : il y a de la résistance à y aller, et de la peur avant le démarrage. Et alors, c'est F U N !
C'est le "joy-ride" !

Merci de répondre à chaque question séparément stp.

Dans la joie de te lire !
Dans les expressions "il pleut" et "il cherche", le "il" est du même ordre. Didier Weiss.
Le "je" dans "je pense" a autant de substance que le "il" dans "il pleut". Leo Hartong.

User avatar
Flo
Posts: 29
Joined: Tue Jul 31, 2018 11:45 pm

Re: Besoin d'aide

Postby Flo » Wed Aug 15, 2018 5:44 pm

Ok jouons le jeu comme tu dis, je vais essayer de faire simple et répondre sans trop interpreter.

Je t'invite à nouveau à regarder que :
- il n'y a qu'ici et maintenant : l'Expérience Directe

Oui, c’est vu plus clairement maintenant

- il y a Silence, une pensée, Silence, une pensée : vois-tu le silence entre 2 pensées ? (et le silence derrière la pensée).

Dans l’experience directe, c’est remarqué peu a peu

"dans le passé, j'ai vu que le "je-moi" n'existais pas".
Quel est ce "je-moi" (= qui est une pensée) qui a vu qu'il n'y avait jamais eu de "je-moi" dans le passé ?
Tu as que la pensée arrivait après et s'appropriait l'expérience.
En résumé : il y a vision claire ici et maintenant : pas de "je-moi".
Puis une pensée apparait et dit : "j'ai vu qu'il n'y a jamais eu de "je-moi" et maintenant je ne le vois plus".
Vois-tu qu'il ne s'agit que d'une pensée ?

Oui, quand il y a clarté je vois ca

Je te repose la question : sans pensée, ni savoir, ni mémoire, ni visualisation, sans toucher :
qu'est-ce qu'une "oreille" ?
peux-tu la voir ?

Sans pensée, ni savoir, ni mémoire, ni visualisation, sans toucher, alors je ne sais pas ce que c’est qu’une oreille. Je pourrai dire que c’est une sensation.

La résistance est normale et elle est la bienvenue : elle est vue, c'est ce qui est ici et maintenant.
Est-ce TA résistance ?
Comment se manifeste-t-elle dans le corps ? C'est le plus important => RESSENTIR.
Bienvenue à la colère et à la tristesse : vois-tu que ce ne sont que des étiquettes-pensées ?
Comment se manifestent la colère et la tristesse dans le corps ? Décris-le moi stp.

- Est-ce TA résistance ? Je peux dire que c’est de LA resistance.
- Comment se manifeste-t-elle dans le corps ? La gorge serrée, la tête prise dans un étau, la nuque contractée et dure. J’ai le coeur serré, la poitrine écrasée, le ventre contracté. Je me sens comprimé, écrasé, suffoqué. J’ai le souffle coupé et du mal a respirer.
- Vois-tu que ce ne sont que des étiquettes-pensées ? Oui, je ne fais pas vraiment la distinction entre telle ou telle emotion particulière. Ce sont des sensations (et des pensées).

Dans l'exercice précédent, tu as vu que le "je-moi" est fictif, illusoire, on ne le trouve pas.
Flo a une histoire, il est né, il a un passé.
Il ne reste que la Vie. Il n'y a que Vie, d'instant en instant, se manifestant sous différentes formes.
Vois-tu cela ?

Par moments, c’est vu.

Donc, de la même manière, trouve où se situe la sensation «je-moi» et tente d'en donner quelques caractéristiques.
Je ne la trouve nulle part en particulier. C’est diffus et transparent. C’est comme une sensation fantôme. Ca parait solide et evident jusqu’a ce qu’on le regarde, et ca se dissout mais pourtant le sens d’être la reste en arrière-plan.
Sans toutes ces pensées, que reste-t-il stp ?
Reste-t-il : Être ?
Le sentiment d'Être tout simplement ?
Regarde et dis-moi.

Sans toutes ces pensées, il n’y a que ce qui est. Je pourrai appeler ca le fait d’être.

Continuons ce JEU d'exploration.
Je t'invite à revenir un petit enfant de 2 ans : dans la simplicité des mots stp, et en s'amusant ! ;-)

Cherchons ce « moi » qui observe …

Cet exercice est une excellente excuse pour aller te promener dans la nature, même un parc ou ton jardin. Ce qui est important est que tu le fasses vraiment. Si tu imagines que tu le fais, cela ne te donnera pas l’expérience directe, mais du mental, et le mental, c'est ce qui n'est pas.
Choisis un objet à regarder. Disons un arbre. Appelons-le l’« observé ». Disons que tu es l’« observateur ».
Prends le temps de bien regarder, avec honnêteté, sans les étiquettes du mental. Peux-tu tracer une ligne de séparation entre l’observateur et l’observé ?
L’espace entre l’observateur et l’observé est-il observateur ou observé ? Et les autres objets ?
Ton corps est-il « observateur » ou « observé » ?
Tes mains sont-elles « observateur » ou « observé » ?
Le bout de ton nez est-il observateur ou observé ? Et tes paupières ?
Où est cet « observateur » ? Est-il possible d’en faire l’expérience ?
Quand une pensée dit « FLO + observe l’arbre », que nous donne l’actualité de l’expérience ? Quelle réalité se cache derrière cette construction grammaticale 'sujet-verbe-objet' ?
L’expérience directe nous donne-t-elle un sujet et un objet ou un seul mouvement ?

- Il n’y a pas de separation entre “observe” et “observateur”
- Le corps, les mains, le nez, les paupières sont observés. Tout est observé.
- Je ne trouve pas d’observateur. Parfois il y a le sentiment d’être le témoin mais c’est une pensée.
- Quand une pensée dit « FLO + observe l’arbre », l’actualité de l’expérience est qu’il y a l’arbre, la pensée, et les sensations qui sont attribuées à “Je” qui forment en réalité un tout, une seule experience.
- La réalité derrière 'sujet-verbe-objet' est que ces 3 composants en apparence séparés ne le sont pas et qu’il y a en réalité une seule et meme experience, “ce qui est”
- L’experience directe donne une seule chose/experience (un seul mouvement), sans sujet ni objet.

Vois-tu qu'il y a conscience de cette pensée ? Vois-tu son "manège" ? Elle "te" fait tourner en bourrique ;-) (façon de parler).
Imagine-toi dans un parc d'attraction : y a plein de sensations, d'émotions qui remontent. Tu vois que les montagnes russes sont très hautes : il y a de la résistance à y aller, et de la peur avant le démarrage. Et alors, c'est F U N !

Quand c’est vu dans la vision directe, toutes ces emotions/sensations sont vues comme faisant partie de ce qui est et il n’y a pas de problèmes. Quand c’est cru, il y a sentiment qu’elles sont séparées, qu’on les vit et ca devient dur. La “difficulté” c’est les allers-retour entre la vision directe et l’identification. J’ai beau me dire que c’est aussi ce qui est, quand on est pris dedans sur le moment ca n’aide pas :)

User avatar
MayaAngeli
Posts: 237
Joined: Sun Nov 29, 2015 11:10 pm
Location: Paris, France

Re: Besoin d'aide

Postby MayaAngeli » Wed Aug 15, 2018 8:40 pm

Bonsoir Flo,

Ok jouons le jeu comme tu dis, je vais essayer de faire simple et répondre sans trop interpreter.
Oui l'exploration est un jeu :-)
C'est revenir un petit enfant. C'est voir la vie sans la penser. Tu vois cela ?

L'Expérience Directe est sans pensée, ni mémoire, ni connaissance.
C'est vivre ce qui est ici et maintenant.
Est-ce plus clair ?

Avant toute manifestation, il y a Silence et Espace.
Vois-tu cela ?
Je t'invite à porter tout attention régulièrement toute la journée :
- sur le Silence entre 2 pensées,
- et sur l'Espace entre 2 "objets".
Est-ce possible pour toi ?

- Est-ce TA résistance ? Je peux dire que c’est de LA resistance.
- Comment se manifeste-t-elle dans le corps ? La gorge serrée, la tête prise dans un étau, la nuque contractée et dure. J’ai le coeur serré, la poitrine écrasée, le ventre contracté. Je me sens comprimé, écrasé, suffoqué. J’ai le souffle coupé et du mal a respirer.
- Vois-tu que ce ne sont que des étiquettes-pensées ? Oui, je ne fais pas vraiment la distinction entre telle ou telle emotion particulière. Ce sont des sensations (et des pensées).
- En effet, ce n'est pas "ta" résistance, et cela ne "te" concerne pas. Elle est donc bienvenue. Comment c'est pour toi ?
Merci pour ces descriptions physiques très vivantes de ce qui est ici et maintenant.
Je t'invite à voir les pensées :
Je me sens comprimé, écrasé, suffoqué. J’ai le souffle coupé et du mal a respirer.
Questions :
- Quel est ce "je" qui se sens comprimé, écrasé, suffoqué ? Quelle est sa taille, sa forme, sa couleur ?
- Quel est ce "je" qui a le souffle coupé et du mal à respirer ? Pourrais-tu me le décrire ?

Sans toutes ces pensées, il n’y a que ce qui est. Je pourrai appeler ca le fait d’être.
Oui, super : il reste : Être. Le fait d'être. Êtreté.
- Tu sais que tu existes ?
Il y a un sentiment d'être, qui est neutre, impersonnel, non localisé, sans centre.
- Vois-tu cela ?


- Je ne trouve pas d’observateur. Parfois il y a le sentiment d’être le témoin mais c’est une pensée.
Bravo pour ta réponse ! Excellent ;-)
- Est-ce que l'observateur peut être observé ?

Quand une pensée dit « FLO + observe l’arbre », que nous donne l’actualité de l’expérience ? Quelle réalité se cache derrière cette construction grammaticale 'sujet-verbe-objet' :
- Il y a juste "voir" sans sujet ni objet. Est-ce plus clair ?
Sans la pensée, ni connaissance, mémoire :
- c'est quoi "arbre" ?
- c'est quoi "Flo" ?

- L’experience directe donne une seule chose/experience (un seul mouvement), sans sujet ni objet.
Bravo ! super réponse ;-)

Quand c’est vu dans la vision directe, toutes ces emotions/sensations sont vues comme faisant partie de ce qui est et il n’y a pas de problèmes. Quand c’est cru, il y a sentiment qu’elles sont séparées, qu’on les vit et ca devient dur. La “difficulté” c’est les allers-retour entre la vision directe et l’identification. J’ai beau me dire que c’est aussi ce qui est, quand on est pris dedans sur le moment ca n’aide pas :)
- Vois-tu une séparation entre l'observateur de l'émotion/sensation et l'émotion/sensation ?
- Est-ce "toi" qui ressent cela ?
- Quel est ce "je" qui est pris dedans ?
Voyons ensemble ces pensées, voyons si elles sont vraies :
- Dans l'ED, c'est quoi "problème" ?
- tu dis "quand c'est cru" => est-ce "toi" qui crois aux pensées/sensations/émotions ?
- Quel est ce "croyant/croyeur" ?
- Pourquoi les émotions/sensations ne devraient plus apparaitre ?
La Vie est TOUT d'instant en instant, sans séparation, sous toutes les apparentes "formes" (modulations de Cela).
L'étiquette-pensée "tristesse" ou "colère" ou "peur" ou "doute, c'est Cela (il y a Conscience de ces pensées).
La sensation de contractions dans le corps physique, c'est Cela (il y a Conscience de ces contractions : étiquettes).
La résistance, le refus, c'est Cela (il y a Conscience de ces émotions : étiquettes).
- Est-ce plus clair ?
- L'identification, c'est Cela. Est-ce "toi" qui t'identifie ?

- Quel est ce "je" qui voit les allers-retours entre la vision directe et l'identification ?

Merci de répondre à chaque question séparément :-)



Continuons l'exploration toujours en s'amusant, comme un petit enfant, avec des mots simples.
Juste voir ce qui est ici et maintenant, sans pensée, ni connaissance, ni mémoire.

Être conscient :
- Des perceptions : émotions, sensations physiques
- Des sensations : sons, goût, odeur et couleurs (images)
Pour voir ce qui est présent (Expérience Directe).
Si tu as une vraie pomme, tu peux l’utiliser pour cet exercice.
Merci de répondre à chaque question séparément stp.


Regarde une pomme. Quand il y a “regarder la pomme”, il y a des couleurs, la pensée dit “pomme”, et peut-être une pensée qui dit : « je regarde la pomme ».

Qu’est-ce qui est connu de toute évidence : la Couleur est connue, et les pensées sont connues.
Qu’en est-il du contenu des pensées, que décrit-il ?
L’Expérience Directe ne fait pas appel aux pensées AU SUJET de quelque chose, car sinon c’est encore plus de pensées. L’ED est le son, la couleur, l’odeur, le goût, la sensation.
Y-a-t-il réellement une « pomme » ici, ou bien seulement de la couleur et une pensée AU SUJET de « pomme » ?
Peut-on trouver « pomme » dans l’Expérience Directe ?

Tandis que les pensées sont connues, ce qu’elles disent AU SUJET DE ne peut pas être trouvé dans l’Expérience Directe.

C’est ce qu’on entend par « regarder dans l’Expérience Directe ». Ce dont tu peux être sûr, et, est toujours ici.
Le gout étiqueté “pomme” est connu
La couleur étiquetée « pomme est connue
La sensation étiquetée « pomme » est connue (quand la pomme est touchée)

L’odeur étiqueté “pomme” est connue
La pensée au sujet / d’une « pomme est connue

Cependant, connait-on actuellement une pomme ?


je t'invite à revenir juste à l'Expérience Directe : voir, sentir, toucher, ressentir, goûter, respirer.

Merci :-)
Dans les expressions "il pleut" et "il cherche", le "il" est du même ordre. Didier Weiss.
Le "je" dans "je pense" a autant de substance que le "il" dans "il pleut". Leo Hartong.

User avatar
Flo
Posts: 29
Joined: Tue Jul 31, 2018 11:45 pm

Re: Besoin d'aide

Postby Flo » Thu Aug 16, 2018 4:07 pm

Ok jouons le jeu comme tu dis, je vais essayer de faire simple et répondre sans trop interpreter.
Oui l'exploration est un jeu :-)
C'est revenir un petit enfant. C'est voir la vie sans la penser. Tu vois cela ?

Oui je vois ca, mais ca demande parfois un effort ou une attention particulière et ca devient la recherche d’un état particulier que “je” veut atteindre et maintenir.

L'Expérience Directe est sans pensée, ni mémoire, ni connaissance.
C'est vivre ce qui est ici et maintenant.
Est-ce plus clair ?

Oui, c’est ce qui est immédiatement deja la sans interpretation

Avant toute manifestation, il y a Silence et Espace.
Vois-tu cela ?
Je t'invite à porter tout attention régulièrement toute la journée :
- sur le Silence entre 2 pensées,
- et sur l'Espace entre 2 "objets".
Est-ce possible pour toi ?

Ca devient apparent quand je suis établi dans l’experience directe

- Est-ce TA résistance ? Je peux dire que c’est de LA resistance.
- Comment se manifeste-t-elle dans le corps ? La gorge serrée, la tête prise dans un étau, la nuque contractée et dure. J’ai le coeur serré, la poitrine écrasée, le ventre contracté. Je me sens comprimé, écrasé, suffoqué. J’ai le souffle coupé et du mal a respirer.
- Vois-tu que ce ne sont que des étiquettes-pensées ? Oui, je ne fais pas vraiment la distinction entre telle ou telle emotion particulière. Ce sont des sensations (et des pensées).
- En effet, ce n'est pas "ta" résistance, et cela ne "te" concerne pas. Elle est donc bienvenue. Comment c'est pour toi ?

Quand tu dis “Comment c'est pour toi ?” tu veux que je le décrive? Quand il y a de la resistance, il y a un “je” qui cherche a s’en débarrasser, un refus de ce qui est et une idée de comment les choses devraient être

Merci pour ces descriptions physiques très vivantes de ce qui est ici et maintenant.
Je t'invite à voir les pensées :
Je me sens comprimé, écrasé, suffoqué. J’ai le souffle coupé et du mal a respirer.
Questions :
- Quel est ce "je" qui se sens comprimé, écrasé, suffoqué ? Quelle est sa taille, sa forme, sa couleur ?
- Quel est ce "je" qui a le souffle coupé et du mal à respirer ? Pourrais-tu me le décrire ?

J’aurai pu dire “il y a la sensation de compression, d’écrasement, d’étouffement, etc”.

Sans toutes ces pensées, il n’y a que ce qui est. Je pourrai appeler ca le fait d’être.
Oui, super : il reste : Être. Le fait d'être. Êtreté.
- Tu sais que tu existes ?

Non dans ces moments la il n’y a pas de conscience que quelqu’un existe, il n’y a qu’existence. C’est “cela est” plutôt que “je suis”

Il y a un sentiment d'être, qui est neutre, impersonnel, non localisé, sans centre.
- Vois-tu cela ?

Dans la vision directe, oui, c’est ressenti comme tu le décris.

- Je ne trouve pas d’observateur. Parfois il y a le sentiment d’être le témoin mais c’est une pensée.
Bravo pour ta réponse ! Excellent ;-)
- Est-ce que l'observateur peut être observé ?

Je ne sais pas car je ne trouve pas d’observateur

Quand une pensée dit « FLO + observe l’arbre », que nous donne l’actualité de l’expérience ? Quelle réalité se cache derrière cette construction grammaticale 'sujet-verbe-objet' :
- Il y a juste "voir" sans sujet ni objet. Est-ce plus clair ?
Sans la pensée, ni connaissance, mémoire :
- c'est quoi "arbre" ?
- c'est quoi "Flo" ?

des images, des sensations

Quand c’est vu dans la vision directe, toutes ces emotions/sensations sont vues comme faisant partie de ce qui est et il n’y a pas de problèmes. Quand c’est cru, il y a sentiment qu’elles sont séparées, qu’on les vit et ca devient dur. La “difficulté” c’est les allers-retour entre la vision directe et l’identification. J’ai beau me dire que c’est aussi ce qui est, quand on est pris dedans sur le moment ca n’aide pas :)
- Vois-tu une séparation entre l'observateur de l'émotion/sensation et l'émotion/sensation ?
- Est-ce "toi" qui ressent cela ?
- Quel est ce "je" qui est pris dedans ?

- non, pas de separation entre la sensation et ce qui la perçoit, ce qui est perçu et le fait que ca soit su apparaissent comme une seule et meme “chose”.
- non, la sensation est ressentie/connue du fait qu’elle existe
- le “je” fait partie de la sensation. Le sens que quelqu’un ressent fait partie du ressenti.

Voyons ensemble ces pensées, voyons si elles sont vraies :
- Dans l'ED, c'est quoi "problème" ?
- tu dis "quand c'est cru" => est-ce "toi" qui crois aux pensées/sensations/émotions ?
- Quel est ce "croyant/croyeur" ?
- Pourquoi les émotions/sensations ne devraient plus apparaitre ?

- Dans l’ED, il n’y a pas de problème, ou s’il y en a un il est inclus dans ce qui est. Le problème devient l’idée d’une separation entre l’experience directe et le reste de la vie, et la recherche a maintenir cet état
- Quand c’est cru, il y a a sensation que je suis la pour y croire, oui. Si je regarde je peux voir qu’il y a la “sensation” de croire, tout simplement
- Je ne sais pas si j’ai dit ca, je ne pense pas qu’elles ne devraient plus apparaitre mais quand il y a l’impression qu’il y a quelqu’un, il y a avec l’idée de comment les choses devraient être et ne pas être.

La Vie est TOUT d'instant en instant, sans séparation, sous toutes les apparentes "formes" (modulations de Cela).
L'étiquette-pensée "tristesse" ou "colère" ou "peur" ou "doute, c'est Cela (il y a Conscience de ces pensées).
La sensation de contractions dans le corps physique, c'est Cela (il y a Conscience de ces contractions : étiquettes).
La résistance, le refus, c'est Cela (il y a Conscience de ces émotions : étiquettes).
- Est-ce plus clair ?
- L'identification, c'est Cela. Est-ce "toi" qui t'identifie ?
- Quel est ce "je" qui voit les allers-retours entre la vision directe et l'identification ?

- Oui je vois bien que tout est ce qui est quand il n’y a pas trop de tensions, mais dans l’intensité des emotions il y a sens de separation sous forme d’un refus qui cree quelqu’un qui refuse, qui serait en dehors de l’experience pour pouvoir l’éviter.
- Est-ce "toi" qui t'identifie ? non, iI y a l’experience d’identification
- Ce “je” qui voit les allers-retours, c’est un train de pensée qui capture l’attention.

Regarde une pomme. Quand il y a “regarder la pomme”, il y a des couleurs, la pensée dit “pomme”, et peut-être une pensée qui dit : « je regarde la pomme ».

Qu’est-ce qui est connu de toute évidence : la Couleur est connue, et les pensées sont connues.
Qu’en est-il du contenu des pensées, que décrit-il ?
L’Expérience Directe ne fait pas appel aux pensées AU SUJET de quelque chose, car sinon c’est encore plus de pensées. L’ED est le son, la couleur, l’odeur, le goût, la sensation.
Y-a-t-il réellement une « pomme » ici, ou bien seulement de la couleur et une pensée AU SUJET de « pomme » ?
Peut-on trouver « pomme » dans l’Expérience Directe ?

Tandis que les pensées sont connues, ce qu’elles disent AU SUJET DE ne peut pas être trouvé dans l’Expérience Directe.

C’est ce qu’on entend par « regarder dans l’Expérience Directe ». Ce dont tu peux être sûr, et, est toujours ici.
Le gout étiqueté “pomme” est connu
La couleur étiquetée « pomme est connue
La sensation étiquetée « pomme » est connue (quand la pomme est touchée)

L’odeur étiqueté “pomme” est connue
La pensée au sujet / d’une « pomme est connue

Cependant, connait-on actuellement une pomme ?

On connait la perception de la pomme, c'est a dire ses qualités/attributs: gout, couleur, etc mais pas l’objet lui-meme. On n’experience que des sensations, pas des choses.

User avatar
MayaAngeli
Posts: 237
Joined: Sun Nov 29, 2015 11:10 pm
Location: Paris, France

Re: Besoin d'aide

Postby MayaAngeli » Thu Aug 16, 2018 5:31 pm

Bonjour Flo,

Ca devient apparent quand je suis établi dans l’experience directe
- C'est "toi" qui est établi dans l'ED ?
- Quel est donc ce "je" établi dans l'ED ?

Quand il y a de la resistance, il y a un “je” qui cherche a s’en débarrasser, un refus de ce qui est et une idée de comment les choses devraient être
"je" est une pensée qui ne renvoie vers rien.
- Est-ce qu'une pensée peut faire quelque chose comme chercher à se débarrasser de la résistance ?
- Il y a une pensée de refus de "ce qui est", associée à une contraction. Et alors ? En quoi est-ce un souci ? Est-ce un souci pour "toi" ? C'est aussi ce qui est. Bienvenue à ces pensées qui sont vues pour ce qu'elles sont (des pensées). Il y a conscience de cela.
- Il y a une pensée qui "dit" que les choses devraient être autrement. Tu vois que c'est une pensée, et elle n'est pas vraie. Comment les choses pourraient être autrement que ce qu'elles sont ici et maintenant ? Dis-moi.
Il n'y a que ce qui est (toujours l'exercice de la boîte). Il n'y a rien d'autre ici et maintenant.

Je ne sais pas car je ne trouve pas d’observateur
- Ah oui, et qui dit cela ?
- Comment le sais-tu ?
- Y-a-t-il conscience de cette pensée ?

- Dans l’ED, il n’y a pas de problème, ou s’il y en a un il est inclus dans ce qui est. Le problème devient l’idée d’une separation entre l’experience directe et le reste de la vie, et la recherche a maintenir cet état
Ce sont des pensées et une analyse.
- Qu'appelles-tu "restes de la vie" ?
- Et c'est quoi dans l'ED "reste de la vie" ?
- Quelle est la différence entre l'ED et le reste de la vie ?
- Qui cherche à maintenir un état, "toi" ?

- Quand c’est cru, il y a a sensation que je suis la pour y croire, oui. Si je regarde je peux voir qu’il y a la “sensation” de croire, tout simplement
C'est une pensée : "il y a quelqu'un qui croit en une pensée" ou que "c'est moi qui crois à la pensée".
une sensation est une étiquette-pensée.
Je t'invite à revenir au RESSENTI, comment cela se manifeste dans le corps.

quand il y a l’impression qu’il y a quelqu’un, il y a avec l’idée de comment les choses devraient être et ne pas être.
- Ce sont des pensées. Sont-elles vraies ?

- Oui je vois bien que tout est ce qui est quand il n’y a pas trop de tensions, mais dans l’intensité des emotions il y a sens de separation sous forme d’un refus qui cree quelqu’un qui refuse, qui serait en dehors de l’experience pour pouvoir l’éviter.
Je t'invite à toujours revenir au RESSENTI : vivre les émotions et sensations physiques (la Vie est TOUT : plaisir/douleur).
La souffrance est liée à la résistance à la douleur.
C'est une pensée : "un refus qui crée quelqu'un qui refuse".
Il y a sûrement une émotion et une sensation corporelle, mais ça ne crée pas un "je" ni un "moi", qui ne sont que des étiquettes sans signification.
Il n'y a JAMAIS eu un "quelqu'un".
Flo est une histoire, ce n'est pas une personne.
S'il y a intensité des émotions et contractions : c'est ce qui est (pour rien ni personne, ce n'est pas personnelle).
- S'il y a refus, c'est ce qui est. Où est le problème avec le "refus" et la "résistance" ? (ce sont des étiquettes-pensées, impersonnelles). Est-ce "ton refus" ?
Ce n'est pas "toi" qui t'identifie. Ce n'est pas "toi" qui te prend pour quelqu'un.
- Vois-tu cela ?

- Est-ce "toi" qui t'identifie ? non, iI y a l’experience d’identification
Je t'invite à porter ton attention sur le SILENCE avant la pensée et entre 2 pensées :
SILENCE : une pensée apparait
SILENCE
une pensée "dit" : c'est "ma" pensée, c'est "moi" qui pense, "je" suis le penseur.
SILENCE
Il y a la pensée qui dit : c'est "mon" corps, cela arrive à "moi", c'est "mon" émotion, c'est "ma" sensation physique.
C'est "moi" qui ressent. C'est "moi" qui voit. C'est "moi" qui souffre.

- Ce “je” qui voit les allers-retours, c’est un train de pensée qui capture l’attention.
- Et qu'est-ce qui perçoit ce "train de pensées qui détourne l'attention" ?


Y-a-t-il réellement une « pomme » ici, ou bien seulement de la couleur et une pensée AU SUJET de « pomme » ?
- Est-ce clair pour toi ?
- Peux-tu voir aussi cela pour "arbre" ou "Flo" ?

Peut-on trouver « pomme » dans l’Expérience Directe ?
Nous ne trouvons pas "pomme" dans l'ED.
Dans l'ED, nous ne trouvons pas "arbre".
Dans l'ED, nous ne trouvons pas "Flo".


Poursuivons l'exploration :

Voici un exercice que j’aimerais que tu réalises aussi souvent que possible tout au long de la journée.
Etiquette tes activités quotidiennes simplement : couleur/image, son, odeur, goût, sensation, pensée.

Par exemple, pendant ton petit-déjeuner, sois conscient de :
- Voir une tasse ; simplement = image/couleur
- Sentir le café ; simplement = odeur
- Ressentir la chaleur de la tasse de café ; simplement = sensation
- Goûter le café ; simplement = goût
- Entendre la cuillère remuer le café ; simplement = son
- Pensée au sujet de boire le café ; simplement = pensée.

Je t’invite juste à décomposer tes activités quotidiennes parmi ces catégories (qui sont toutes de l’Expérience Directe), et dis-moi comment tu t’en sors.

Merci :-)
Dans les expressions "il pleut" et "il cherche", le "il" est du même ordre. Didier Weiss.
Le "je" dans "je pense" a autant de substance que le "il" dans "il pleut". Leo Hartong.

User avatar
Flo
Posts: 29
Joined: Tue Jul 31, 2018 11:45 pm

Re: Besoin d'aide

Postby Flo » Fri Aug 17, 2018 1:31 pm

Ca devient apparent quand je suis établi dans l’experience directe
- C'est "toi" qui est établi dans l'ED ?
- Quel est donc ce "je" établi dans l'ED ?

Ok, ca n’est pas moi qui “fait” mais certains jours c’est clairement vu et d’autres non

Quand il y a de la resistance, il y a un “je” qui cherche a s’en débarrasser, un refus de ce qui est et une idée de comment les choses devraient être
"je" est une pensée qui ne renvoie vers rien.
- Est-ce qu'une pensée peut faire quelque chose comme chercher à se débarrasser de la résistance ?
- Il y a une pensée de refus de "ce qui est", associée à une contraction. Et alors ? En quoi est-ce un souci ? Est-ce un souci pour "toi" ? C'est aussi ce qui est. Bienvenue à ces pensées qui sont vues pour ce qu'elles sont (des pensées). Il y a conscience de cela.
- Il y a une pensée qui "dit" que les choses devraient être autrement. Tu vois que c'est une pensée, et elle n'est pas vraie. Comment les choses pourraient être autrement que ce qu'elles sont ici et maintenant ? Dis-moi.
Il n'y a que ce qui est (toujours l'exercice de la boîte). Il n'y a rien d'autre ici et maintenant.

Parfois c’est clair et parfois c’est confus. L’idée de “comment les choses devraient être” c’est la croyance que meme quand il y a confusion ca devrait être vu clairement. Il y a resistance a être confus pour le dire autrement, ce qui est aussi ce qui est, etc.

Je ne sais pas car je ne trouve pas d’observateur
- Ah oui, et qui dit cela ?
- Comment le sais-tu ?
- Y-a-t-il conscience de cette pensée ?

Je ne sais pas “qui” dit ca, quand la pensée apparait elle est vue, mais je ne trouve pas quelqu’un ou quelque chose qui fasse l’observation.

- Dans l’ED, il n’y a pas de problème, ou s’il y en a un il est inclus dans ce qui est. Le problème devient l’idée d’une separation entre l’experience directe et le reste de la vie, et la recherche a maintenir cet état
Ce sont des pensées et une analyse.
- Qu'appelles-tu "restes de la vie" ?
- Et c'est quoi dans l'ED "reste de la vie" ?
- Quelle est la différence entre l'ED et le reste de la vie ?
- Qui cherche à maintenir un état, "toi" ?

L’experience directe est vecue comme un état particulier et il y a attachement a maintenir cet état. Quand c'est vécu en tant qu''experience direct, c'est vu que tout est experience directe. Quand il y a une histoire qui est crue, l'experience directe apparait comme un état particulier dont on n'a pas le sentiment de faire l'experience et qui est different de l'état habituel, le" reste de la vie".

quand il y a l’impression qu’il y a quelqu’un, il y a avec l’idée de comment les choses devraient être et ne pas être.
- Ce sont des pensées. Sont-elles vraies ?

Je sais bien qu’elles sont fausses, mais quand elles sont crues elles apparaissent vraies et c’est ce qui est a ce moment la.

- Oui je vois bien que tout est ce qui est quand il n’y a pas trop de tensions, mais dans l’intensité des emotions il y a sens de separation sous forme d’un refus qui cree quelqu’un qui refuse, qui serait en dehors de l’experience pour pouvoir l’éviter.
Je t'invite à toujours revenir au RESSENTI : vivre les émotions et sensations physiques (la Vie est TOUT : plaisir/douleur).
La souffrance est liée à la résistance à la douleur.
C'est une pensée : "un refus qui crée quelqu'un qui refuse".
Il y a sûrement une émotion et une sensation corporelle, mais ça ne crée pas un "je" ni un "moi", qui ne sont que des étiquettes sans signification.
Il n'y a JAMAIS eu un "quelqu'un".
Flo est une histoire, ce n'est pas une personne.
S'il y a intensité des émotions et contractions : c'est ce qui est (pour rien ni personne, ce n'est pas personnelle).
- S'il y a refus, c'est ce qui est. Où est le problème avec le "refus" et la "résistance" ? (ce sont des étiquettes-pensées, impersonnelles). Est-ce "ton refus" ?
Ce n'est pas "toi" qui t'identifie. Ce n'est pas "toi" qui te prend pour quelqu'un.
- Vois-tu cela ?

Oui, je vois ca clairement certains jours, et d’autres non. Il y a l’impression que ca devrait être vu clairement tout le temps, et que meme quand il y a confusion, ca devrait être vu aussi comme ce qui est. Quand ca ne se passe pas comme ca, ca rajoute de la confusion et l’impression de “mal faire”. On peut dire que ce sont des pensées, etc, mais dans ces moments-la elles sont vécues comme vraies et c’est ce qui se passe.

- Ce “je” qui voit les allers-retours, c’est un train de pensée qui capture l’attention.
- Et qu'est-ce qui perçoit ce "train de pensées qui détourne l'attention" ?

Sincèrement je ne sais pas ce qui perçoit. J’ai envie de dire “rien, c’est perçu tout simplement”.

Y-a-t-il réellement une « pomme » ici, ou bien seulement de la couleur et une pensée AU SUJET de « pomme » ?
- Est-ce clair pour toi ?
- Peux-tu voir aussi cela pour "arbre" ou "Flo" ?

Oui, je comprends l’idée meme si ca n’est pas toujours l’experience ici. Je ne sais pas si c’est important que ca soit reconnu en permanence ou si ca doit simplement être reconnu et compris.

Peut-on trouver « pomme » dans l’Expérience Directe ?
Nous ne trouvons pas "pomme" dans l'ED.
Dans l'ED, nous ne trouvons pas "arbre".
Dans l'ED, nous ne trouvons pas "Flo".

Poursuivons l'exploration :

Voici un exercice que j’aimerais que tu réalises aussi souvent que possible tout au long de la journée.
Etiquette tes activités quotidiennes simplement : couleur/image, son, odeur, goût, sensation, pensée.

Par exemple, pendant ton petit-déjeuner, sois conscient de :
- Voir une tasse ; simplement = image/couleur
- Sentir le café ; simplement = odeur
- Ressentir la chaleur de la tasse de café ; simplement = sensation
- Goûter le café ; simplement = goût
- Entendre la cuillère remuer le café ; simplement = son
- Pensée au sujet de boire le café ; simplement = pensée.

Je t’invite juste à décomposer tes activités quotidiennes parmi ces catégories (qui sont toutes de l’Expérience Directe), et dis-moi comment tu t’en sors.

Oui ca me parle, ca aide a rester dans le ressenti et a voir que c’est vide entre les sensations. Le plus efficace pour moi semble être le focus sur voir qu’il n’y a personne. Pour l’instant, l’experience directe, l’exploration, etc apporte plutôt de la confusion et relance la recherche. Quand c’est vu clairement qu’il n’y a personne, tout ca tombe naturellement en place et ca devient simple et evident.

Je ne doute pas que tu as de bonnes raisons de procéder ainsi mais je pense aussi que c’est utile de te dire comment ca se passe ici :)

User avatar
MayaAngeli
Posts: 237
Joined: Sun Nov 29, 2015 11:10 pm
Location: Paris, France

Re: Besoin d'aide

Postby MayaAngeli » Fri Aug 17, 2018 3:59 pm

Bonjour Flo,

Parfois c’est clair et parfois c’est confus. L’idée de “comment les choses devraient être” c’est la croyance que meme quand il y a confusion ca devrait être vu clairement. Il y a resistance a être confus pour le dire autrement, ce qui est aussi ce qui est, etc.
Oui c'est une pensée.
Je t'invite à revenir au RESSENTI de l'étiquette "résistance": émotion et sensation physique.
puis revenir au RESSENTI de l'étiquette "confus" : émotion et sensation physique.
S'il la PEUR ou le DOUTE émerge, merci de me le préciser et de revenir au ressenti de ces étiquettes.

Je ne sais pas “qui” dit ca, quand la pensée apparait elle est vue, mais je ne trouve pas quelqu’un ou quelque chose qui fasse l’observation.
Oui et c'est encore une pensée.
Il y a conscience de cette pensée.
1- Vois-tu cela ?

L’experience directe est vecue comme un état particulier et il y a attachement a maintenir cet état
L'Expérience Directe, c'est la Vie sans pensée, ni connaissance, ni mémoire.
1- Est-ce plus clair pour toi ?
2- QUI s'attache à maintenant cet état ? Est-ce "toi" ? Regarde et dis-moi.

Je sais bien qu’elles sont fausses, mais quand elles sont crues elles apparaissent vraies et c’est ce qui est a ce moment la.
Je t'invite à revenir au RESSENTI à chaque fois : émotion et sensation physique.
Je t'invite à voir chaque pensée et à poser la question : est-ce vrai ?
1- Est-ce possible pour toi ?
2- QUI croit à la pensée ? Est-ce "toi" ?


On peut dire que ce sont des pensées, etc, mais dans ces moments-la elles sont vécues comme vraies et c’est ce qui se passe
.
1- Encore une fois, je t'invite à revenir au RESSENTI : comment ça se manifeste au niveau émotion et sensation physique ?
Ressentir la Vie, Être la Vie plutôt que de la penser.

Sincèrement je ne sais pas ce qui perçoit. J’ai envie de dire “rien, c’est perçu tout simplement”.
1- Dirais-tu qu'il y a CONSCIENCE de la pensée ?
2- Dirais-tu qu'il y a Conscience de l'émotion ? (étiquette-pensée).
3- Dirais-tu qu'il y a Conscience de la sensation physique ? (étiquette-pensée).


Je me permets de repréciser mon invitation :
Je t’invite juste à décomposer tes activités quotidiennes parmi ces catégories (qui sont toutes de l’Expérience Directe),
et à l'écrire ici stp.

Est-ce possible ?

Le plus efficace pour moi semble être le focus sur voir qu’il n’y a personne. Pour l’instant, l’experience directe, l’exploration, etc apporte plutôt de la confusion et relance la recherche. Quand c’est vu clairement qu’il n’y a personne, tout ca tombe naturellement en place et ca devient simple et evident.

Je ne doute pas que tu as de bonnes raisons de procéder ainsi mais je pense aussi que c’est utile de te dire comment ca se passe ici :)
Je te remercie de m'avoir partagé comment ça se vit pour toi.
L'Expérience Directe et surtout l'exploration permettent de VOIR par toi-même qu'il n'y a jamais eu personne.
C'est une déconstruction vivante, expérimentée, de toutes les croyances non vues.

Il y a juste Être ou Vie qui se vit d'instant en instant Maintenant.
Rien d'autre. La simplicité même.
L'instant qui se vit, sans rien ni personne.

Je te propose de poursuivre l'exploration, et t'invite à continuer de partager les difficultés rencontrées.




Nous allons maintenant regarder les choses différemment. Nous allons essayer de voir si dans notre expérience, il y a une séparation. Et comme toujours, te fier uniquement à ton expérience directe.

Pour le prochain exercice, nous allons explorer le sens de l’ouïe. Le but étant de découvrir ce qui est vraiment entendu.

Si tu as besoin de plus d’une journée pour répondre à toutes les questions n’hésite pas. Prends ton temps et réponds à chacune. Comme tu le verras, plusieurs questions se ressemblent et c'est voulu ainsi, le but étant de trouver les mots qui résonnent le plus avec toi.

Assieds toi et respire calmement question de laisser retomber la poussière.
Ensuite, ferme les yeux et écoute un son. N'importe quel son fera l'affaire. Le chant des oiseaux, le son d'une cloche, de la musique, le son des voitures etc.

Puis, dirige ton attention sur l’ouïe ou le fait d'entendre et fais simplement l'expérience d'un son.

Répond ensuite aux questions suivantes :

Fais-tu l'expérience d'une entité séparée qui entend?
Fais-tu l'expérience d'un entendant indépendant du son?
En te fiant uniquement aux sons, et non aux pensées, aux déductions, à l'imagination ou au comment tu crois que ça devrait être, expérimentes-tu une séparation entre ce qui entend et le son?

Fais-tu l'expérience d'un objet produisant le son qui soit séparé du son?
Autrement dit, expérimentes-tu un objet qui produise le son? Une autre façon de poser la question est : où est l'objet dans le son ? Ou bien, expérimentes-tu un objet en plus du son?
Répondre oui à cette question voudrait dire que tu fais l'expérience d'un objet à l'extérieur de ton expérience auditive, mais est-ce bien le cas?
Fais-tu vraiment l'expérience d'autre chose que d’un son?

Fais-tu l'expérience d'un son indépendant du fait d'entendre?
Expérimentes-tu un son distinct ou séparé de la perception?
Est-ce que le son semble attendre que tu l'entendes ?
Je te pose cette question parce que dans notre conception habituelle, les choses existent là-bas, c’est-à-dire indépendamment de ce qui les perçoit ici.

Expérimentes-tu le son comme étant séparé de toi?
Où entends-tu le son?
Où fais-tu l'expérience du son?
Y a t-il une distance entre toi et le son?

Fais-tu l'expérience de l’action d'entendre comme séparé de qui entend en toi?
Lorsque tu dis "j'entends un son", est-ce que ça correspond à la même expérience que d'être conscient d'un son?

Merci de répondre à chaque question séparément stp.

:-)
Dans les expressions "il pleut" et "il cherche", le "il" est du même ordre. Didier Weiss.
Le "je" dans "je pense" a autant de substance que le "il" dans "il pleut". Leo Hartong.

User avatar
MayaAngeli
Posts: 237
Joined: Sun Nov 29, 2015 11:10 pm
Location: Paris, France

Re: Besoin d'aide

Postby MayaAngeli » Fri Aug 17, 2018 10:07 pm

Un petit éclaircissement supplémentaire :
Oui, je vois ca clairement certains jours, et d’autres non. Il y a l’impression que ca devrait être vu clairement tout le temps, et que meme quand il y a confusion, ca devrait être vu aussi comme ce qui est. Quand ca ne se passe pas comme ca, ca rajoute de la confusion et l’impression de “mal faire”. On peut dire que ce sont des pensées, etc, mais dans ces moments-la elles sont vécues comme vraies et c’est ce qui se passe.
Ce sont des pensées, bon, ça j'ai vu que tu l'avais compris.
1- Cela qui voit la pensée pense-t-il ?
2- Cela qui constate l'émotion est sans émotion.
3- Cela qui voit la souffrance souffre-t-il ?

"Je suis né" = est une pensée (et une pensée au sujet du passé illusoire).
"Je pense" ou "je suis le penseur" = est une pensée.

Je voudrais t'inviter à porter ton attention sur le SILENCE avant, derrière, et après toute pensée (tout au long de la journée).
1- Est-ce possible pour toi ?

Ensuite, je t'invite à voir qu'il y a conscience de la confusion,
qu'il y a CONSCIENCE du refus,
qu'il y a conscience de la résistance.
2- Vois-tu cela ? Est-ce clair ?

Cela qui a conscience de la confusion => est-il confus ?
Cela qui constante le refus => refuse-t-il ?
Cela qui a conscience de la résistance => résiste-t-il ?
3- Regarde attentivement et dis-moi.

4- Quel est ce "je" qui veut voir clairement ? C'est "toi" Flo ?
4bis - Une pensée peut-elle vouloir quelque chose ? Une pensée peut-elle faire quelque chose ?
5- Quel est ce "je qui est confus ? C'est "toi" Flo ?
6- Quel est ce "je" qui a l'impression de mal faire ?
6bis- Une pensée peut-elle mal faire ?
Regarde et dis-moi.

La Vie EST accueil.
Cela qui est EST indéfinissable, indicible, innommable, atemporel, impersonnel, sans forme, transparent.

Rassure-toi, détends-toi : sois sans aucune attente :-) Maintenant ;-)
Cette "impression de mal faire" est juste une pensée associée à une émotion et à une sensation physique : reviens au RESSENTI.
Il s'agit d'un déconditionnement. Alors sois patient avec toi-même.
Dans les expressions "il pleut" et "il cherche", le "il" est du même ordre. Didier Weiss.
Le "je" dans "je pense" a autant de substance que le "il" dans "il pleut". Leo Hartong.

User avatar
Flo
Posts: 29
Joined: Tue Jul 31, 2018 11:45 pm

Re: Besoin d'aide

Postby Flo » Sat Aug 18, 2018 2:18 pm

Ok merci pour tout ca Natacha, je te réponds bientôt!


Return to “Français”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest