Se libérer du stress et de l'inaction

Moderators: Chronophonix, Freddi

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Mon Feb 01, 2016 11:37 am

Peux-tu relire notre dialogue depuis le début à propos des pensées d'éveil et reprendre
la dernière question à ce sujet ?
J'ai repris tout le dialogue, mais je n'y ai pas trouvé l'expression "pensées d'éveil".
Dans l'expérience directe, lorsqu'une pensée se présente, est-il possible de la voir ainsi que son contenu, de l'entendre, de la toucher...?
Si tu lis un livre sur la vie de Jimi Hendrix, les pages remplies de mots et de photos sont bien réelles, mais le musicien ne se tient pas devant toi et ses riffs ne font vibrer les murs de ta maison...C'est pareil pour les pensées.
Je pourrais proposer une question alternative :
Dans l'expérience directe, lorsqu'une image se présente, est-il possible de l'entendre, de la sentir, de la toucher... ?

Il semble que la pensée passe par un autre sens que les cinq conventionnels (le "sens pensée"). Si j'écoutes un CD de Jimmy Hendrix, j'entends un son mais je ne peux pas voir le son. Si je lis un livre sur Jimmy Hendrix, je perçois la "pensée Jimmy Hendrix", mais je ne voix pas la "pensée Jimmy Hendrix" (et encore moins Jimmy Hendrix lui-même).

Dans l'expérience directe, les pensées sont perçues, même si cette perception ne se fait pas à travers l'un des cinq sens habituels.
Les différents contenus perçus par la pensée
La pensée perçoit ou est-elle perçue ?

C'est un problème de vocabulaire : il y a le "sens pensée" qui perçoit les pensées. Je ne connais pas de mot pour ce sens, et j'ai donc utilisé le mot "pensée" à cet escient.

Tu dis qu'une pensée crue est :
Une croyance. (pensée crue du verbe croire, pensée qui est prise pour vraie)
Peux-tu revenir sur la dernière question à ce sujet ?
La dernière question était :
Les croyances font également partie de l'expérience directe en tant que pensées crues.
Si elles ne se réfèrent qu'à des contenus de pensées, peut-on dire qu'elles sont vraies ?
Ne sont-elles pas imaginaires ?
Cette question engendre beaucoup de confusion pour moi. En utilisant ta définition (croyance = pensée crue), alors comme tu le dis au début du dernier post cité, les croyances font partie de l'expérience directe. Si elles font partie de l'expérience directe, alors cela semble contredire ta dernière question, qui suggère qu'elles sont imaginaire. Il y a aussi de la confusion quand à l'aspect qui doit être observé : tu parles d'abord du vrai (qui s'oppose au faux) et ensuite de l'imaginaire (qui s'oppose au réel). Pour pouvoir répondre à partir de l'expérience directe, j'ai besoin de plus de clarté, je vais donc reformuler ta question selon ce que me dit mon intuition à propos de ce que tu essayes de me faire voir. Tu pourras confirmer ou infirmer cette intuition.

"Que dire à propos du processus qui tend à prendre une pensée pour vraie ?".
Réponse : Ce processus implique qu'une part de l'attention se situe dans l'imaginaire, car il s'appuie sur le concept porté par la pensée et non pas sur l'expérience directe de celle-ci.
Ta réponse est mentale.
Cette réponse n'était pas mentale. Après observation dans l'expérience directe, il a été clairement identifié que certaines sensations ou pensées génèrent du désir, que le désir génère un mouvement de contraction, que le mouvement de contraction génère des sensations de tensions, que ces sensations de tensions sont considérées comme indicatrice de la présence d'un moi, et que des pensées "je" s'ensuivent avec un élan de recherche/obtention. La même chose a été observée avec l'aversion qui mène à un élan de vide/débarras. Et la même chose a été observée avec l'attachement qui mène à un élan de préservation.
Je te demandais simplement de regarder dans l'expérience directe et de vérifier dans tout le corps si tu trouve un "moi".
Il y a une impression de moi. Lorsque l'attention cherche l'origine de cette impression, elle se tourne vers des sensations présentes dans la poitrine et dans la tête. Aucun moi n'y est trouvé mais l'impression subsiste.
Le sentiment de "moi" va de paire avec la croyance en un "moi" séparé. Laissons cela pour le moment et
concentrons notre attention sur le "moi" lui-même...
Je comprends intellectuellement ce que tu dis, bien que cela n'ai pas été clairement perçu.
Lorsqu'une telle sensation est présente, l'impression de moi se manifeste. Dans le cas contraire, l'impression de moi semble ne pas se présenter (ou être atténuée).
?
Tu demandais ce qui permettait de dire que les sensations de tension dans la poitrine et dans la tête donnaient l'impression d'un moi, tandis que d'autres non. La réponse étiat que l'impression de moi est plus forte lorsque l'attention est porté sur les sensations de tension.

Merci pour ton investissement en tous cas !

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Mon Feb 01, 2016 2:35 pm

Bonjour Adrien
J'ai repris tout le dialogue, mais je n'y ai pas trouvé l'expression "pensées d'éveil".
Que sais-tu de l'intitulé " être pleinement éveillé " ?
Dans mon 1er post...

Dans l'expérience directe des pensées sont perçues, mais peut-on les voir, les entendre, les toucher, les sentir,
les goûter ?
De même leur contenu peut-il être vu, entendu, touché, senti, goûté ?

Pense à une pomme : tu perçois probablement une image, accompagnée des lettres p-o-m-m-e et d'un son
qui dit "pomme" ainsi que quelques pensées sensorielles ( goût, texture...).
Mais là, tout de suite, peut-tu voir une pomme ? Peux-tu la toucher ?
La pensée a-t-elle le même goût qu'une pomme ? La même odeur ? Ressemble-elle à une pomme ?
Va-t-elle te rassasier ? A-t-elle une substance quelconque ?
L'apparition de la pensée est réelle mais son contenu, ce qu'elle raconte est-il réel ?
C'est un problème de vocabulaire : il y a le "sens pensée" qui perçoit les pensées.

Je ne connais pas de sens qui perçoit les pensées ;-)
Au passage, la pensée perçoit ou est-elle perçue ?
Cette question engendre beaucoup de confusion pour moi.
Les croyances font partie de l'expérience directe en tant qu'apparition de pensées qui sont crues,
mais leur contenu est-il réel , vérifiable, observable dans l'instant ?
Cette réponse n'était pas mentale.
Cette réponse était mentale mais ce n'est pas un reproche ou une insulte. ;-)
Dans l'expérience directe, qu'est-ce que le désir, l'aversion, l'attachement ?
Aucun moi n'y est trouvé mais l'impression subsiste.
Aucun "moi" dans le corps ? A vérifier dans l' ED.
Tu demandais ce qui permettait de dire que les sensations de tension dans la poitrine et dans la tête donnaient l'impression d'un moi, tandis que d'autres non.
Au risque de chipoter, la question était :
Qu'est-ce qui permet de dire que telle sensation donne l'impression d'un "moi" et telle autre non ?
Merci

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Mon Feb 01, 2016 3:48 pm

J'ai repris tout le dialogue, mais je n'y ai pas trouvé l'expression "pensées d'éveil".
Que sais-tu de l'intitulé " être pleinement éveillé " ?
Dans mon 1er post...
Je n'avais pas compris que tu faisais référence à cela. J'aurais mieux compris avec l'expression "pensées à propos de l'éveil", mais c'est parce que j'ai une tendance naturelle (et incontrôlable) à prendre les choses au pied de la lettre, ce qui me pose régulièrement des soucis de communication. Tu me demandes de reprendre la dernière question à ce sujet. Cette question était :
Leur contenu, ce qu'elles racontent a-t-il un rapport quelconque avec le vécu de l'instant où elles émergent ?
Qu'en dis-tu ?
J'avais répondu :
Le contenu des pensées n'ont aucun rapport avec l'expérience présente. Elle n'ont de rapport qu'avec le contenu d'autres pensées.
Pour être plus précis : ce que désigne le contenu des pensées (leur sens) n'a aucun rapport avec l'expérience directe.
Dans l'expérience directe des pensées sont perçues, mais peut-on les voir, les entendre, les toucher, les sentir,
les goûter ?
De même leur contenu peut-il être vu, entendu, touché, senti, goûté ?
Non (sauf pour le goût qui est légèrement présent sur la langue).
L'apparition de la pensée est réelle mais son contenu, ce qu'elle raconte est-il réel ?
Si par réel on désigne ce qui peut être vu, entendu, senti, goûté ou touché, alors le contenu d'une pensée n'est pas réel.

C'est un problème de vocabulaire : il y a le "sens pensée" qui perçoit les pensées.

Je ne connais pas de sens qui perçoit les pensées ;-)
Au passage, la pensée perçoit ou est-elle perçue ?
La pensée est perçue.
Les croyances font partie de l'expérience directe en tant qu'apparition de pensées qui sont crues,
mais leur contenu est-il réel , vérifiable, observable dans l'instant ?
Si je pense le mot "papa", un son est perçu et une image (représentant mon père) est perçue. Le sens porté par cette pensée, lui, est imaginaire. Je peux percevoir un son-pensé et une image-pensée, mais je ne perçois pas mon père. Lorsqu'une pensée contenant une croyance apparaît, je peux percevoir son contenu, mais pas ce qu'il désigne.
Cette réponse n'était pas mentale.
Cette réponse était mentale mais ce n'est pas un reproche ou une insulte. ;-)
Je ne l'ai pas pris comme tel, pas de soucis :)
Dans l'expérience directe, qu'est-ce que le désir, l'aversion, l'attachement ?
Le désir est ressenti comme un élan de recherche. L'aversion est ressenti comme un élan de suppression. L'attachement est ressenti comme un élan de préservation. Chacun de ces élans est constitué d'une sensation de tension (résultant d'un mouvement de contraction), et d'une pensée d'une future acquisition, d'une future suppression ou d'une future préservation.

Aucun moi n'y est trouvé mais l'impression subsiste.
Aucun "moi" dans le corps ? A vérifier dans l' ED.
Je vais continuer à regarder pour voir si ça se clarifie.

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Tue Feb 02, 2016 1:29 pm

Bonjour Adrien
Adrien2345 a écrit:
Le contenu des pensées n'ont aucun rapport avec l'expérience présente. Elle n'ont de rapport qu'avec le contenu d'autres pensées.

Pour être plus précis : ce que désigne le contenu des pensées (leur sens) n'a aucun rapport avec l'expérience directe.

Dans l'expérience directe des pensées sont perçues, mais peut-on les voir, les entendre, les toucher, les sentir,
les goûter ?
De même leur contenu peut-il être vu, entendu, touché, senti, goûté ?

Non (sauf pour le goût qui est légèrement présent sur la langue).

L'apparition de la pensée est réelle mais son contenu, ce qu'elle raconte est-il réel ?

Si par réel on désigne ce qui peut être vu, entendu, senti, goûté ou touché, alors le contenu d'une pensée n'est pas réel.
Peut-on dire que la pensée fait référence à la mémoire, à l'imaginaire ?
Pense à une pomme : tu perçois probablement une image, accompagnée des lettres p-o-m-m-e et d'un son
qui dit "pomme" ainsi que quelques pensées sensorielles ( goût, texture...).
Mais là, tout de suite, peut-tu voir une pomme ? Peux-tu la toucher ?
La pensée a-t-elle le même goût qu'une pomme ? La même odeur ? Ressemble-elle à une pomme ?
Va-t-elle te rassasier ? A-t-elle une substance quelconque ?
L'apparition de la pensée est réelle mais son contenu, ce qu'elle raconte est-il réel ?
La pensée est perçue.
Oui. Qui ou qu'est-ce qui la perçoit (ainsi que les sensations et les émotions) ?
Prends bien le temps d'observer dans l'expérience directe, en laissant de côté ce que tu sais, ce que te dis la pensée.
Lorsqu'une pensée contenant une croyance apparaît, je peux percevoir son contenu, mais pas ce qu'il désigne.
Il semble que nous ayons juste un petit différent de terminologie.
Ici la croyance est vu en tant qu'une pensée qui est crue et son contenu est ce qu'elle désigne, ce qu'elle raconte
( ce que tu semble appeler " le sens porté par cette pensée "). Est-ce exact ?
De même, une pensée ne contient pas de croyance, mais son contenu est simplement cru (ou pas).
Le désir est ressenti comme un élan de recherche. L'aversion est ressenti comme un élan de suppression. L'attachement est ressenti comme un élan de préservation. Chacun de ces élans est constitué d'une sensation de tension (résultant d'un mouvement de contraction), et d'une pensée d'une future acquisition, d'une future suppression ou d'une future préservation.
Regarde dans ce qui est vivant en ce moment. Où sont le désir, l'attachement, l'aversion ?
N'est-ce pas seulement des idées ?
Je vais continuer à regarder pour voir si ça se clarifie.
Bien.

Merci

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Tue Feb 02, 2016 7:29 pm

Bonjour,

une réponse rapide pour dire que mon ordinateur est en train de me lâcher. Je sauvegarde tout ce que je peux entre deux bugs. Je ne vais pas avoir le temps de répondre ce soir, mais ça devrait être bon pour demain, et j'aurai le temps d'observer d'ici là. Bonne soirée.

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Tue Feb 02, 2016 8:19 pm

Bonne soirée à toi aussi

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Tue Feb 02, 2016 8:21 pm

Laisse partir les vieux fichiers !

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Wed Feb 03, 2016 10:30 pm

Peut-on dire que la pensée fait référence à la mémoire, à l'imaginaire ?
Oui tout à fait. Cette formulation me va bien : être présent à l'apparition et la disparition de la pensée fait partie du réel. Mais "aller avec" la pensée, ou "coller" à ce qu'elle raconte implique de sortir du réel pour entrer dans l'imaginaire.
La pensée est perçue.
Oui. Qui ou qu'est-ce qui la perçoit (ainsi que les sensations et les émotions) ?
Prends bien le temps d'observer dans l'expérience directe, en laissant de côté ce que tu sais, ce que te dis la pensée.
Dans l'expérience directe, aucune réponse ne se présente à cette question.

Lorsqu'une pensée contenant une croyance apparaît, je peux percevoir son contenu, mais pas ce qu'il désigne.
Il semble que nous ayons juste un petit différent de terminologie.
Ici la croyance est vu en tant qu'une pensée qui est crue et son contenu est ce qu'elle désigne, ce qu'elle raconte
( ce que tu semble appeler " le sens porté par cette pensée "). Est-ce exact ?
Effectivement, j'étais en train de me dire depuis le dernier post qu'il faudrait peut-être clarifier notre différence de vocabulaire sur ce point. L'exercice de devoir répondre par l'expérience directe m'avait implicitement incité à éviter ce dialogue, mais finalement on se rejoint.
Je fais la différence entre le contenu d'une pensée et ce qu'il désigne (qu'on peut aussi appeler ce à quoi fait référence la pensée, comme au début de ton dernier post). C'est comme lorsque je somnole : je peux percevoir le contenu d'une discussion qui se déroule près de moi (c'est à dire que je perçois tous les mots et toutes les phrases en tant que son), mais pas ce à quoi elle fait référence (son sens).
Donc pour moi, il y a la pensée, qui contient des sons-pensés, des images-pensées, etc (contenu), qui désignent quelque chose d'imaginaire (le sens porté par ce contenu). Je fais cette distinction, car je considère que les sons-pensés, et les images-pensées font partie de l'expérience directe (mais rassembler tous les "pixels" de cette image-pensée pour en faire quelque chose, ou rassembler tous les sons-pensés pour en faire des phrases me fait effectivement rentrer dans l'imaginaire).
Pour toi, il y a les pensées et leur contenu. Tu ne fais pas de distinction entre le contenu et ce qu'il désigne.
De même, une pensée ne contient pas de croyance, mais son contenu est simplement cru (ou pas).
Entièrement d'accord avec ça. La croyance n'est pas un contenu de pensée, mais un processus d'adhésion à la pensée.
Regarde dans ce qui est vivant en ce moment. Où sont le désir, l'attachement, l'aversion ?
N'est-ce pas seulement des idées ?
Le désir est d'abord une sensation dans le corps qui implique ensuite une pensée. C'est peut-être encore une question de vocabulaire, mais il ne semble pas que le désir ne soit qu'une idée. Lorsqu'une idée se présente à propos du futur, sans être accompagné de sensations "d'élan", cela ne semble pas être un désir.


Sinon la recherche du moi dans le corps ne semble pas beaucoup avancer. Lors de cette recherche, l'attention finit toujours par se placer sur des sensations de tension dans la poitrine ou dans la tête. Même si ces sensations ne semblent pas être de nature différente d'autres sensations, elles semblent "appeler" l'attention lors de la recherche du moi.

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Thu Feb 04, 2016 11:59 am

Bonjour Adrien
Oui tout à fait. Cette formulation me va bien : être présent à l'apparition et la disparition de la pensée fait partie du réel. Mais "aller avec" la pensée, ou "coller" à ce qu'elle raconte implique de sortir du réel pour entrer dans l'imaginaire.
OK. Cette formulation me convient également.
Dans l'expérience directe, aucune réponse ne se présente à cette question.
Exact. Ce qui perçoit n'est pas un objet contrairement à ce qui est perçu.
En tout cas, ça n'est certainement pas "moi" qui perçois, n'est-ce pas ?
Entièrement d'accord avec ça. La croyance n'est pas un contenu de pensée, mais un processus d'adhésion à la pensée.
OK.
Le désir est d'abord une sensation dans le corps qui implique ensuite une pensée.
Il y a une sensation première ( le territoire ) puis une étiquette est rajoutée par la pensée qui dit que
c'est "le désir" ( la carte). Mais la carte n'est pas le territoire. Elle ne peut que pointer vers celui-ci.
Si on prend le fait que la pensée fait référence à la mémoire, à l'imaginaire...
Qu'en dis-tu ?
Sinon la recherche du moi dans le corps ne semble pas beaucoup avancer. Lors de cette recherche, l'attention finit toujours par se placer sur des sensations de tension dans la poitrine ou dans la tête.
Ces sensations sont-elles omniprésentes ?

Merci

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Fri Feb 05, 2016 12:33 am

Bonjour,

je risque de devoir reprendre la communication lundi. Je suis demain dans la voiture toute la journée, et pour ce week-end, cela dépendra de la disponibilité d'internet (dont je doute).

Bon week-end ! (et merci)

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Fri Feb 05, 2016 4:52 am

Bon week-end !

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Mon Feb 08, 2016 3:40 pm

En tout cas, ça n'est certainement pas "moi" qui perçois, n'est-ce pas ?
Je ne sais pas. Comme la nature du "moi" (ou de son illusion) n'est pas clairement perçue, il est difficile d'en parler à partir de l'expérience directe. Lorsqu'il y a des sensations, il y a une perception sans que je puisse identifier clairement ce qui perçoit. D'ailleurs, le fait même de rechercher ce qui perçoit me fait sortir de l'expérience directe.
Le désir est d'abord une sensation dans le corps qui implique ensuite une pensée.
Il y a une sensation première ( le territoire ) puis une étiquette est rajoutée par la pensée qui dit que
c'est "le désir" ( la carte). Mais la carte n'est pas le territoire. Elle ne peut que pointer vers celui-ci.
Si on prend le fait que la pensée fait référence à la mémoire, à l'imaginaire...
Qu'en dis-tu ?
Voici comment je perçois les choses :
1) Sensation première (ex : sensation dans la gorge)
2) Pensée imaginant un futur désirable (ex : imagination de la déglutition d'une boisson)
3) Sensations secondaires succédant à cette pensée (ex : sensations similaires à celles que procureraient la déglutition de la boisson, mais plus faibles et sans aucun "pouvoir calmant" concernant la sensation première).
4) Renouvellement continu des étapes 2) et 3) en parallèle à la sensation première
5) Pensée qui étiquette l'étape 4) comme désir (ex : "j'ai envie de yop")

Il est possible qu'il y ait une pensée (non formulée) d'étiquetage entre l'étape 1) et 2) qui étiquetterait la sensation première de désir, mais dans ce cas, je n'ai pas réussi à la percevoir.

L'étape 4) semble semble ne se produire que lorsqu'on adhère aux pensées (on rentre dans leur histoire et on s'y colle). À ce moment là, on vit plus dans l'imaginaire que dans le réel (on se focalise sur une situation imaginaire, sur l'apparition de nouvelles sensations imaginaires et sur la disparition imaginaire de la sensation première). Cela se présente donc comme un refus et une fuite du réel (de l'expérience directe).

Cette tendance à adhérer aux pensées semble d'autant plus irrésistible que la sensation première est intense.
Sinon la recherche du moi dans le corps ne semble pas beaucoup avancer. Lors de cette recherche, l'attention finit toujours par se placer sur des sensations de tension dans la poitrine ou dans la tête.
Ces sensations sont-elles omniprésentes ?
Ces sensations sont évolutives (la tension peut s'intensifier ou se relâcher un peu, ou encore changer légèrement de localisation). Cependant, elles sont perçues à chaque fois qu'elles sont cherchées.

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Tue Feb 09, 2016 6:52 pm

Bonsoir Adrien

A l'aide de ce petit exercice, je te propose de voir si c'est le "moi" qui est observateur.

Disons que l'ordinateur sur lequel tu communiques est "l'observé" et que tu es "l'observateur".
Prends bien le temps de regarder en laissant ce que racontent les pensées de côté.
Peux-tu voir une ligne de démarcation entre l'observateur et l'observé ?
L'espace entre l'observateur et l'observé est-il observateur ou observé ?
Et les autres objets ?
Tes mains sont-elles observatrices ou observées ?
Le bout de ton nez est-il observateur ou observé ?
Où est cet observateur, est-il possible d'en faire l'expérience ?
Quand une pensée commente "Adrien regarde l'ordinateur", que donne l'actualité de l'expérience ?
L'expérience directe donne-t-elle deux "objets" ou un seul mouvement ?
D'ailleurs, le fait même de rechercher ce qui perçoit me fait sortir de l'expérience directe.
Est-il vraiment possible de sortir de l'expérience directe ?
N'est-ce pas dû au fait que la réponse est cherchée à l'aide du mental ?
Ces sensations sont évolutives (la tension peut s'intensifier ou se relâcher un peu, ou encore changer légèrement de localisation). Cependant, elles sont perçues à chaque fois qu'elles sont cherchées.
Ces sensations sont-elles omniprésentes ?

Merci

User avatar
Adrien2345
Posts: 48
Joined: Mon Jan 25, 2016 8:15 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby Adrien2345 » Wed Feb 10, 2016 11:16 pm

Bonsoir Sébastien.

Avant que tu me donnes cet exercice, j'ai observé de cette même façon les sons qui m'entouraient. J'avais alors l'impression que la notion d'observateur était purement mentale, et que si je n'avais pas eu cette habitude de voir les choses ainsi, j'aurais tout aussi bien pu croire que le son s'entendait lui-même.

Aujourd'hui aussi j'ai utilisé ton exercice, mais il me semble plus facile à appliquer avec les sons qu'avec les images.

Lors de l'observation de l'ordinateur, tes questions ne font pas de sens. Ligne de démarcation, espace, observateur, observé etc. Tous ces mots nécessitent d'utiliser des étiquettes et des concepts qui ne me viennent pas naturellement lorsque je suis dans l'expérience directe. Lorsque l'observation se fait, aucune réponse ne vient. Pourtant, d'autres concepts (tels que "chaleur", "douleur", "agréable", "moi", etc.) ne me posent pas ce problème.
Est-il vraiment possible de sortir de l'expérience directe ?
N'est-ce pas dû au fait que la réponse est cherchée à l'aide du mental ?
C'est effectivement le mental qui exige une réponse pour pouvoir l'écrire sur ce forum. Sans cette exigence, il n'y a plus de question, mais simplement l'observation sans recherche de ce qui se produit dans l'expérience directe.
Ces sensations sont-elles omniprésentes ?
Encore une fois, cette question implique l'intervention du mental. Quelque chose est omniprésent s'il est constant dans le temps. Mais dans l'expérience directe, il n'y a pas de temps, il y a simplement l'expérience. Dans l'expérience directe, il n'y a pas de réponse à cette question, si ce n'est que ces sensations sont observées.

Seul le mental peut tenter de répondre à cette question (grâce à sa capacité de mémoriser et de comparer le présent avec des souvenirs). Il ne m'est pas clair si c'est une implication du mental qui resterait pertinent pour ce qui est demandé sur ce site. Si je dis ça, c'est parce que chaque réponse implique toujours au moins une petite part de mental (ne serait-ce que pour mettre les réponses en mots). La ligne entre une utilisation pertinente de celui-ci ou non me reste assez floue.

User avatar
sébastien gratas
Posts: 403
Joined: Sat Jun 21, 2014 1:04 pm

Re: Se libérer du stress et de l'inaction

Postby sébastien gratas » Wed Feb 10, 2016 11:29 pm

Bonsoir Adrien

Y aurait-il une résistance a répondre aux questions ?


Return to “Français”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest