Reconnaitre ma vraie nature

Moderators: Chronophonix, Freddi

User avatar
Ariane5
Posts: 4
Joined: Wed Jan 17, 2018 6:20 pm

Reconnaitre ma vraie nature

Postby Ariane5 » Sun Jan 28, 2018 6:51 pm

Bonjour,
je cherche un accompagnateur afin de m'aider à réaliser ce que je suis en vérité et ne plus m'identifier, croire aux illusions.

Ca fait quelques années que je m'intéresse à la spiritualité, participe à des séminaires, écoute des satsangs, lis des livres comme Un Cours en Miracle. Cela m'a permis de lâcher pas mal de croyances et de "toucher" du doigt ma réelle Nature. Seulement je ne sais plus où donner de la tête aujourd'hui, je fais une overdose. Suite à ça, de grosses peurs voire angoisses se sont présentées et depuis j'ai tout mis de côté ce qui fait que je me prends constamment pour un personnage séparé, j'ai l'impression de ne plus avoir de recul et de "régresser". J'aimerais augmenter mon désir de me centrer sur ce qui est Vrai plutôt que de me laisser happer par des illusions.

Donc merci d'avance pour celui ou celle qui serait prêt à me guider :)

Ariane

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Reconnaitre ma vraie nature

Postby Chronophonix » Wed Jan 31, 2018 7:52 pm

Bonsoir Ariane

Abordons immédiatement le vif du sujet !

je me prends constamment pour un personnage séparé

Peux-tu entrer pleinement dans le ressenti associé à l'étiquette personnage séparé ?

Ça fait quoi, de se sentir un personnage séparé ? Regarde en toi-même, vois les intensités sensitives qui te traversent au moment où cette croyance est la plus forte. Qu'y a-t-il ? Des tensions, des malaises, des douleurs, des peurs ? Tu vas tenter de décrire ça le plus précisément possible. Puis, enlève l'étiquette personnage séparé et reste uniquement avec le ressenti. Que se passe-t-il alors ?
Inutile de préciser que cette pratique est à renouveler à chaque fois que monte cette croyance en une séparation, même dans la rue, dans une file d'attente, au bistrot, ou n'importe où ailleurs. "Je me sens séparée" : Ah, bien, et alors ? Ça me fait quoi ? Observe, observe...

Deux petites question pour terminer.

Selon toi, ce serait comment, de ne plus se sentir une personne séparée ? Quelle serait pour toi la preuve indubitable que la séparation, c'est terminé, que tu as réalisé l'unité ?

Et puis, à part le désir de réaliser ta vraie nature, y a-t-il en toi d'autres demandes fortes ? Des situations que tu voudrais vraiment vivre ? Ressens-tu certains manques, y a-t-il des choses sans lesquelles ta vie ne t'apparait pas complète ?
Là aussi, observe-toi attentivement pour pouvoir répondre à ces questions.

Tu peux poster au rythme qui te convient, il vaut mieux parfois se donner un temps d'observation plutôt que de répondre précipitamment.

Bien à toi
Michel
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)

User avatar
Ariane5
Posts: 4
Joined: Wed Jan 17, 2018 6:20 pm

Re: Reconnaitre ma vraie nature

Postby Ariane5 » Wed Feb 07, 2018 2:13 pm

Bonjour Michel,
merci de ta réponse.
Ça fait quoi, de se sentir un personnage séparé ? Regarde en toi-même, vois les intensités sensitives qui te traversent au moment où cette croyance est la plus forte. Qu'y a-t-il ? Des tensions, des malaises, des douleurs, des peurs ? Tu vas tenter de décrire ça le plus précisément possible. Puis, enlève l'étiquette personnage séparé et reste uniquement avec le ressenti. Que se passe-t-il alors ?
Quand je me sens séparée, j’ai l’impression d’avoir mes propres pensées qui tournent en boucle dans ma tête. Une sensation d’être plus mentale, parfois avec maux de tête, plutôt qu’en réelle connexion avec tout ce qui se passe. J’ai le sentiment d’être limitée à mon corps, « d’étouffer ». Je me sens seule, impuissante, face à des « autres », face au monde, je ressens de la tristesse. J’ai l’impression de devoir me débrouiller toute seule… Et je vois que mes intentions sont plutôt égocentriques, ce qui me donne donne l’impression d’être « coupée » des autres et de ce qui m’entoure. Quand l’étiquette est enlevée, les sensations sont toujours présentes mais ne me dérangent plus autant, voire elles s’atténuent.

Curieusement, quand j’explore plus en profondeur les sensations, ça s’allège. Quand je regarde, la croyance s’efface, je me sens plus « large ». J’ai l’impression de devoir me concentrer pour savoir ce que ça fait de me croire séparée, de devoir me référer à des sensations passées. Je vois que le mental essaie de prendre le contrôle dans le processus d’observation…
Selon toi, ce serait comment, de ne plus se sentir une personne séparée ? Quelle serait pour toi la preuve indubitable que la séparation, c'est terminé, que tu as réalisé l'unité ?
Etre en osmose avec tout, ressentir la connexion avec tout.
Et puis, à part le désir de réaliser ta vraie nature, y a-t-il en toi d'autres demandes fortes ? Des situations que tu voudrais vraiment vivre ? Ressens-tu certains manques, y a-t-il des choses sans lesquelles ta vie ne t'apparait pas complète ?
Oui je ne me sens pas épanouie sur pas mal de plans. Notamment, savoir ce que je veux faire de ma vie me préoccupe beaucoup, vouloir vivre ailleurs... Sans l'amour, la vie me paraît fade.
J’ai conscience que ces choses extérieures que je recherche sont vaines tant que je me prends pour une personne et me feront souffrir. Et pourtant ces désirs sont là. Mon désir de savoir Ce que Je Suis s’est atténué au profit de ses quêtes extérieures et je ne veux pas m’y engouffrer plus longtemps, j’ai l’impression que je vais m’y noyer. J'ai l'impression que c'est maintenant ou jamais pour couper à la racine cette fausse identification car sinon je me perdrais dans ces illusions.

A bientôt,
Ariane

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Reconnaitre ma vraie nature

Postby Chronophonix » Fri Feb 09, 2018 12:45 am

Bonsoir Ariane

Voilà un point essentiel :

Curieusement, quand j’explore plus en profondeur les sensations, ça s’allège. Quand je regarde, la croyance s’efface, je me sens plus « large ».

Essentiel parce que c'est la base même du chemin : En revenant sans cesse au ressenti, en observant ce que j'appelle les intensités sensitives qui nous traversent à chaque instant, la pensée qui habituellement commente sans cesse et ne fait que nous conduire dans des impasses se met en pause, et ça, tu l'as constaté par toi-même, ce qui est déjà un pas important. Tu peux alors examiner le point suivant : lorsque ça s'allège, lorsque la croyance s'efface, lorsque tu te sens plus "large", que deviens la pensée/sensation "moi" ? Observe juste, sans chercher un résultat quelconque : que deviens "moi" lorsque l'attention est détournée des pensées et se porte sur les ressentis ?


Etre en osmose avec tout, ressentir la connexion avec tout.

"Tout", en tant que généralité n'est qu'une pensée parfaitement inutile. Concrètement, "tout", ce n'est que "tout ce qui est, ici et maintenant". Et lorsque ici et maintenant, du fait de l'attention portée sur les ressentis débarrassés de leurs étiquettes, se déploie une impression de légèreté, de vastitude, n'es-tu pas connectée directement à cette impression ?
A chaque instant, existe pour chacun d'entre nous cette possibilité de se connecter, d'être en osmose avec nos ressentis sans leur coller de label, c'est aussi simple que ça. Pas de j'aime/je n'aime pas, pas d'agréable/désagréable, pas d'étiquette, pas de qualification, pas de jugement, juste ce qui est là, ce qui me traverse à l'instant, sans commentaire.

Et cette pratique est à faire tout le temps : c'est facile, regarde, y a-t-il un seul moment, à part dans le sommeil profond, où il n'y a pas de ressenti ? Il suffit d'observer, c'est tout.


je ne me sens pas épanouie sur pas mal de plans.

Observe le ressenti à l'origine de cette interprétation. Enlève l'étiquette. C'est comment, de ne pas se sentir épanouie ?
Et si dans l'instant tu substituais à la pensée d'épanouissement personnel à travers la réalisation future de tout un tas de désirs l'action concrète d'épanouissement immédiat de la sensation qui te traverse, même si cette sensation est telle qu'elle a engendré l'étiquette "je ne me sens pas épanouie" ?

Dans mon expérience, il n'y a pas d'épanouissement possible plus tard s'il n'y a pas au préalable un épanouissement immédiat de ce qui est là, ici et maintenant, instant après instant. C'est très simple, ce n'est pas spectaculaire, c'est au cœur du quotidien, et le ressenti en est la clé...

Bien à toi
Michel
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)

User avatar
Ariane5
Posts: 4
Joined: Wed Jan 17, 2018 6:20 pm

Re: Reconnaitre ma vraie nature

Postby Ariane5 » Mon Feb 19, 2018 5:08 pm

Bonjour Michel,
que deviens "moi" lorsque l'attention est détournée des pensées et se porte sur les ressentis ?
La pensée moi n'existe plus à ce moment-là.

Observe le ressenti à l'origine de cette interprétation. Enlève l'étiquette. C'est comment, de ne pas se sentir épanouie ?
Effectivement, sans l'étiquette la sensation est plus neutre.
Seulement, comment déterminer ce qui nous convient ou non ? Comment faire des choix sans interprétation ? J'ai l'impression qu'on reste statique peu importe le ressenti dans ce cas...

Bien à toi,
Ariane

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Reconnaitre ma vraie nature

Postby Chronophonix » Tue Feb 20, 2018 11:26 pm

Bonsoir Ariane
Seulement, comment déterminer ce qui nous convient ou non ? Comment faire des choix sans interprétation ?


Nous allons explorer cela. Tu vas me donner un exemple concret puisé dans ton vécu récent, d'un choix que tu crois avoir fait en fonction d'une interprétation, un choix où tu crois avoir décidé au préalable ce qui te convenait. N'hésite pas à fournir des détails, afin que nous puissions ensuite observer si réellement, il y a vraiment eu là un "moi" ayant choisi quelque chose...

C'est à toi !

Michel
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)

User avatar
Ariane5
Posts: 4
Joined: Wed Jan 17, 2018 6:20 pm

Re: Reconnaitre ma vraie nature

Postby Ariane5 » Fri Feb 23, 2018 4:57 pm

Bonjour Michel,

D’accord. Par exemple :
Hier je m’étais fixée le but de sortir dehors aujourd’hui, mais finalement me sentant fatiguée et « rincée » émotionnellement, j’ai préféré rester chez moi plutôt que de sortir, bien que des pensées me sermonnaient le contraire pour tout un tas de raisons (il fait beau, c’est les vacances, etc).

J’ai de la difficulté à faire des choix de manière générale. J’éprouve de la culpabilité et du regret à propos de certains choix et ça doit provenir certainement de mon jugement. Du coup, j’aimerais bien voir ça en profondeur avec toi, car c’est une problématique qui revient souvent dans mon vécu et ça me prend la tête.

Un exemple :
J’ai dû choisir un stage dans le cadre de ma formation, et ayant 2 propositions, j’en ai choisi une sur la base de la raison je dirais car le contenu m’intéressait un peu plus or, mon ressenti sur le moment était plutôt « non » car la personne m’impressionne (plutôt autoritaire et exigeante) et la durée me paraît un peu trop longue. Depuis je stresse à propos de ça… A savoir si j’ai fait le bon choix ou non. Mais je me dis que peut-être que mon ressenti provenait d'une résistance, je peine à discerner le vrai du faux.

Merci pour ton aide,

Ariane

User avatar
Chronophonix
Posts: 583
Joined: Wed Jan 11, 2012 10:59 pm
Location: France
Contact:

Re: Reconnaitre ma vraie nature

Postby Chronophonix » Sat Feb 24, 2018 11:35 pm

Bonjour Ariane

Faire des choix...est-ce vraiment toi qui fait des choix ? Analysons ton premier exemple.

Hier je m’étais fixée le but de sortir dehors aujourd’hui

Voilà donc un premier "je", un premier personnage, qui a pris une décision. Là, c'est simple : pensée d'action, normalement suivie de l'action adéquate. Mais voilà, un deuxième "je", un deuxième personnage s'interpose :
me sentant fatiguée et « rincée » émotionnellement, j’ai préféré rester chez moi plutôt que de sortir

Un personnage qui se sent fatigué, à plat, et qui prend à son tour une décision : pensée de fatigue, pensée de repos, et l'action qui s'ensuit, rester à la maison. Ce serait encore simple, s'il n'y avait un troisième "je", un troisième personnage à entrer en scène :
des pensées me sermonnaient le contraire pour tout un tas de raisons (il fait beau, c’est les vacances, etc).

Ce n'est pas le même que le premier "je" qui voulait juste aller se promener. Celui-ci se plaint de l'action du second personnage, celui qui a voulu rester à la maison, et va donc produire tout un tas de pensées pour justifier sa position.

Dans cette séquence d'évènements, y a-t-il à un seul moment un "je" unifié auteur d'un choix réel ? Si tu en vois un, dis-moi où il se trouve.


J’ai de la difficulté à faire des choix de manière générale. J’éprouve de la culpabilité et du regret à propos de certains choix et ça doit provenir certainement de mon jugement.

Pour résumer, il y a toujours au minimum deux "je", un qui décide d'une action, un autre qui commente négativement cette action, entrainant des émotions étiquetées "culpabilité", "regret", etc...où est le choix, dans tout ça ? L'un décide, puis agit, tandis que l'autre juge et se plaint !

Mais il y a tout de même une constante, dans toute cette histoire : il y a en permanence une présence qui assiste au spectacle, une conscience qui voit tout, car si ce n'était pas le cas, comment pourrais-tu en parler ? Quelque chose en toi, distinct de chacun de ces "je", a eu conscience de tout se qui s'est passé. Peux-tu, par l'observation directe, voir de quoi il s'agit ? Et cette présence, est-elle aussi un "je" ?

Je pourrais appliquer le même "démontage" à ton deuxième exemple : un "je" décide une action sur la base de la raison — donc d'un ensemble de pensées structurées selon une certaine logique — mais un deuxième "je" plus connecté au ressenti fait entendre sa voix, et cette voix dit "non". Alors, un troisième "je" apparait et brasse simultanément des pensées — pensées de choix, pensées de doute — et des ressentis pénibles labellisés sous le terme générique de "stress". Là aussi, à part en pensée, y a-t-il eu un choix vraiment conscient, accompli par un "je" unifié ? Mais là aussi, il y a une présence qui a vu tous ces mécanismes se dérouler. Encore une fois, je t'invite à observer, par l'expérience directe, cette présence, qui est là tout le temps et assiste en permanence au déroulement des évènements de ta vie quotidienne.

Un instructeur américain, E.J.Gold a écrit ceci : « Nous croyons, à tort, que l'être essentiel, par essence « spirituel », possède des pouvoirs extraordinaires et est capable de nombreux miracles. Mais le fait est que l'être essentiel, à l'état ordinaire, est des plus limités. Il n'est en fait capable que de deux choses : la présence et la volonté d'attention. »
Exercer la "volonté d'attention", c'est pratiquer l'expérience directe, et la présence, c'est ce qui en nous est conscient de cette expérience directe. C'est ce que je t'invite à faire ici et maintenant, instant après instant...

Bien à toi
Michel
«Pas ce qui devrait être, ce qui est» (Swami Prajnanpad)


Return to “Français”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest