Se libérer du stress et de l'inaction

Moderators: Chronophonix, Freddi

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Tue Mar 01, 2016 10:59 pm

Merci pour ton écoute.
Sais-tu à l'avance quelles pensées vont apparaître ?
En observant les pensées, je vois qu'elles sont conditionnées par ce qu'il se produit dans le présent. Par exemple, je me mets en situation d'écoute, et je sens un gargouilli dans le ventre, et cela me fait penser à un ver de terre (même s'il n'y a aucune logique là dedans). Sachant cela, je peux prévoir "vaguement" certaines pensées futures (ex : j'ai des choses à faire demain matin, et je peux dire avec quasi certitude que je vais avoir des pensées concernant cela, sans pour autant savoir exactement quand ces pensées se produiront).
Par contre, je suis incapable de prévoir ma prochaine pensée lorsque je me place en attitude d'écoute. Je n'arrive à prévoir ma prochaine pensée que si je "joue" avec les pensées pour tester tout ça (par exemple j'alterne de nombreuses fois l'image d'un éléphant et l'image d'un arbre : j'arrive assez rapidement à prévoir que lorsque je vois un éléphant, ma prochaine pensée est celle d'un arbre, et inversement).

Je devine que ta question concernait plutôt les pensées imminentes dans le cas où je me mets en attitude d'écoute. Et dans ce cas, comme je l'ai dit plus haut, je suis absolument incapable de prévoir mes prochaines pensées.

Je reviens vers toi plus tard pour les autres questions.

Merci.

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Thu Mar 03, 2016 1:31 pm

Peux-tu choisir à loisir de n'avoir que ... sitives" ?
Je peux choisir de n'avoir que des pensées positives pour un temps limité. Par exemple, je m'imagine faire des calins à tous les gens que je connais en faisant défiler leurs images dans la tête. En faisant cet exercice, il n'y a que des pensées de tendresse et de bienveillance.

Par contre, je ne peux pas décider de n'avoir plus que des pensées positives jusqu'à la fin de ma vie... L'exercice que j'ai fait ci-dessus demande une sorte "d'effort" de concentration.

Peux-tu arrêter de penser à loisir ?
En ce moment, j'arrive à arrêter de penser à chaque fois que je le décide, mais pour une période limitée. Cela est probablement favorisé par le fait que je suis assez calme en cette période, et serait probablement plus difficile à "faire" pendant des périodes plus troubles. Encore une fois, cela demande une sorte "d'effort" de concentration sur les sens.
Comme tes questions concernent le contrôle que je peux avoir sur mes pensées, j'ai tenté autre chose. En ce moment j'ai une chanson qui me revient souvent dans la tête. J'ai décidé de ne plus tourner cette chanson dans ma tête jusqu'à la fin de la journée, mais je n'ai pas réussi. Malgré ma décision, les "pensées-chanson" sont revenues d'elles-même.

Je reviens vers toi plus tard pour les autres questions.

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Sat Mar 05, 2016 4:09 pm

Comment un "moi" peut influencer les pensées ?
C'est difficile de répondre à cette question, car cela demande de bien identifier ce qu'est le moi, et on est d'accord : ça n'est pas facile ! Cela nécessiterait donc une question préliminaire : "qu'est-ce que le moi ?".
On est bien d'accord : je laisse tomber toutes mes connaissances livresques, etje pars de mes impressions et de ce que je crois voir...
Si je cherche le moi, je vois que je n'arrive pas à le saisir. Selon le moment, je l'identifie à différentes choses : le corps, la conscience, les émotions, une sensation corporelle, un élan/pulsion/volonté, et (un peu plus mental) une histoire ou une personnalité. Finalement, quand je regarde plus précisément, je trouve que la plupart de ces éléments ne permettent pas de définir le moi à eux seuls. Ils donnent alors plus une impression d'être une expression ou un produit du moi, qui lui, serait inatteignable. Certains éléments semblent plus convaincants que d'autres. Certaines sensations corporelles semblent vraiment indiquer la présence d'un moi (qui lui n'est pas directement appréhendé). Les élans/pulsions/volontés semblent être des expressions directes du moi (et j'observe qu'ils précédent les pensées du type "je" qui n'en sont qu'une interprétation). Et enfin, il y a des moments où le moi semble être directement la conscience.

C'est le moi en tant que pulsion qui peut influencer les pensées. Je l'ai indiqué plus haut, il peut être pris une décision qui influencera le contenu des pensées, sans non plus les déterminer complètement. Lorsque le moi est identifié aux émotions ou aux sensations corporelles, alors il semble que les pensées "je" viennent malgré tout de la pulsion. Il y a un grand mélange de tout parce que je ne questionne pas ce "je". Le moi est identifié aux émotions, car il se les approprie et ne voit pas qu'elles ne sont qu'une "couleur" et non pas la matière. Dans ce genre de situation, le moi semble malgré tout encore une fois être la pulsion qui elle même est influencée par l'émotion.

Il arrive aussi qu'il n'y ait pas de pulsion dans le moment présent, et alors dans ce cas, le moi est plus naturellement identifié à la conscience, ou à certaines sensations corporelles. Je ne pense pas avoir tout exploré ici, il reste des choses à regarder à ce sujet, mais je vais attendre de voir dans quelle direction tu souhaites que je me dirige.
As-tu réellement un contrôle sur les pensées ?
En définitive, peut-on dire qu'un "moi" pense les pensées ?
En conclusion, j'ai l'impression qu'il y a un contrôle partiel, mais pas total. Certaines pensées semblent effectivement générées par le moi, alors que pour la plupart, elles surgissent sans être sollicitées.
Une petite en bonus : Peux-tu décider de ne plus avoir une pensée particulière ?
Il est clair qu'il m'est impossible d'avoir une pensée particulière sur le long terme : on l'a vu plus haut lorsque j'ai parlé d'une chanson qui me restait dans la tête !

Merci.

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Sun Mar 06, 2016 11:53 am

Bonjour Adrien

Pour résumer, en sachant que les questions excluent les cas de conditionnement mental :

Sais-tu à l'avance quelles pensées vont apparaître ?
je suis absolument incapable de prévoir mes prochaines pensées.
Peux-tu choisir à loisir de n'avoir que des pensées "positives" ?
je ne peux pas décider de n'avoir plus que des pensées positives jusqu'à la fin de ma vie...
Regarde si tu peux le faire ne serait-ce que jusqu'à la fin de la journée.

Peux-tu arrêter de penser à loisir ?
j'arrive à arrêter de penser à chaque fois que je le décide, mais pour une période limitée.
Ce n'est donc pas "à loisir" ? Reponds simplement s'il te plaît.

Peux-tu décider de ne plus avoir une pensée particulière ?
Il est clair qu'il m'est impossible d'avoir une pensée particulière sur le long terme
Avoir ou ne pas avoir...ça marche dans les deux cas... ;-)

As-tu réellement un contrôle sur les pensées ?
Si je cherche le moi, je vois que je n'arrive pas à le saisir. Selon le moment, je l'identifie à différentes choses : le corps, la conscience, les émotions, une sensation corporelle, un élan/pulsion/volonté, et (un peu plus mental) une histoire ou une personnalité.
Si l'on considère que le "moi" est le sujet, que dire du corps, émotions, sensations corporelles, élan/pulsion/volonté,
histoire, personnalité ?

Merci

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Sun Mar 06, 2016 1:51 pm

Regarde si tu peux le faire ne serait-ce que jusqu'à la fin de la journée.
Je ne peux pas décider de n'avoir que des pensées positives jusqu'à la fin de la journée, c'est déjà vérifié.
Peux-tu arrêter de penser à loisir ?
j'arrive à arrêter de penser à chaque fois que je le décide, mais pour une période limitée.
Ce n'est donc pas "à loisir" ? Reponds simplement s'il te plaît.
Peux-tu préciser ce qui fait pour toi qu'une réponse est "simple" ou "complexe" ? Je ne comprends pas bien ta demande.
Pour moi, "à loisir" voulait dire "quand je veux" mais pas forcément de façon illimitée. J'ai donc fait une précision pour montrer qu'il y avait une limite à ce contrôle (ce qui semblait être ce que tu souhaitais me montrer). Le sens de l'expression "à loisir" pouvant être légèrement flou, je ne pouvais pas répondre "oui" ou "non" sans risques d'incompréhension. J'ai donc essayé de clarifier ma réponse en décrivant précisément ce que je vivais. En définitive :
"Peux-tu arrêter de penser quand tu le veux ?"
- Oui
"Peux-tu arrêter de penser aussi longtemps que tu le veux ?"
- Non
Ou si tu préfères (sachant mon utilisation de cette expression) : "Peux-tu arrêter de penser à loisir ?"
- Oui
Peux-tu décider de ne plus avoir une pensée particulière ?
Il est clair qu'il m'est impossible d'avoir une pensée particulière sur le long terme
Avoir ou ne pas avoir...ça marche dans les deux cas... ;-)
Désolé mais j'ai fait une faute de formulation, je voulais dire : "Il est clair qu'il m'est impossible d'éviter une pensée particulière sur le long terme".
As-tu réellement un contrôle sur les pensées ?
Si je cherche le moi, je vois que je n'arrive pas à le saisir. Selon le moment, je l'identifie à différentes choses : le corps, la conscience, les émotions, une sensation corporelle, un élan/pulsion/volonté, et (un peu plus mental) une histoire ou une personnalité.
Si l'on considère que le "moi" est le sujet, que dire du corps, émotions, sensations corporelles, élan/pulsion/volonté,
histoire, personnalité ?
En ce moment, le moi est identifié à l'élan/pulsion/volonté. Donc, l'élan/pulsion/volonté semble être le sujet.
En observant plus longuement, l'état d'esprit évolue et il n'y a plus d'élan/pulsion/volonté. Le moi s'identifie alors à la conscience. La conscience ne peut être séparée des sens, et elle semble "délocalisée". Par exemple, il y a la conscience de sensations de picotement dans les mains, mais les mains semblent être aussi le moi, car les sensations "se regardent elles-mêmes". Je n'ai pas l'impression de séparation entre le corps et la conscience. La conscience est "incarnée" dans le corps et en semble inséparable. Le corps est aussi identifié comme le moi, comme faisant partie de la conscience. Je sais, cela ne semble pas logique, mais ce sont les mots qui ressortent quand j'essaie de traduire ce qui est vu dans l'expérience directe. Les émotions par contre semblent plutôt être dans le camp des objets. Il y a la conscience des sensations corporelles dans la poitrine, et puis il semble qu'il y ait un processus mental très subtil qui "interprète" ces sensations en termes d'émotion. Ce processus semble "inventer" l'émotion à partir des sensations, comme on "invente" une forme qu'on associe à un nuage. Regarder les sensations en tant que sensation semble me permettre de rester dans l'expérience directe et avoir une proximité importante avec la conscience. Regarder ces sensations en tant qu'émotion semble inclure le mental et initie des processus qui génèrent des "histoires" et une vision du monde qui se fait au travers du mental.
Pour ce qui est de l'histoire (différente des "histoires" mentionnées dans ma précédente phrase) ou de la personnalité, je ne peux pas en parler à partir de l'expérience directe car je ne les trouve pas : elles semblent être un pur produit du mental.

Il me semble que cette dernière question m'ait bien aidé à voir plus précisément ce qu'il se passe. Mais je sens que la vision peut encore être développée de manière plus profonde et plus précise.

Merci.

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Sun Mar 06, 2016 5:06 pm

L'expression "à loisir" n'était pas pertinente dans le cadre de ma question. Je voulais te demander : Peux-tu
arrêter de penser quand tu veux et aussi longtemps que tu le veux ?
Dans ce cas, une réponse simple est : non. ( tout au moins pour la durée de "non-pensée")
Il est clair qu'il m'est impossible d'éviter une pensée particulière sur le long terme".
Regarde aussi s'il est possible d'avoir à volonté une pensée particulière sur le long terme.
Les émotions par contre semblent plutôt être dans le camp des objets.
Oui, et qu'en est-il du corps, des sensations corporelles, de l'élan/pulsion/volonté, de l'histoire, de la personnalité ?
les sensations "se regardent elles-mêmes"
Les sensations sont vues mais se "regardent-elles elles-mêmes" ?
Il y a la conscience des sensations corporelles dans la poitrine, et puis il semble qu'il y ait un processus mental très subtil qui "interprète" ces sensations en termes d'émotion. Ce processus semble "inventer" l'émotion à partir des sensations, comme on "invente" une forme qu'on associe à un nuage. Regarder les sensations en tant que sensation semble me permettre de rester dans l'expérience directe et avoir une proximité importante avec la conscience. Regarder ces sensations en tant qu'émotion semble inclure le mental et initie des processus qui génèrent des "histoires" et une vision du monde qui se fait au travers du mental.
Oui.
En ce moment, le moi est identifié à l'élan/pulsion/volonté.
Tu es un élan ?

Merci

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Sun Mar 06, 2016 5:07 pm

Il y a conscience des sensations mais les sensations ont-elles conscience de quoi que ce soit ?

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Mon Mar 07, 2016 11:50 pm

Regarde aussi s'il est possible d'avoir à volonté une pensée particulière sur le long terme.
J'ai essayé de garder une pensée en tête pendant toute la journée et je n'y suis pas arrivé.
Les émotions par contre semblent plutôt être dans le camp des objets.
Oui, et qu'en est-il du corps, des sensations corporelles, de l'élan/pulsion/volonté, de l'histoire, de la personnalité ?
Le corps : après observation, il semble que le corps soit un objet, et j'irais plus loin en précisant que c'est un objet mental. Le corps n'est qu'un concept, et ne peut être observé directement en tant que tel. Seules les sensations corporelles et visuelles se présentent à la conscience, et le mental appose une étiquette à l'ensemble de certaines sensations. Il appelle cet ensemble "corps". Le corps n'est donc qu'une idée, et cette idée est un objet.

Il en va de me pour l'histoire et la personnalité qui ne peuvent être observées directement puisqu'elles ne sont que des constructions mentales.

Je reviens plus tard pour les sensations corporelles, la pulsion et pour les autres questions.

Merci.

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Sat Mar 12, 2016 3:12 pm

Bonjour Adrien

Comment ça va ?
Où en es-tu de l'observation des pensées ?

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Sat Mar 12, 2016 7:31 pm

Bonjour Sébastien,

je suis toujours en observation mais j'ai du mal à classer les sensations corporelles ainsi que la pulsion en tant qu'objet ou sujet. Par moment, je les vois plutôt dans un camp alors que plus tard je les verrai dans l'autre. À d'autres moments c'est plus flou : aucun camp ne se dessine vraiment, et je les vois comme sujet ou comme objet selon mon choix.

La pulsion est plus difficile à observer, car le simple fait de se mettre en observation a tendance à l'atténuer fortement, voir à la faire disparaître. j'ai tout de même pu observer que la pulsion était toujours précédée par des sensations corporelles/émotions.

Tant que j'y suis, je te dis aussi où j'en suis pour la conscience des sensations. À certains moments, j'aurais tendance à dire "il y a une conscience qui a conscience des sensations". Dans ce cas, les sensations sont plutôt classées comme objets, et j'ai l'impression que la conscience est localisée (plutôt dans la tête).
À d'autres moments, je ne fais plus la différence entre conscience et sensations, j'ai la sensation que la conscience n'est plus localisée et qu'en fait c'est chaque sensation qui a conscience d'elle-même.

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Wed Mar 16, 2016 11:05 pm

Bonjour Sébastien,

voici où j'en suis arrivé :

- Il semble que je sois bel et bien un élan (ou plutôt des élans) ! Bon, je sais que ça n'est pas "la bonne réponse", mais c'est la conclusion à laquelle j'arrive si je regarde en laissant de côté mes connaissances et en observant de façon la plus ouverte possible. L'élan est presque toujours accompagné (et même précédé) par des émotions, mais je ne suis pas ces émotions. En fait, ce que je suis (l'élan) émerge à la suite d'émotions, qui elles-mêmes surgissent suite à des conditionnements extérieurs.

- Lorsque j'avais l'impression qu'il n'y avait pas d'élan et que je pensais être la conscience, il se trouve qu'il y avait bel et bien un élan, mais beaucoup plus subtil. C'était l'élan d'observer, de prendre conscience des choses. Cet élan était plus difficile à détecter car il n'était pas accompagné par des émotions ou des sensations et n'avait donc pas de "support indicateur".

- Il y a une pratique que j'utilise régulièrement depuis des années et qui me semble pratique et bénéfique à utiliser lors des activités quotidiennes simples (comme aller chercher des feuilles à l'imprimante par exemple). Cette pratique consiste à observer la vie se dérouler à travers mon corps et mon esprit, en lâchant les commandes. J'ai réalisé aujourd'hui que lors de cette pratique, je suis l'élan d'observation qui se trouve être aussi un élan de non action.

- Je remarque qu'il y a une tendance à vouloir être moins souvent un élan d'action et plus souvent un élan d'observation.

Merci,

Adrien

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Tue Mar 22, 2016 11:31 am

Bonjour Adrien

Je te propose de te concentrer d'abord sur les pensées :

Tu as dis que tu es absolument incapable de prévoir tes prochaines pensées.
"Il est clair qu'il m'est impossible de ne plus avoir une pensée particulière."
"J'ai essayé de garder une pensée en tête pendant toute la journée et je n'y suis pas arrivé."
Tu peux arrêter de penser mais pas aussi longtemps que tu le veux.

Peux-tu exercer un contrôle sur la pensée ?

Qu'est-ce qui te paraît le plus juste : "Je ne contrôle pas ma pensée " ou
"il n'y a pas de "moi" pour contrôler la pensée" ?

Merci

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Thu Mar 31, 2016 11:12 am

Bonjour Sébastien.

Désolé j'ai raté ton message, je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais je n'ai pas eu d'avertissement par mail comme d'habitude...

Je vais reprendre tes questions et y répondre après observation.

Par ailleurs, je suis un peu entre deux eaux face à nos échanges. J'ai plusieurs fois hésité à te faire part de mon ressenti ou d'y mettre fin, mais j'ai toujours fini par insister afin d'attendre le moment où il sera clair que ça ne me convient plus. Et ça a souvent été avec raison : en continuant à explorer, j'ai pu découvrir de nouvelles choses dont je n'avais pas bien conscience avant, même si elles semblent ne pas toujours aller dans "la bonne direction".

En fait, il y a deux choses qui me font réagir, et elles sont liées :
- je me sens insatisfait par certaines questions, car j'ai l'impression qu'elle serait plus adaptée si elles étaient plus ouvertes. J'ai parfois l'impression que leur formulation peuvent me forcer à aller dans une direction que je ne ressens pas vraiment. Par exemple sur ton dernier message : "Qu'est-ce qui parait le plus juste : ceci ou cela ?". Je me sens bloqué, car si je devais m'exprimer librement, ça ne serait pas en ces termes. Et j'ai l'impression de parfois te sentir frustré de mes réponses, qui "jouent le jeu" en choisissant une de tes propositions, mais qui invalident aussitôt cette réponse en nuançant la réponse (car elle n'est pas ressentie telle qu'elle et a besoin de précisions pour être au plus juste selon mon observation).
- j'ai aussi l'impression que tu es parfois agacé ou insatisfait de mes réponses. J'ai l'impression que tu penses que j'essaie de fuir quelque chose (lorsque j'essaie en réalité de coller au plus près de mon observation). Par exemple, dans ton dernier message, tu fais une sélection de certaines phrases que j'ai écrites, et j'ai l'impression que tu essaie de me pousser à aller dans le sens de ces phrases. Un peu comme si elles servaient de "preuves" de ce que j'ai déjà observé, et que tout ce qui n'irai pas dans le même sens serait un déni de cela (et donc une sorte de fuite). J'ai donc l'impression que tu me pousses à une certaine cohérence logique alors que de mon côté, mes observation m'emmènent parfois dans des chemins différents et qui se contredisent parfois.

En même temps, je comprends bien que ta démarche est de partager ce que tu as pu vivre, et de permettre à d'autres de découvrir les mêmes choses. Je pense qu'il y a un vrai élan généreux de ta part : ça te prend du temps et de l'énergie que tu n'es probablement prêt à dépenser que pour des personnes sincères et investies. Si tu as l'impression qu'un participant ne joue pas vraiment le jeu et que ça n'avance pas, ça peut être frustrant. De mon point de vue, ça n'est pas le cas, même si certaines de mes réponses ont pu être colorées de ma frustration de la formulation de tes questions (et parfois l'impression d'un agacement de ta part). Peut-être que nos façons respectives de fonctionner ne sont pas tout à fait compatible, peut-être que cela sera bloquant ou peut-être encore que cela ne nous empêchera pas d'avancer malgré quelques frictions de fonctionnement.

En bref, de mon côté, j'essaie de privilégier l'authenticité de l'observation, et je nuance souvent mes réponses pour coller au plus prêt de ce que je vois. Le processus a été très productif au début, et a semblé moins satisfaisant par la suite, mais de nouvelles déouvertes régulières me poussent à continuer. Je ne suis pas sûr de la compatibilité de nos approches, mais nos échangent continuent à m'apporter des choses, et cela suffit donc à me motiver à continuer. Lorsque j'aurais l'impression que les résultats obtenus me semblent vraiment trop faible par rapport à nos investissements respectifs, je t'en ferai part et mettrai fin à la discussion. En attendant, je suis tout à fait ouvert à une autre perspective de ta part, ainsi qu'au fait que tu puisse toi aussi y mettre fin de ton côté (ce que je comprendrais tout à fait le cas échéant). J'aimerais qu'on soit tous les deux content de cet échange (et qu'on arrête si l'un de nous considère que ça ne va plus).

Je te laisse réagir si tu le souhaites, et en attendant, je reviens sur ton dernier message afin d'observer.

Merci pour ton investissement et je te fais un calin virtuel !

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Fri Apr 01, 2016 9:40 pm

Bonsoir Adrien,

Je ne ressens pas d'agacement ou de frustration. Il n'y a pas d'attente quant à l'issue de notre partage.
Si tu es disposé à poursuivre l'investigation, je le suis aussi.
Amitiés

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Sat Apr 09, 2016 2:58 pm

Observer les pensées est difficile, car lorsque je me mets en position d'observation, les pensées ne se forment plus vraiment. Du coup, pour répondre à tes questions, je me suis basé sur une observation a posteriori : après que les pensées ont pris le dessus sur l'observation, lorsque je m'en suis rendu compte, je les ai observées.
Tu as dis que tu es absolument incapable de prévoir tes prochaines pensées.
"Il est clair qu'il m'est impossible de ne plus avoir une pensée particulière."
"J'ai essayé de garder une pensée en tête pendant toute la journée et je n'y suis pas arrivé."
Tu peux arrêter de penser mais pas aussi longtemps que tu le veux.

Peux-tu exercer un contrôle sur la pensée ?
J'ai un certain contrôle sur mes pensées, bien qu'il ne soit pas total. En regardant bien, j'ai l'impression que mes pensées sont fortement conditionnées par mon histoire, les événements passés et les événements présents. Souvent, je n'en ai pas vraiment conscience, et j'ai l'impression que mon contrôle sur mes pensées est supérieur à ce qu'il est. Lorsque je suis en observation, j'ai finalement l'impression que mes pensées sont très majoritairement le résultat de conditionnements, et que mon contrôle se limite à les faire pencher un peu plus d'un côté que d'un autre.
Qu'est-ce qui te paraît le plus juste : "Je ne contrôle pas ma pensée " ou
"il n'y a pas de "moi" pour contrôler la pensée" ?
Si je devais choisir entre ces deux phrases, la première est celle qui se rapproche le plus de mon impression. Mais avec une plus grande liberté d'expression, je dirais : "je ne contrôle pas autant ma pensée que j'en ai l'impression".

Merci.

ps : mon rythme de réponse continuera à être altéré jusqu'à la fin de semaine prochaine, car je suis en vacances, ce qui a tendance à me distraire (et les fréquents déplacements n'arrangent pas les choses).


Return to “Français”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest