Se libérer du stress et de l'inaction

Moderators: Chronophonix, Freddi

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Thu Feb 11, 2016 12:09 am

Une résistance indiquerait une possibilité retenue. Je me confronte plutôt à une impossibilité de répondre selon la méthode proposée telle que je l'ai (probablement mal) comprise. Mais je crois deviner maintenant que je peux introduire "un peu plus de mental" dans mes réponses. C'est bien cela ?

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Thu Feb 11, 2016 11:08 am

Bonjour Adrien

Ce qu'il t'est demandé ici c'est le regard. Le simple regard dans ce qui est observable, vivant dans l'instant.
N'accepte aucune pensée en guise de réponse. Sinon on tourne en boucles dans la "mentalisation" de l'enquête qui ne devient qu'une sorte de débat stérile.
Après, il faut bien communiquer, se comprendre et il n'y a pas de mal à ce que le mental soit utilisé, et il l'est...
Cependant avant de tenter de comprendre, peux-tu regarder spontanément, avec un regard neuf, dégagé de la tentation de maîtriser intellectuellement et répondre avec des mots simples de ce qui est observé.

J'avais alors l'impression que la notion d'observateur était purement mentale, et que si je n'avais pas eu cette habitude de voir les choses ainsi, j'aurais tout aussi bien pu croire que le son s'entendait lui-même.
Oui, "observateur" est une étiquette mentale. Le "moi" qui est censé voir est-il aussi une étiquette mentale ?
Mais un son perçu peut-il être en même temps percevant ?


Prends bien le temps de regarder en laissant ce que racontent les pensées de côté.
Peux-tu voir une ligne de séparation entre l'observateur et l'observé ?
L'espace entre l'observateur et l'observé est-il observateur ou observé ?
Et les autres objets ?
Tes mains sont-elles observatrices ou observées ?
Le bout de ton nez est-il observateur ou observé ?
Où est cet observateur, est-il possible d'en faire l'expérience ?
Quand une pensée commente "Adrien regarde l'ordinateur", que donne l'actualité de l'expérience ?
L'expérience directe donne-t-elle deux "objets" ou un seul mouvement ?
Aujourd'hui aussi j'ai utilisé ton exercice, mais il me semble plus facile à appliquer avec les sons qu'avec les images.
Très bien. Utiliser également les autres sens.
Est-ce "moi" qui entend ? goûte ? sent ? ressent ?
Est-ce un "moi" qui perçoit ?
Partage s'il te plaît.

Est-il vraiment possible de sortir de l'expérience directe ?
Adrien2345 a écrit:
Ces sensations sont évolutives (la tension peut s'intensifier ou se relâcher un peu, ou encore changer légèrement de localisation). Cependant, elles sont perçues à chaque fois qu'elles sont cherchées.

Ces sensations sont-elles omniprésentes ?
La recherche de ces sensations est-elle omniprésente ?

Merci

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Thu Feb 11, 2016 11:16 am

Encore une fois, cette question implique l'intervention du mental. Quelque chose est omniprésent s'il est constant dans le temps. Mais dans l'expérience directe, il n'y a pas de temps, il y a simplement l'expérience. Dans l'expérience directe, il n'y a pas de réponse à cette question, si ce n'est que ces sensations sont observées.
Oui. Et même "sensations" et "observer" ne signifient rien dans l'expérience directe, certes.
Peut-on tout de même continuer ?

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Sun Feb 14, 2016 4:18 pm

Bonjour Sébastien.

Je suis en période de vacances et ai mal prévu le déroulement de nos échanges en parallèle de mes activités. Je suis désolé de ne pas avoir t'avoir averti que je ne tiendrai probablement pas le rythme sur lequel je m'étais engagé. Je pense reprendre un rythme "normal" à partir de jeudi, mais n'abandonne pas nos échanges d'ici là. Par ailleurs, je crois, et dis-moi si mon approche est correcte, que je vais me permettre plus souvent de remettre mes réponses à plus tard (je mettrai un message pour dire régulièrement que je suis toujours en observation). Certaines questions semblent me demander plusieurs jours d'observation avant de pouvoir répondre, même si la réponse est incomplète. J'ai pris le "un message par jour" comme "une réponse par jour", et je me suis parfois imposé de répondre sans forcément être satisfait de ma recherche ni de ma réponse. J'essaierai de ne pas non plus mettre trop de temps à répondre à cause d'une trop grande exigence, et de trouver le juste équilibre entre le dynamisme de nos échanges et la justesse de mes réponses.
Oui. Et même "sensations" et "observer" ne signifient rien dans l'expérience directe, certes.
Peut-on tout de même continuer ?
Oui ! Je suis content d'avoir exprimé mon désarroi, car tes réactions m'ont permis de comprendre plus clairement l'attitude à adopter.

Je vais reprendre tes derniers messages et reviendrai plus tard avec mes réponses.

Merci pour tout encore une fois (et même si je n'en ai pas parlé, sache que nos échanges m'ont déjà beaucoup apporté et que je sens que les choses "avancent").

Bon dimanche !

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Sun Feb 14, 2016 4:43 pm

Entendu Adrien.
C'est très bien.
Merci

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Mon Feb 15, 2016 8:17 pm

Oui, "observateur" est une étiquette mentale. Le "moi" qui est censé voir est-il aussi une étiquette mentale ?
Mais un son perçu peut-il être en même temps percevant ?
Le moi qui est censé voir est expérimenté comme une étiquette mentale crue.
On ne peut pas identifier ce qui perçoit le son. On peut seulement remarquer qu'il y a perception.

Peux-tu voir une ligne de séparation entre l'observateur et l'observé ?
L'espace entre l'observateur et l'observé est-il observateur ou observé ?
Et les autres objets ?
Tes mains sont-elles observatrices ou observées ?
Le bout de ton nez est-il observateur ou observé ?
Où est cet observateur, est-il possible d'en faire l'expérience ?
Quand une pensée commente "Adrien regarde l'ordinateur", que donne l'actualité de l'expérience ?
L'expérience directe donne-t-elle deux "objets" ou un seul mouvement ?
La ligne de séparation entre l'observateur et l'observée est une pensée crue. Dans l'expérience directe, il n'y a que perception. Pas de sujet, que des objets. Tout est observé : les mains, l'idée d'un observateur, le bout du nez, les pensées. On peut faire l'expérience de l'observation, mais pas de l'observateur qui n'est qu'induit (par des pensées crues). L'expérience directe semble donner une multitude d'objets (différents sons, différentes images, différentes sensations).
Est-ce "moi" qui entend ? goûte ? sent ? ressent ?
Est-ce un "moi" qui perçoit ?
Quelle que soit la porte sensorielle utilisée, ce qui est perçu est perçu. On ne peut pas identifier clairement "ce" qui perçoit. La perception est simplement un phénomène qui se produit.
Est-il vraiment possible de sortir de l'expérience directe ?
Probablement pas complètement. Mais l'attention peut se porter sur le contenu de pensées crues, comme elle peut se porter sur la perception directe.
Ces sensations sont-elles omniprésentes ?
La recherche de ces sensations est-elle omniprésente ?
La recherche des sensations de tension n'est pas omniprésente. Ces sensations ne semblent pas non plus être omniprésentes : elles ne sont plus perçues lorsque l'attention est intensément orientée vers autre chose.

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Fri Feb 19, 2016 1:12 pm

Bonjour Adrien

Merci pour ta patience.
Le moi qui est censé voir est expérimenté comme une étiquette mentale crue.
Oui !
On ne peut pas identifier ce qui perçoit le son. On peut seulement remarquer qu'il y a perception.
Tout à fait.
La ligne de séparation entre l'observateur et l'observée est une pensée crue. Dans l'expérience directe, il n'y a que perception. Pas de sujet, que des objets. Tout est observé : les mains, l'idée d'un observateur, le bout du nez, les pensées. On peut faire l'expérience de l'observation, mais pas de l'observateur qui n'est qu'induit (par des pensées crues). L'expérience directe semble donner une multitude d'objets (différents sons, différentes images, différentes sensations).
Parfaitement.
Quelle que soit la porte sensorielle utilisée, ce qui est perçu est perçu. On ne peut pas identifier clairement "ce" qui perçoit. La perception est simplement un phénomène qui se produit.
A l'inverse de ce qui est perçu, ce qui perçois n'est pas un objet de perception...
Probablement pas complètement. Mais l'attention peut se porter sur le contenu de pensées crues, comme elle peut se porter sur la perception directe.
Lorsque l'attention se porte sur les pensées, ça fait aussi partie de l'expérience directe.
Vois-tu quelqu'un qui serait susceptible de sortir de l'expérience directe ?
Une "étiquette mentale crue" peut-elle faire une chose pareille ou quoi que ce soit d'autre d'ailleurs ?
De sortir de quoi exactement et pour aller où ?
Y-a-t-il une alternative à ce qui est maintenant ?
La recherche des sensations de tension n'est pas omniprésente. Ces sensations ne semblent pas non plus être omniprésentes : elles ne sont plus perçues lorsque l'attention est intensément orientée vers autre chose.
Ces sensations signent-elles la présence d'un "moi" qui serait intermittent puisqu'elles le sont ?
N'est-ce pas une pensée de plus ?

Merci

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Sat Feb 20, 2016 2:00 am

Lorsque l'attention se porte sur les pensées, ça fait aussi partie de l'expérience directe.
Cela ne dépend-il pas de la façon dont l'attention se porte sur les pensées ? Elle peut :
- prendre conscience des pensées en tant que pensées, sans "y entrer" (expérience directe)
- "aller avec" les pensées (activité mentale)

Lors de l'activité mentale, l'attention est moins sensible à l'apparition et la disparition des pensées, ainsi qu'aux perceptions passant par les autres sens.

Vois-tu quelqu'un qui serait susceptible de sortir de l'expérience directe ?
Une "étiquette mentale crue" peut-elle faire une chose pareille ou quoi que ce soit d'autre d'ailleurs ?
De sortir de quoi exactement et pour aller où ?
Y-a-t-il une alternative à ce qui est maintenant ?
Tu sembles indiquer qu'il n'y a rien d'autre que l'expérience directe. Pourquoi cette expression alors ? J'ai l'impression que tu veux me montrer qu'on peut regarder cela de deux façons :
- d'un certain point de vue, on peut se trouver dans l'expérience directe ou dans le mental
- d'un point de vue plus profond, on peut dire que le mental fait ultimement partie de l'expérience directe lui-aussi

Alors oui, effectivement on peut dire d'un certain point de vue qu'on se trouve toujours dans l'expérience directe. Mais cela n'est pas toujours reconnu. Lorsque les pensées sont crues, on n'a pas conscience d'être dans l'expérience directe, même si on y est quand même.
Ces sensations signent-elles la présence d'un "moi" qui serait intermittent puisqu'elles le sont ?
Je ne suis pas d'accord avec le raisonnement suggéré. Ce n'est pas parce que la perception d'une chose est intermittente que cela signifie que cette chose elle-même existe par intermittence.
Sinon je ne peux pas répondre définitivement à cette question, car sur un certain plan, il y a des pensées crues qui indiquent que ces sensations indiquent la présence d'un moi, même sur un autre plan encore, d'autres pensées crues indiquent qu'il n'y a pas de moi.
N'est-ce pas une pensée de plus ?
Des pensées de croyance au moi sont vues, mais il n'y a pas de conviction que le moi ne se résume qu'à ces pensées. il reste des pensées crues à propos de sensations qui feraient partie du moi ou qui indiqueraient la présence d'un moi.

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Sat Feb 20, 2016 2:00 am

Lorsque l'attention se porte sur les pensées, ça fait aussi partie de l'expérience directe.
Cela ne dépend-il pas de la façon dont l'attention se porte sur les pensées ? Elle peut :
- prendre conscience des pensées en tant que pensées, sans "y entrer" (expérience directe)
- "aller avec" les pensées (activité mentale)

Lors de l'activité mentale, l'attention est moins sensible à l'apparition et la disparition des pensées, ainsi qu'aux perceptions passant par les autres sens.

Vois-tu quelqu'un qui serait susceptible de sortir de l'expérience directe ?
Une "étiquette mentale crue" peut-elle faire une chose pareille ou quoi que ce soit d'autre d'ailleurs ?
De sortir de quoi exactement et pour aller où ?
Y-a-t-il une alternative à ce qui est maintenant ?
Tu sembles indiquer qu'il n'y a rien d'autre que l'expérience directe. Pourquoi cette expression alors ? J'ai l'impression que tu veux me montrer qu'on peut regarder cela de deux façons :
- d'un certain point de vue, on peut se trouver dans l'expérience directe ou dans le mental
- d'un point de vue plus profond, on peut dire que le mental fait ultimement partie de l'expérience directe lui-aussi

Alors oui, effectivement on peut dire d'un certain point de vue qu'on se trouve toujours dans l'expérience directe. Mais cela n'est pas toujours reconnu. Lorsque les pensées sont crues, on n'a pas conscience d'être dans l'expérience directe, même si on y est quand même.
Ces sensations signent-elles la présence d'un "moi" qui serait intermittent puisqu'elles le sont ?
Je ne suis pas d'accord avec le raisonnement suggéré. Ce n'est pas parce que la perception d'une chose est intermittente que cela signifie que cette chose elle-même existe par intermittence.
Sinon je ne peux pas répondre définitivement à cette question, car sur un certain plan, il y a des pensées crues qui indiquent que ces sensations indiquent la présence d'un moi, même sur un autre plan encore, d'autres pensées crues indiquent qu'il n'y a pas de moi.
N'est-ce pas une pensée de plus ?
Des pensées de croyance au moi sont vues, mais il n'y a pas de conviction que le moi ne se résume qu'à ces pensées. il reste des pensées crues à propos de sensations qui feraient partie du moi ou qui indiqueraient la présence d'un moi.

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Sat Feb 20, 2016 11:27 am

Cela ne dépend-il pas de la façon dont l'attention se porte sur les pensées ? Elle peut :
- prendre conscience des pensées en tant que pensées, sans "y entrer" (expérience directe)
- "aller avec" les pensées (activité mentale)
Oui. L'apparition des pensées fait partie du "paysage" au même titre que les perceptions sensorielles, les sensations, les émotions. C'est ce qui est. On peut en faire l'expérience directe ici et maintenant.
Le fait d'embarquer avec les pensées est un voyage dans ce qui n'est pas. On ne peut faire l'expérience directe du sens porté par leur contenu. C'est comme une sorte d'hypnose qui conduit à la projection mentale, à de l'imaginaire.
Lors de l'activité mentale, l'attention est moins sensible à l'apparition et la disparition des pensées, ainsi qu'aux perceptions passant par les autres sens.
Au cours de l'activité mentale, l'attention est braquée sur les pensées tout en ignorant les perceptions sensorielles.
Elle ne peut être focalisée en même temps sur les pensées et sur les perceptions sensorielles.
C'est pour cela que revenir à ce qui est, ici et maintenant passe par le "retour" aux sensations, au corps...
- d'un certain point de vue, on peut se trouver dans l'expérience directe ou dans le mental
- d'un point de vue plus profond, on peut dire que le mental fait ultimement partie de l'expérience directe lui-aussi

Alors oui, effectivement on peut dire d'un certain point de vue qu'on se trouve toujours dans l'expérience directe. Mais cela n'est pas toujours reconnu. Lorsque les pensées sont crues, on n'a pas conscience d'être dans l'expérience directe, même si on y est quand même.
Oui.
Vois-tu quelqu'un qui serait susceptible de sortir de l'expérience directe ?
Une "étiquette mentale crue" peut-elle faire une chose pareille ou quoi que ce soit d'autre d'ailleurs ?
De sortir de quoi exactement et pour aller où ?
Y-a-t-il une alternative à ce qui est maintenant ?
Je ne suis pas d'accord avec le raisonnement suggéré.
OK
Ce n'est pas parce que la perception d'une chose est intermittente que cela signifie que cette chose elle-même existe par intermittence.
Ce n'est pas parce que des sensations dans la poitrine et la tête donnent l'impression d'un "moi" que celui-ci existe.
De quelle chose parle-t-on ? As-tu trouvé un "moi" dans le corps ou seulement une impression de "moi"?
Sinon je ne peux pas répondre définitivement à cette question, car sur un certain plan, il y a des pensées crues qui indiquent que ces sensations indiquent la présence d'un moi, même sur un autre plan encore, d'autres pensées crues indiquent qu'il n'y a pas de moi.
Ces pensées crues à propos de la présence d'un "moi" sont-elles vraies ? Regarde dans l'expérience directe car il ne s'agit pas de croire mais de voir.
Des pensées de croyance au moi sont vues, mais il n'y a pas de conviction que le moi ne se résume qu'à ces pensées. il reste des pensées crues à propos de sensations qui feraient partie du moi ou qui indiqueraient la présence d'un moi.
D'après ce qui est dit, le "moi" ne se résume pas qu'a des pensées, mais aussi à ...des pensées crues.
Est-ce à dire que le "moi" n'existe que dans la pensée ?
Pourquoi utiliser le conditionnel ?
Ces sensations sont-elles radicalement différentes d'autres sensations corporelles ?
La sensation d'une caresse sur le bras indique-t-elle la présence d'un "moi" ?
Une sensation de ballonnement après un repas excessif ?
Une rage de dents ?

Merci

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Sat Feb 20, 2016 8:25 pm

Ce n'est pas parce que des sensations dans la poitrine et la tête donnent l'impression d'un "moi" que celui-ci existe.
De quelle chose parle-t-on ? As-tu trouvé un "moi" dans le corps ou seulement une impression de "moi"?
D'accord avec la première phrase. Seule une impression de moi a été trouvée.
Ces pensées crues à propos de la présence d'un "moi" sont-elles vraies ? Regarde dans l'expérience directe car il ne s'agit pas de croire mais de voir.
Il y a des pensées crues à propos de la présence d'un moi, et des pensées crues à propos de son absence. L'expérience directe ne me permet pas de départager.
Si j'ai une pensée crue qui dit que mon téléphone est sur la table, il est très facile d'éliminer cette croyance en regardant la table sans y voir le téléphone.
Pourtant, ne pas trouver de moi lors de l'observation n'a pas le même effet : les pensées crues à propos de l'existence du moi ne disparaissent pas. Le problème est que quelque chose est perçu (l'impression de moi), mais n'est pas bien observé. Cette chose semble être insaisissable, mais être responsable d'une manière ou d'une autre de certaines sensations et de certaines pensées. Cette chose (l'impression de moi) est parfois identifiée à certaines sensations, parfois à certaines pensées (même non verbalisées).
Pour être plus précis : lors de la recherche du moi, il y a une pensée crue qui dit qu'il y a une impression de moi. Pour le moment, la seule façon de faire disparaître cette pensée crue pour moi, est d'arrêter de chercher le moi. Cette pensée me pousse à chercher l'origine de cette impression. L'attention se porte alors sur certaines sensations ou certaines pensées. La recherche reste insatisfaisante, car l'impression de moi est attribué à ces sensations et pensées sans que le moi ne soit réellement trouvé.

C'est comme si en cherchant mon téléphone, je ne pouvais pas regarder directement la table, mais que je pouvais la sentir vibrer légèrement. Je me dis alors que la vibration indique la présence du téléphone (qui est en train de sonner sur le mode vibreur). Lorsque la vibration s'arrête, je me dit que le téléphone est toujours sur la table, même si je ne peux pas le voir ni le sentir.

Bref, au final, il me semble que je dois continuer à clarifier la nature de l'impression de moi. Il me semble que la "forme et la couleur" (je parle en image) de l'impression de moi est encore vague, et que c'est cette confusion qui permet beaucoup d'interprétations.
D'après ce qui est dit, le "moi" ne se résume pas qu'a des pensées, mais aussi à ...des pensées crues.
Est-ce à dire que le "moi" n'existe que dans la pensée ?
Je ne peux pas parler du moi qui n'a pas été observé. L'impression de moi est actuellement une combinaison de deux choses :
- une sensation dans la poitrine
- une pensée crue qui indique que cette sensation indique la présence d'un moi
Il reste des pensées crues à propos de sensations qui feraient partie du moi ou qui indiqueraient la présence d'un moi.
Pourquoi utiliser le conditionnel ?
J'utilise le conditionnel pour montrer ce qu'indique ces pensées crues, en reconnaissant toutefois qu'elles peuvent se tromper.
Ces sensations sont-elles radicalement différentes d'autres sensations corporelles ?
La sensation d'une caresse sur le bras indique-t-elle la présence d'un "moi" ?
Une sensation de ballonnement après un repas excessif ?
Une rage de dents ?
Il y a une pensée crue qui indique que ces sensations ont quelque chose de différent, mais il est difficile de mettre le doigt dessus. Une différence évidente (mais non intrinsèque à la sensation) : ces sensations servent de support à la croyance au moi. Mais pourquoi ces sensations servent plus que les autres de support ?
Les autres sensations mentionnées n'indiquent pas la présence de moi. Cependant, les sensations intenses comme la rage de dent renforcent les pensées crues à propos du moi. La différence avec les sensations liées à une impression de moi est que les sensations dans la poitrine ou dans la tête sont crues comme étant "directement connectées" au moi, tandis qu'une sensation douloureuse est vue comme subie par le moi, mais extérieure à lui.

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Sun Feb 21, 2016 1:01 am

Bonsoir Adrien

Peux-tu répondre à ces questions s'il te plaît ?
Qui serait susceptible de sortir de l'expérience directe ?
Une "étiquette mentale crue" peut-elle faire une chose pareille ou quoi que ce soit d'autre d'ailleurs ?
De sortir de quoi exactement et pour aller où ?
Y-a-t-il une alternative à ce qui est maintenant ?
Il y a des pensées crues à propos de la présence d'un moi, et des pensées crues à propos de son absence.
Est-il possible de les laisser de côté pour un moment et de regarder encore et encore dans l'expérience directe
si un "moi" est trouvé ou non ?
Si j'ai une pensée crue qui dit que mon téléphone est sur la table, il est très facile d'éliminer cette croyance en regardant la table sans y voir le téléphone.
Il ne s'agit pas d'éliminer la pensée crue qui parle d'un "moi", mais de vérifier dans l'expérience directe (donc en n'acceptant aucune pensée en guise de réponse) si ce "moi" est trouvé, observé ici et maintenant
dans ce qui est vivant.
Pour être plus précis : lors de la recherche du moi, il y a une pensée crue qui dit qu'il y a une impression de moi.
Peut-on dire que l'impression de "moi" appartient seulement au monde de la pensée ?
La recherche reste insatisfaisante, car l'impression de moi est attribué à ces sensations et pensées sans que le moi ne soit réellement trouvé.
OK. Le "moi" n'est pas trouvé mais une pensée dit qu'il y a une impression de "moi".
Cette pensée n'est-elle pas comme nous l'avons vu ensemble une simple projection mentale ?
Elle parle d'une impression, peut-tu la voir, l'entendre, la palper ? Cette impression correspond-elle à quelque chose de vérifiable ici et maintenant ?
N'est-ce pas seulement une imagination ?

Peut-être peux-tu également observer une image un peu floue du corps ou du visage qui apparaît
lorsque le "moi" est évoqué ?
N'est-ce pas aussi seulement une imagination ?

Quant aux sensations, peux-tu m'en décrire une (avec des mots les plus simples possible)qui indique la présence de "moi" et une autre qui ne l'indique pas ?
J'utilise le conditionnel pour montrer ce qu'indique ces pensées crues, en reconnaissant toutefois qu'elles peuvent se tromper.
L'emploi du conditionnel n'indique-t-il pas une supposition, une hypothèse ?
La différence avec les sensations liées à une impression de moi est que les sensations dans la poitrine ou dans la tête sont crues comme étant "directement connectées" au moi, tandis qu'une sensation douloureuse est vue comme subie par le moi, mais extérieure à lui.
Il va falloir vérifier tout ça à l'aide du ressenti et non des pensées...Ne pas comprendre mais ressentir.

Merci

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Mon Feb 22, 2016 12:00 am

Toujours là.

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Mon Feb 22, 2016 11:46 pm

Qui serait susceptible de sortir de l'expérience directe ?
Une "étiquette mentale crue" peut-elle faire une chose pareille ou quoi que ce soit d'autre d'ailleurs ?
De sortir de quoi exactement et pour aller où ?
Y-a-t-il une alternative à ce qui est maintenant ?
Personne ne peut complètement sortir de l'expérience directe, mais tout le monde peut en diminuer l'expérience.
Lorsque l'attention embrasse les pensées crues, alors c'est le cas.
"Sortir" (façon de parler) de l'expérience directe veut dire diminuer la conscience des sens pour augmenter la conscience du sens porté par les pensées (que tu appelles leur contenu).
Il n'y a pas d'alternative à ce qui est maintenant, mais on peut l'expérimenter de différentes façons.
Il y a des pensées crues à propos de la présence d'un moi, et des pensées crues à propos de son absence.
Est-il possible de les laisser de côté pour un moment et de regarder encore et encore dans l'expérience directe
si un "moi" est trouvé ou non ?
C'est difficile. Je n'arrive pas à être à la fois dans l'expérience directe et chercher la présence d'un moi. Mais je vais essayer tout de même en faisant abstraction des pensées crues que cela génère.

Peut-on dire que l'impression de "moi" appartient seulement au monde de la pensée ?
Je ne sais pas, car l'impression de moi n'a pas été vue clairement.

OK. Le "moi" n'est pas trouvé mais une pensée dit qu'il y a une impression de "moi".
Cette pensée n'est-elle pas comme nous l'avons vu ensemble une simple projection mentale ?
Il n'est pas clair pour moi ce qu'est une projection mentale. Lorsque je regarde la table, il y a une pensée crue qui dit "il y a une table". D'une certaine façon, reconnaître et nommer la table se fait au travers du mental. Peut-on dire dans ce cas que c'est une projection mentale ?
Elle parle d'une impression, peut-tu la voir, l'entendre, la palper ? Cette impression correspond-elle à quelque chose de vérifiable ici et maintenant ?
N'est-ce pas seulement une imagination ?
Cette impression n'est pas vue, ni entendue, mais ressentie. Le ressenti n'est pas clair, car il se fait au travers de certaines sensations (dont on a déjà parlé), qui semblent avoir une certaine qualité pour laquelle je n'ai pas de mot pour l'exprimer.
Peut-être peux-tu également observer une image un peu floue du corps ou du visage qui apparaît
lorsque le "moi" est évoqué ?
N'est-ce pas aussi seulement une imagination ?
Je ne perçois pas d'image (ni nette, ni floue) du corps ou du visage lorsque le moi est évoqué.
Quant aux sensations, peux-tu m'en décrire une (avec des mots les plus simples possible)qui indique la présence de "moi" et une autre qui ne l'indique pas ?
Une sensation de stress dans la poitrine indique la présence de moi. Une sensation de chaleur dans la jambe de l'indique pas.
J'utilise le conditionnel pour montrer ce qu'indique ces pensées crues, en reconnaissant toutefois qu'elles peuvent se tromper.
L'emploi du conditionnel n'indique-t-il pas une supposition, une hypothèse ?
Oui tout à fait, c'est ce que je voulais dire par ma réponse que tu viens de citer.
La différence avec les sensations liées à une impression de moi est que les sensations dans la poitrine ou dans la tête sont crues comme étant "directement connectées" au moi, tandis qu'une sensation douloureuse est vue comme subie par le moi, mais extérieure à lui.
Il va falloir vérifier tout ça à l'aide du ressenti et non des pensées...Ne pas comprendre mais ressentir.
En ce moment, ce sont les sensations dans la poitrine qui tendent à prendre le dessus lorsqu'il y a recherche du moi. Lorsque l'attention part à la recherche du moi, c'est sur ces sensations qu'elle retombe. Finalement, ces sensations semblent bien être différentes des autres, mais je n'ai pas de mots pour décrire en quoi. Aujourd'hui, je les qualifierais plus de sensations de pression que de tension. L'impression de moi semble provenir de ces sensations.

Merci.

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Wed Feb 24, 2016 9:31 am

Bonjour Adrien
Personne ne peut complètement sortir de l'expérience directe, mais tout le monde peut en diminuer l'expérience.
Lorsque l'attention embrasse les pensées crues, alors c'est le cas.
"Sortir" (façon de parler) de l'expérience directe veut dire diminuer la conscience des sens pour augmenter la conscience du sens porté par les pensées (que tu appelles leur contenu).
Il n'y a pas d'alternative à ce qui est maintenant, mais on peut l'expérimenter de différentes façons.
Effectivement...mais juste un détail (qui pèse) : Qui serait susceptible de diminuer la conscience des sens et
d'augmenter la conscience du contenu des pensées ?
L'étiquette mentale crue : "moi" peut-elle faire ça ou quoi que ce soit d'autre ?
Les mots m-o-i peuvent-ils faire quoi que ce soit ?
Il n'est pas clair pour moi ce qu'est une projection mentale. Lorsque je regarde la table, il y a une pensée crue qui dit "il y a une table". D'une certaine façon, reconnaître et nommer la table se fait au travers du mental. Peut-on dire dans ce cas que c'est une projection mentale ?
Ce qui est , dans l'instant, vécu, vérifiable, n'est pas une projection mentale. Tout le reste n' "existe" que dans la pensée du moment.

La fonction d'étiquetage du mental ( "table") est fort utile pour comprendre, communiquer,
construire concrètement, organiser ...Mais si tu observes finement, peux-tu voir qu'un deuxième mouvement
mental amène presque immédiatement après l'identification d'un objet quelconque, une notion de valeur, un jugement qui dit : "bien-mal, agréable-désagréable" ou "neutre"... ?
Regarde ce qui se passe à ce moment là et dis-moi.
Une sensation de stress dans la poitrine indique la présence de moi. Une sensation de chaleur dans la jambe de l'indique pas.
Peux-tu décrire une "sensation de stress" et " sensation de chaleur" avec des mots simples ?
Je ne sais pas, car l'impression de moi n'a pas été vue clairement.
Comment voir clairement une impression ?

Merci


Return to “Français”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 4 guests