Guidé jusqu'ici ?

Moderators: Chronophonix, Freddi

User avatar
franckysat
Posts: 10
Joined: Fri Jun 23, 2017 9:15 pm

Re: Guidé jusqu'ici ?

Postby franckysat » Mon Jul 17, 2017 9:27 am

Très cher Paul,

Merci pour cette question, qui ramène à l'essentiel encore une fois.
Sans se référer aux croyances mais uniquement à l'expérience directe de la vie, est-il clair et limpide comme de l'eau de roche qu'il n'y a pas de "moi", pas d'entité séparée aux commandes de la vie ?


En fait ce qui est absolument clair, c'est que "moi" et "entité séparée" ne sont que des mots vides de sens, tout comme "je n'existe pas" n'est qu'un concept, qui peut permettre de prendre une certaine distance par rapport aux objets (perceptions, pensées, sensations), et de prendre "position" comme la "conscience" qui perçoit cela.

Dans l’expérience directe, il n'y a plus que "Je" qui est réel, et "je suis" chaque objet qui apparaît, "je suis" chaque pensées, sensations, perceptions qui apparaissent, car il n'y a pas l'expérience d'une séparation entre "je" et "ce qui est perçu".
Si je suis l'océan, je suis aussi chaque vague qui apparaît.
La vague qui se croit séparé est aussi réelle que n'importe qu'elle autre, elle fait toujours partie de l'océan.

"Je suis" est une certitude, même si je ne sais pas ce qu'est "je".
"Je" suis la vie, et "je" commande la vie, rien n’apparaît que "je" n'ai choisi, d’où cela pourrait-il venir ?
"Je" choisi de faire semblant de l'oublier, et "je" choisi de faire semblant de m'en souvenir, aucune différence, tout est l'expression de "je suis".
est-il clair et limpide comme de l'eau de roche qu'il n'y a pas de "moi", pas d'entité séparée aux commandes de la vie ?

Tout les concepts sont l'expression de "je", ils sont tous réels dans ce sens, et en même temps aucun concept ne pourra jamais exprimer l'infinité de "je", ils sont tous faux dans ce sens.

Jamais de conclusion, voila qui est clair...
Jusqu'au prochain moment de confusion...
L'un ou l'autre, aucune importance, je les ais déjà pleinement choisi, que je le crois ou non...

C'est avec grand plaisir que je repartagerai un moment sur skype avec toi.

Amicalement,

Franck

User avatar
noselfy
Posts: 216
Joined: Sun Mar 06, 2016 11:49 pm

Re: Guidé jusqu'ici ?

Postby noselfy » Mon Jul 17, 2017 1:04 pm

Cher Franck,

On dirait que tu as pris un petit coup sur la tête ! Une très bonne chose, au demeurant...
Dans l’expérience directe, il n'y a plus que "Je" qui est réel, et "je suis" chaque objet qui apparaît, "je suis" chaque pensées, sensations, perceptions qui apparaissent, car il n'y a pas l'expérience d'une séparation entre "je" et "ce qui est perçu".
Si je suis l'océan, je suis aussi chaque vague qui apparaît.
La vague qui se croit séparé est aussi réelle que n'importe qu'elle autre, elle fait toujours partie de l'océan.
Pas de commentaire ici. Juste un grand sourire...
Tout les concepts sont l'expression de "je", ils sont tous réels dans ce sens, et en même temps aucun concept ne pourra jamais exprimer l'infinité de "je", ils sont tous faux dans ce sens.
L'expérience pure, océanique, est au delà de tout concept. C'est même cela qui la caractérise.
Dès que l'on commence à conceptualiser, même si c'est pour dire "je suis l'océan", on y est plus...

Bien sûr cette conceptualisation, tout comme la perception des vagues, est une expression de l'océan. Bien que naturelle, cette mise en formes perceptuelles/conceptuelles peut paraître illusoire (comment mettre l'océan en boites ?) ou paradoxale (quelle est la forme du sans-forme ?). En fait il n'y a pas de problème tant que l'on comprend, et accepte, la règle du jeu : une idée n'est pas a priori vraie ou fausse; elle correspond plus ou moins à l'expérience, c'est tout. Mais une idée reste une idée, une représentation de la réalité et non la réalité elle-même : on l'utilise, sans s'y accrocher.

Au delà des mots et des formes, détaché des idées et des perceptions, reste seule l'expérience ineffable...
C'est avec grand plaisir que je repartagerai un moment sur skype avec toi.
Itou ! La connection Internet est assez mauvaise ici, mais on va tout de même essayer.

Amicalement votre,
Paul
“Life was fullness to such an extent that it was not life. God didn't live, simply existed.”
“La vie était à ce point plénitude qu'elle n'était pas la vie. Dieu ne vivait pas, il existait.” (A. Nothomb)

User avatar
noselfy
Posts: 216
Joined: Sun Mar 06, 2016 11:49 pm

Re: Guidé jusqu'ici ?

Postby noselfy » Tue Sep 26, 2017 9:14 am

Salut Franck,

Le temps passe, et je voulais savoir un petit peu où tu en étais...

Comment se passe la vie, au quotidien ? Qu'est-ce qui a changé depuis le début de nos échanges ?
As-tu encore des doutes ou des questions quant à l'illusion du moi ?
Y a-t-il autre chose que tu aimerais partager ?

Amicalement,
Paul
“Life was fullness to such an extent that it was not life. God didn't live, simply existed.”
“La vie était à ce point plénitude qu'elle n'était pas la vie. Dieu ne vivait pas, il existait.” (A. Nothomb)

User avatar
franckysat
Posts: 10
Joined: Fri Jun 23, 2017 9:15 pm

Re: Guidé jusqu'ici ?

Postby franckysat » Tue Sep 26, 2017 7:06 pm

Salut Paul,


Voilà où je navigue,
Entre l'inconfort et l'incompréhension de ne pas arriver a répondre à ton invitation sur Skype, est-ce que c'est la peur qui m'en empêche ?
Les choses se font, ou ne se font pas...

Et la elles ne se font pas, et même si il n'y a pas de "moi" pour choisir de les faire ou pas, il n'y a pas la paix.

Petite coupure bienvenue au milieu du mail, pour un partage de mes peurs avec mon amie...
Et découverte que la paix est quand même la, la paix de ne pas être en paix...

L'illusion d'un moi est toujours là, les croyances sont toujours crues, il y a toujours un "je" qui crois les pensées :
" je n'ose pas reprendre un rdv sur Skype parce que j'ai peur, et j'ai peur de lui dire que j'ai peur. Avec tout le temps que Paul a passé pour moi, je pourrais au moin lui répondre..."
Donc la peur, la culpabilité, juste pour une éventuelle rencontré sur Skype !

Mais...
J'y vois une forme de paix, au milieu de ce bordel, que si il y avait un "je" qui croyait avoir atteint un certain état, ou être arrivé quelque part, il c'est bien cassé la gueule.
Et "je" se casse la gueule tout les jours...et c'est juste moin grave que ça en a l'air.

Encore une fois ton mail tombe juste...
Des fois, il y a de la paix et un peu de clarté dans tout ces moments de pagailles, et au moment où j'écris ces lignes ça me va comme ça. "Je" ou pas "je", j'en sais fichtre rien...

La seule chose que "je" sais pour le moment c'est que je suis rempli de gratitude envers "toi", pour tout ce temps que tu as pris pour nous, pour cet accueil et ce non jugement permanent.

Paul, un grand MERCI.

Chaleureusement,
Franck

User avatar
noselfy
Posts: 216
Joined: Sun Mar 06, 2016 11:49 pm

Re: Guidé jusqu'ici ?

Postby noselfy » Wed Sep 27, 2017 6:05 am

Salut Franck,

Merci pour ces mots empreints de sincérité et de gentillesse...
Et découverte que la paix est quand même la, la paix de ne pas être en paix...
C'est joli, ça... et profond.
Découverte, au coeur de la vie, d'un centre de déséquilibre. Paix. Harmonie du Chaos...
" je n'ose pas reprendre un rdv sur Skype parce que j'ai peur, et j'ai peur de lui dire que j'ai peur. Avec tout le temps que Paul a passé pour moi, je pourrais au moin lui répondre..."
Donc la peur, la culpabilité, juste pour une éventuelle rencontré sur Skype !
C'est drôle, hein, de voir ça ? Comment on se fait peur pour des broutilles...
Mais comment en fait ? Tu as vu tous ces "je" dans cette pensée ? Est-ce qu'elle aurait toujours un sens sans ce "je" ? Est-ce qu'il y aurait toujours une "peur de la peur" sans la croyance en un "je" qui a peur, se juge, ou se sent jugé ?
La bonne nouvelle, c'est que dès que tu arrêtes de prendre ce "je" au sérieux.. la pensée perd de sa substance et la peur disparaît. C'est magique !
Et "je" se casse la gueule tout les jours...et c'est juste moin grave que ça en a l'air.
.. et quand "je" se cassera tout court, ce sera encore moins grave parce que "je" a l'air d'être là... mais en fait il ne l'est pas, c'est juste de l'air. De l'air qui n'en a pas l'air. Autant en emporte le vent...
"Je" ou pas "je", j'en sais fichtre rien...
Pour que les choses soient claires, on n'est pas en train de dire que "je" n'existe pas du tout. Franck et Paul sont des êtres humains qui existent physiquement. Donc, objectivement, "je" existe (rassuré?). Subjectivement, par contre...
La question est : Y a-t-il à l'intérieur de ce-corps-humain-appelé-Franck une entité séparée, un-être-appelé-moi-ou-je (âme, conscience ou autre) qui vit cette vie et contrôle ce corps ?
Ou: Y a-t-il un moi, un sujet, un "je" subjectif dans le "je" objectif ?

Revenons sur la peur. On peut dire : "une peur est là". Mais est-ce que cela veut vraiment dire qu'il y a UNE peur, un être "peur" ? S'il y a "la peur au ventre", est-ce que c'est là que vit cette peur ? Est-ce que "la peur de la peur" c'est quand la peur a peur d'elle-même en se regardant dans le miroir ? Et elle ressemble à quoi cette peur, à un gremlins ??
Pour le moi, c'est pareil. On peut dire "un moi est là" ou "je suis là" parce qu'il y a une sensation de présence quelque part derrière les yeux.. mais cela ne veut pas vraiment dire qu'il y a UN moi, Un je, un être séparé. Tout comme la peur, le je/moi n'est qu'une idée, un nom qu'on donne à des symptômes physiques, mais qui n'a pas de vie propre.
Les choses se font, ou ne se font pas...
Exercice: essaye de "faire le mort" pour voir (pas une mort physique mais une mort mentale, psychologique).
Concrètement, ça ne veut pas dire de rester immobile mais de "tout arrêter": arrêter de vouloir faire (ou ne pas faire), arrêter de prendre de décisions, arrêter de comprendre ce qui se passe, et même arrêter d'observer... comme si tu n'étais pas là, pas là du tout, et ne l'avais jamais été. Pouf, plus de Franck !
Je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire (ou en l'occurrence, ne pas faire), mais essaye tout de même. Ne prête absolument aucune attention à ce qui se passe (sensations, pensées, ou autre). Sois "transparent", vide. Dès que tu sens que tu "t'accroches" à quelque chose... décroche ! En un mot: lâche prise et laisse faire...

A bientôt,
Paul
“Life was fullness to such an extent that it was not life. God didn't live, simply existed.”
“La vie était à ce point plénitude qu'elle n'était pas la vie. Dieu ne vivait pas, il existait.” (A. Nothomb)


Return to “Français”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest