Cheminons!

Moderators: Chronophonix, Freddi

User avatar
Ger-Om
Posts: 37
Joined: Mon May 02, 2016 8:47 pm

Re: Cheminons!

Postby Ger-Om » Mon Jul 25, 2016 2:39 pm

Bonjour Daniel,

Encore merci pour ta disponibilité et cet échange très plaisant.

Voici quelqu'unes des choses que j'ai noté rapidement en vrac. Je compléterai éventuellement plus tard si j'arrive à me relire ;-)

La conscience est toujours consciente DE l'expérience présente.
Ce n'est pas la conscience qui change, c'est ce dont elle est consciente. JE m'identifie (souvent, naturellement) à ce dont elle est consciente.
Je suis conscient de l'écran devant moi, du son des cigales, de la sensations sous mes pieds ET je suis conscient.
La conscience se sait, mais elle ne se voit pas.
L'expérience présente dans son ensemble, avec quoi puis-je la comparer? Juste ça.

Une vaguelette discute avec une autre vaguelette. "Lorsque tu parles de l'eau, tes paroles me touchent. Tu es mouillée, n'est-ce pas? Que dois-je faire pour être mouillée moi aussi?"

Je te souhaite d'excellentes vacances!

Jérôme.
« Nous croyons que nous savons. Nous savons ce que les autres croient. » (Bruno Latour)

User avatar
DanielP
Posts: 736
Joined: Sun Jun 14, 2015 5:19 am
Location: Canada

Re: Cheminons!

Postby DanielP » Mon Jul 25, 2016 11:43 pm

Bonjour Jérôme,
Une vaguelette discute avec une autre vaguelette. "Lorsque tu parles de l'eau, tes paroles me touchent. Tu es mouillée, n'est-ce pas? Que dois-je faire pour être mouillée moi aussi?"
"Simplement réaliser que tu as toujours été mouillée! "
"La seule chose qui t’empêche de le voir, est la croyance que tu ne le vois pas".
Je te souhaite d'excellentes vacances!
Merci, toi aussi.

Je me permets de recopier deux passages de précédents échanges :
Et lorsque tu dis VOIR l'expérience, l'observer, tu veux bien dire : simplement constater qu'elle est, en prendre note sans la juger ni l'analyser (just noticing the experience). C'est bien ça?
En fait c’est réaliser que c’est ce que tu fais déjà.
Si les pensées ne peuvent pas me définir, alors je suis comme un artiste qui aurait sculpté la statue de son dieu et se tournerait ensuite vers cette dernière pour lui demander qui il est.
Oui, c’est exactement cela. Croire que ce que l’on cherche est quelque part là-bas.
Où est ce là-bas s’il n’y a que l’expérience présente qui est toujours vécue ici ?

Maintenant voici quelques questions que tu pourras regarder à ta guise durant les vacances. Je les ai déjà posées mais comme tu n’es plus du tout à la même place, ce sont de "nouvelles questions" que je t'invite à aborder avec l’esprit du débutant :)

Dans l’expérience présente, dans ce que j’appelle ÇA, à quoi correspond le je-me-moi qui, apparemment est aux commandes de ÇA ?

Nous nous concevons habituellement comme une "chose", une entité qui fait l’expérience des choses.
Mais cela qui fait l’expérience des choses est-elle vraiment une "chose", si oui, de quelle "chose" s’agit-il ?

À plus

Daniel
Le but est seulement d'être - Just to be is the goal

User avatar
Ger-Om
Posts: 37
Joined: Mon May 02, 2016 8:47 pm

Re: Cheminons!

Postby Ger-Om » Thu Jul 28, 2016 11:28 pm

Bonjour Daniel,
Une vaguelette discute avec une autre vaguelette. "Lorsque tu parles de l'eau, tes paroles me touchent. Tu es mouillée, n'est-ce pas? Que dois-je faire pour être mouillée moi aussi?"
"Simplement réaliser que tu as toujours été mouillée! "
"La seule chose qui t’empêche de le voir, est la croyance que tu ne le vois pas".
Oui! Ce qui peut empêcher de voir, n'est-ce pas aussi la croyance que je ne fais QUE voir, sentir, ressentir, penser, etc, "des choses"? Alors qu'il se passe/existe aussi "autre chose", simultanément à tous ces FAIRE. Un "autre chose" que l'on pourrait appeler VOIR (ou tout autrement, c'est sans importance).
Sans importance… C'est l'impression/idée qui domine pour moi en ce moment. Ce n'est pas du découragement ou de la lassitude comme il y a quelques semaines. Simplement une sensation de tranquillité et de simplicité. Je n'ai pas l'impression d'avoir trouvé ou compris quelque chose de nouveau. Je ne ressens plus un besoin forcené d'explications logiques.
Et lorsque tu dis VOIR l'expérience, l'observer, tu veux bien dire : simplement constater qu'elle est, en prendre note sans la juger ni l'analyser (just noticing the experience). C'est bien ça?
En fait c’est réaliser que c’est ce que tu fais déjà.
Ce qui est sympa là, c'est que je n'ai donc rien à… faire, puisqu'il ne s'agit pas d'un FAIRE.
On pourrait dire qu'il s'agit d'ETRE ;-) , mais c'est encore un verbe, donc une action… Misleading. Ne s'agit-il pas de : claquement de doigts, chant des cigales, idées sur tout et rien, etc?
Si les pensées ne peuvent pas me définir, alors je suis comme un artiste qui aurait sculpté la statue de son dieu et se tournerait ensuite vers cette dernière pour lui demander qui il est.
Oui, c’est exactement cela. Croire que ce que l’on cherche est quelque part là-bas.
Où est ce là-bas s’il n’y a que l’expérience présente qui est toujours vécue ici ?
Etonnant, j'avais complètement oublié que j'avais écrit cela… Cela me paraît moins théorique, moins mental, qu'à l'époque où je l'ai écrit. C'est comme ton histoire de la carotte au bout d'un fil, les pieds dans le champs de carottes!
Dans l’expérience présente, dans ce que j’appelle ÇA, à quoi correspond le je-me-moi qui, apparemment est aux commandes de ÇA ?
J'hésite à répondre car cela ne me paraît pas encore totalement clair et limpide… Je me lance.
Ce je-me-moi est une idée. Une idée qui est la somme de toutes mes expérience et de toutes mes attentes. C'est THE idée. C'est mon idée préférée, car elle me semble très utile. J'ai l'impression que je lui dois beaucoup. Je lui dois ma survie dans le monde, car elle m'évite de refaire les mêmes erreurs. Plus simplement, elle me permet de "fonctionner" dans le monde et en société. Si cette idée disparaissait, je ne pourrais être qu'un légume ou un saddhu en samadhi perpétuel dans une grotte.
Son job est de me rassurer et de me protéger. Une façon efficace faire ce job c'est de me faire croire qu'elle est aux commandes. Et dès lors que je ne ressens plus le besoin d'être rassuré, j'y crois moins.
Nous nous concevons habituellement comme une "chose", une entité qui fait l’expérience des choses.
Oui c'est vrai, je me conçois toujours comme une chose/entité qui fait l'expérience de choses. La sensation d'être "tout-dans-tout-totalement-relié" est une expérience que j'ai connu. Mais ce ne fut qu'une expérience.
Mais cela qui fait l’expérience des choses est-elle vraiment une "chose", si oui, de quelle "chose" s’agit-il ?
Tout à l'heure je nageais. C'est donc mon corps qui fait l'expérience de l'eau qui glisse, du froid, du chaud, etc. Mais aussi, il y a quelque chose qui fait l'expérience de ce corps qui fait cette expérience de nager. Et aussi quelque chose qui est conscient de cette idée à propos d'un corps faisant une expérience… Je pourrais continuer à empiler les "quelque chose qui est conscient de quelque chose" à l'infini.
Cette "chose" pourrait ressembler à la liberté que j'ai d'empiler les idées, les expériences. A l'espace qui accueille ces empilements. A un grand bac à sable pour mes châteaux d'idées?

A bientôt,

Jérôme.
« Nous croyons que nous savons. Nous savons ce que les autres croient. » (Bruno Latour)

User avatar
DanielP
Posts: 736
Joined: Sun Jun 14, 2015 5:19 am
Location: Canada

Re: Cheminons!

Postby DanielP » Fri Aug 05, 2016 12:17 am

Bonjour Jérôme,
Oui! Ce qui peut empêcher de voir, n'est-ce pas aussi la croyance que je ne fais QUE voir, sentir, ressentir, penser, etc, "des choses"? Alors qu'il se passe/existe aussi "autre chose", simultanément à tous ces FAIRE. Un "autre chose" que l'on pourrait appeler VOIR (ou tout autrement, c'est sans importance).
Rien ne peut t’empêcher de voir car tu vois déjà. Simplement, dire que c’est une croyance qui t’empêche de voir c’est regarder les choses à partir du point de vue de celui que tu crois être.
Sans importance… C'est l'impression/idée qui domine pour moi en ce moment. Ce n'est pas du découragement ou de la lassitude comme il y a quelques semaines. Simplement une sensation de tranquillité et de simplicité. Je n'ai pas l'impression d'avoir trouvé ou compris quelque chose de nouveau. Je ne ressens plus un besoin forcené d'explications logiques.
C’est bien.
Ce qui est sympa là, c'est que je n'ai donc rien à… faire, puisqu'il ne s'agit pas d'un FAIRE. On pourrait dire qu'il s'agit d'ETRE ;-) , mais c'est encore un verbe, donc une action… Misleading. Ne s'agit-il pas de : claquement de doigts, chant des cigales, idées sur tout et rien, etc?
Pour moi ÊTRE n’est pas un FAIRE mais je comprends ce que tu veux dire. Oui on pourrait dire il n’y a qu’un claquement de doigts, que le chant des cigales, que des idées sur tout et rien, que l’expérience présente, mais personne pour les faire. Que la vie qui se vit.
Étonnant, j'avais complètement oublié que j'avais écrit cela… Cela me paraît moins théorique, moins mental, qu'à l'époque où je l'ai écrit. C'est comme ton histoire de la carotte au bout d'un fil, les pieds dans le champ de carottes!
:)
l’expérience présente, dans ce que j’appelle ÇA, à quoi correspond le je-me-moi qui, apparemment est aux commandes de ÇA?
J'hésite à répondre car cela ne me paraît pas encore totalement clair et limpide… Je me lance.
Ce je-me-moi est une idée. Une idée qui est la somme de toutes mes expériences et de toutes mes attentes.
Oui, c'est ça, là tu me parles de l’histoire de Jérôme.
C'est THE idée. C'est mon idée préférée, car elle me semble très utile. J'ai l'impression que je lui dois beaucoup. Je lui dois ma survie dans le monde, car elle m'évite de refaire les mêmes erreurs. Plus simplement, elle me permet de "fonctionner" dans le monde et en société.
Encore l’histoire de Jérôme. Question: est-ce que l'histoire de Jérôme = qui tu es? Es-tu plus ou moins que cette histoire?
Si cette idée disparaissait, je ne pourrais être qu'un légume ou un saddhu en samadhi perpétuel dans une grotte.
Qu’en sais-tu? Essaie pour voir!
Son job est de me rassurer et de me protéger. Une façon efficace faire ce job c'est de me faire croire qu'elle est aux commandes. Et dès lors que je ne ressens plus le besoin d'être rassuré, j'y crois moins.
Son utilité est de l’ordre de la communication. C’est une construction sociale qui a des avantages évident pour pouvoir dire voici la veste de Jérôme et voici celle de Daniel. Mais derrière l’idée d'un JE, il n’y a rien…niet…nada…Le JE ne réfère à aucune réalité que tu pourrais pointer du doigt et dire voilà, c’est moi…
Oui c'est vrai, je me conçois toujours comme une chose/entité qui fait l'expérience de choses. La sensation d'être "tout-dans-tout-totalement-relié" est une expérience que j'ai connu. Mais ce ne fut qu'une expérience.
Toute les expériences vont et viennent, rien de permanent, n’est-ce pas là ton expérience ? Comment alors la "tout-dans-tout-totalement-relié" pourrait-elle être une expérience permanente? Les sensations, les expériences vont et viennent même la sensation d'être "tout-dans-tout-totalement-relié". Que l'expérience présente. Que la vie qui se déploie de la façon dont elle se déploie.
Mais cela qui fait l’expérience des choses est-elle vraiment une "chose", si oui, de quelle "chose" s’agit-il ?
Tout à l'heure je nageais. C'est donc mon corps qui fait l'expérience de l'eau qui glisse, du froid, du chaud, etc. Mais aussi, il y a quelque chose qui fait l'expérience de ce corps qui fait cette expérience de nager. Et aussi quelque chose qui est conscient de cette idée à propos d'un corps faisant une expérience… Je pourrais continuer à empiler les "quelque chose qui est conscient de quelque chose" à l'infini.
Non, ce n’est pas ton corps qui fait l'expérience de l'eau qui glisse, c’est le quelque chose qui fait l’expérience d’une sensation d’eau qui glisse, c’est ce quelque chose qui fait l’expérience du corps, c’est ce même quelque chose qui fait l’expérience de l’idée d'un corps faisant une expérience, mais ce quelque chose est-il une chose?
Cette "chose" pourrait ressembler à la liberté que j'ai d'empiler les idées, les expériences. A l'espace qui accueille ces empilements. A un grand bac à sable pour mes châteaux d'idées?
Un bac à sable oui. Ça me rappelle la métaphore de la maison à appartement et du studio. Si tu es une maison, fais-tu l’expérience des choses dans des appartements différents, un pour les sensations, l’autre pour les idées, ou bien fais-tu l’expérience des choses dans une seule pièce? la maison n’est-elle pas plutôt un studio? Avec un seul espace conscient? Ne fais-tu pas l'expérience des choses EN TOI?
Et ce quelque chose qui fait l’expérience des choses, où le trouves-tu?

À plus

Daniel
Le but est seulement d'être - Just to be is the goal


Return to “Français”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest